Merci de votre visite

samedi 9 juillet 2016

AVOIR LE SENS DES SACRIFICES


Ne peut-on arranger les affaires ?   Que faire ? Des sacrifices.

Le sacrifice est une force ; voilà la grande idée devant laquelle notre personnalité doit s'incliner. Il est le moyen de résoudre les questions. Cessez de vous occuper constamment de votre propre vie, de vos propres avantages, et fixez-vous un idéal si grand et si lumineux qu'il engloutira les minuscules soucis quotidiens. L'idéal effacera les petites choses auxquelles vous vous heurtez dans la vie de tous les jours.



J'ai reçu une lettre.
Une dame me raconte que son mari la met en colère et qu'alors elle le bat. "Je ne sais pas pourquoi cela ne s'arrange pas entre lui et moi".

Je lui ai dit: "Pouvez-vous me promettre de ne plus le battre ?" Elle dit oui et elle essaya, mais bientôt tout recommença comme avant. Elle vint se plaindre auprès de moi et je lui reprochai de n'avoir pas été capable de tenir sa promesse. Elle déclara que son mari devait avoir une maîtresse, tout en me demandant si c'était vrai.

Que répondre ? Si je dis oui, je jette de l'huile sur le feu. Donc je lui dis de ne pas penser à cela, que son mari est malade et qu'il faut le soigner avec amour comme un enfant. Obstinée, elle m'écrit maintenant: "Vous m'avez dit sur moi des choses extraordinaires que personne ne m'avait révélées, mais je ne comprends pas que vous vous trompiez tellement au sujet de mon mari".

Pauvre femme ! Elle ne pense qu'à elle-même ; impossible d'échapper à ses histoires à elle et son mari, son mari et elle. Je lui ai conseillé d'étudier quelque chose, d'avoir dans sa tête d'autres idées....Elle se déclare changée, et pourtant son mari occupe toute sa cervelle!

La vie personnelle est une chose minuscule. Il faut commencer à l'effacer de vos préoccupations. Vos petits problèmes, que sont-ils en regard des études magnifiques que vous avez commencée dans l'Enseignement ? Quand vous mettrez-vous vraiment à ce travail ?

Jamais, si vous gardez encore et toujours votre regard tourné sur vous-même.

Vous êtes englouti sous un monceau de choses insignifiantes. Cessez de vous centrer sur vous, votre conjoint, votre prestige...Croyez-vous que les astres fixent leur regard sur votre vie familiale ? Vous voudriez qu'ils ne voient que vous dans le cosmos ! Mais vos petites affaires, ils s'en moquent bien, ils les ignorent. Tant que vous ne consacrez pas votre pensée et votre attention à étudier et approfondir des choses magnifiques, vous stagnerez dans la région des insectes, vous resterez des pygmées. Et vous serez écrasés sans pitié. Voilà l'exacte vérité. Occupez-vous donc de ce qui vous dépasse, de ce qui est au-dessus de vous.

Quand on commence à méditer, à étudier sérieusement, à prier, à s'observer aussi, on découvre qu'on a un conjoint magnifique, plein de qualités. Sinon on restera tout absorbé par cette idée fixe du conjoint que l'on critique, et cette idée vous engloutira et vous anéantira.

Que de femmes splendides s'anéantissent elles-mêmes en exigeant tout de leur mari, et en ne s'intéressant à rien d'autre! Si elles acceptaient de soigner, d'aider ce mari comme elles le feraient d'un malade, elles pourraient gagner le paradis. De même si le mari pensait que sa femme a besoin d'être comprise, soutenue, aidée, il la supporterait, il l'aimerait, il deviendrait un "martyr" et toucherait à la vie éternelle et au paradis, lui aussi. Mais qui veut du martyre?

A ceux qui acceptent le martyre, l'Église promet une statue devant laquelle les fidèles s'agenouilleront en lui allumant un cierge et ils feront des prières. Êtes-vous de ceux qui vivent pour être canonisés, qui peuvent dire: "Seigneur, souviens-Toi de moi quand Tu iras dans le Royaume de Dieu?"

 Le Christ vous répondra: "Tu seras avec Moi aujourd'hui dans le paradis".



Propos de Omraam Audio MP3 sur le blog de Francesca http://herosdelaterre.blogspot.fr/