Merci de votre visite

vendredi 29 juillet 2016

LES DECHETS QUE NOUS REJETONS



La perfection est de trouver des choses qui ne donnent ni déchets, ni fumée, ni cendres. Toute chose qui fonctionne sans donner de déchets, fumée ou cendres est plus spirituelle, plus parfaite, plus commode que les autres.

Il n'y a pas à laver, transporter, nettoyer comme conséquences de leur utilisation. Le monde est encombré de différents déchets. Le Maître donne donc un critérium. Il nous dit que la nourriture qui donne le moins de déchets est composée de légumes, de fruits surtout. Celle qui donne beaucoup de déchets est la viande. Tout ce qui est préparé par des procédés plus ou moins sains donne de la fumée. Quelle est la fumée?



Vous voyez la fumée sortir des véhicules avec les gaz de la combustion. L'homme est construit comme un véhicule. Plus il laisse échapper de gaz, moins il est parfait: parce que cela montre qu'il y a en lui des déchets et de deux sortes. Cela prouve que la nourriture n'est pas convenable d'une part et que, d'autre part, l'appareil qu'il représente ne sait pas absorber les produits de la digestion, ce qui provoque des troubles. Cette fumée-là empoisonne le monde entier. Lorsqu'on rencontre sur les routes des voitures automobiles qui dégagent d'épais nuages de fumée, on s'en écarte immédiatement. Voilà ce que signifie la fumée dans l'estomac, d'après le Maître.

Qu'est-ce que la fumée dans les poumons ?

La même chose que pour l'estomac. L'air que nous respirons étant pur et en quantité suffisante donne moins de déchets que l'air impur et vicié. Si nous respirons l'air des montagnes, il ne produit pas beaucoup de déchets dans les poumons. Le sang élimine ces déchets en les amenant à la peau où ils sortent par les pores, dans les reins, d'où ils s'évacuent par les voies naturelles. Il y a trois autres voies par lesquelles sortent ces déchets. La fumée et les déchets peuvent déranger les cellules et préparer une maladie. La fumée dans la tête est encore la même chose; c'est la pensée. Celle qui ressemble aux fruits ne donne pas beaucoup de déchets; mais celle qui est semblable à la viande en produit beaucoup. Notre pensée est un combustible.

Les pensées les plus pures, les plus lumineuses sont une nourriture recueillie sur l'arbre et qui ne laissera pas de déchets en nous. Quand on utilisera l'électricité, il n'y aura ni cendre, ni fumée. Cela signifie qu'il faut trouver le moyen de ne plus utiliser les combustibles qui ne sont pas liés avec le ciel, mais tirés de la terre.

Nous devons choisir les choses qui proviennent de la centrale de force. Le courant électrique provient d'une centrale électrique. L'humanité parviendra un jour à se lier directement à la source cosmique des énergies, au centre d'abondance et ce jour-là, tout se fera sans déchets et sans danger pour l'organisme. Il n'y aura plus de fumée. On se nourrira d'une façon sage, profonde. Il n'y aura plus de maladies ni d'inconvénients et tous les hommes deviendront sympathiques et beaux.

Ce qui repousse maintenant, ce sont les fumées, les déchets qui sortent de l'homme sous plusieurs formes. Plus on est sensuel, avare, méchant, jaloux, plus la nourriture qu'on mange est inférieure dans la tête. Un homme qui nourrit de telles pensées est très désagréable ; il n'est pas un centre d'attraction, il ne ressemble pas à une fleur qui attire par son parfum. Comment supposer que, par exemple, on ira s'asseoir auprès d'une poubelle ou d'un fumier pour respirer l'air pur, pour méditer, dormir ou se reposer. On ne peut même pas respirer auprès d'eux.

On ne va dans les lieux où ils se trouvent que par absolue nécessité. Toutes ces choses ne sont pas esthétiques; mais elles expliquent et mettent en lumière des vérités fondamentales. On ne peut rejeter les mauvais fluides n'importe où. Il faut les déposer là où ils ne gêneront personne, ne provoqueront aucun désagrément à quiconque. On peut les jeter dans l'évier, dans la terre où les mettre dans de l'eau que l'on videra ensuite dans l’égout, dans l'évier.

Il ne faut pas fumer. La fumée ne peut apporter de bonnes choses. Tous les gens qui emploient le tabac pour vaincre leur tristesse, la nervosité, ne parviendront pas à les vaincre ainsi; mais ils les augmenteront. Ils ne seront réjouis ou calmés que pour un temps très court. Il est effectif que la fumée peut procurer une distraction; mais celle-ci est de courte durée. Ce n'est qu'un palliatif. Cela agit à la manière de la boisson sur une personne qui veut oublier et engourdir la pensée. Certainement, cette personne oublie ses soucis durant un moment, mais après peu de temps, de nouvelles pensées difficiles viendront l'assaillir.

Elle ressentira d'ailleurs d'autres difficultés, une lourdeur à la tête, une diminution de la mémoire, puis, le chagrin effacé reparaîtra plus menaçant, plus terrible. Cela n'est pas une méthode qui efface les ennuis, parce qu'en diminuant la volonté, la mémoire, les soucis ne font qu'augmenter et se renforcer. C'est au contraire une bonne méthode pour augmenter les soucis que de diminuer la mémoire et la volonté. Les vaincre ainsi est tout à fait temporaire.

Considérez le moyen du disciple qui dit: "Je ne vaincrai pas les chagrins par un anéantissement de ma mémoire, mais par un renforcement de ma volonté et un accroissement de mémoire. Le chagrin restera longtemps peut-être, mais je préparerai contre lui une offensive telle, qu'il ne pourra plus rester".

 Le disciple développe ainsi sa pensée, sa volonté, son caractère; il lutte peut-être plus longtemps avec le chagrin qu'en buvant ou fumant, c'est-à-dire un mois ou deux; mais ensuite, il le vainc pour toujours. Voilà le chemin de la victoire qui ne sera pas instantanée, mais absolument sûre. Tous les disciples qui ont choisi de vaincre leurs chagrins, leurs difficultés autrement que par des stupéfiants ou des moyens extérieurs, par l'usage de leur volonté, ont réussi, ont vaincu.


Propos de Omraam Audio MP3 sur le blog de Francesca http://herosdelaterre.blogspot.fr/