Merci de votre visite

vendredi 17 mars 2017

Meilleure Réaction face aux offenses



Souvent les gens s'offensent les uns les autres à propos et hors de propos, à temps et à contre-temps. Comment supporterez-vous l'offense ?

Ou bien vous attendrez qu'on vous demande pardon, ou bien vous répondrez par une nouvelle offense. Autrefois, pour une offense, les hommes se seraient battus en duel. Il vaut mieux avant d'offenser quelqu'un te demander si ce que tu diras est vrai. Si tu es sûr que c'est vrai, ne te hâte pas encore, réfléchis si c'est le lieu et le moment de dire ce que tu as pensé.



Il y a des circonstances où tu dis la vérité, mais tu ne la dis pas en temps et lieu. Dans ce cas, tu peux encore offenser quelqu'un. Cela s'applique non seulement à l'offense, mais aussi à la louange. Si tu loues un homme fais-le en temps et lieu. Si tu fais le bien fais-le en temps et lieu. Si tu cherches la vérité, tu la trouveras aussi bien dans l'offense que dans la louange. Mais si on te loue ou si on te blâme trop, on peut te causer du dommage. En toute chose il doit y avoir une mesure.

Maintenant je vous donnerai la règle suivante pour la vie : agis avec les gens comme tu veux qu'ils agissent avec toi. Si vous appliquez cette règle, vous éviterez beaucoup de contradictions.

En vous prononçant sur l'oeuvre d'un écrivain, d'un musicien, d'un poète, d'un savant ou d'un artiste, vous devez observer la même règle. Aujourd'hui vous vous prononcez sur eux, mais un temps viendra où d'autre se prononceront sur vous. Vous comprendrez alors si vous avez bien agi  si vous vous êtes prononcés correctement.

Il y a des cas dans la vie où l'homme peut supporter tranquillement le plus grand combat: mais, si on lui dit une seule parole blessante, il ne peut la renfermer dans sa poche. Pourquoi ?

Les hommes sont éduqués de telle façon, qu'ils exigent qu'on se comporte bien avec eux, qu'on les estime et qu'on les respecte. Alors, si on les offense, ils le supportent difficilement. Autre est la question si cette offense vient d'un être aimé.

Là on pardonne plus facilement. Une offense n'est autre chose qu'un Ours qu'on rencontre dans une forêt. Elle provient de la nature grossière de l'homme. Si l'homme qui t'a vexé est grossier, cela montre que tu as rencontré son ours ; S'il te pique avec sa langue c'est que tu as rencontré son serpent; S'il te fait peur, tu as rencontré son lièvre. Ce n'est pas l'homme lui- même, ce sont ses serviteurs. L'homme est un être collectif.

Quand on dit : Connais-toi toi-même, cela veut dire, connais le trait spécial qui te distingue des autres êtres de la collectivité. L'homme se distingue par trois choses : par sa vie, exprimée dans sa volonté, par ses sentiments nobles, exprimés par son coeur et par sa juste, et lumineuse pensée.

Pense toujours juste, sans craindre qu'on te punisse ou qu'on te tue comme un soldat sur un champ de bataille. Quelle est la pensée d'un soldat ? il pense à avancer pour vaincre son ennemi, mais il le fait par peur ou par contrainte.

Autre chose est de penser que le monde est créé raisonnablement, que c'est Dieu qui le dirige et que tu accomplis la volonté de Dieu volontairement.

PAR PETER DEUNOV
Pensée du 24 Septembre 1957

sur le blog de Francesca http://herosdelaterre.blogspot.fr/