Merci de votre visite

vendredi 12 mai 2017

Il n’y a pas d’abîme entre l’Homme et Jésus



Dans la religion catholique il y a beaucoup de choses qui empêchent de comprendre au lieu d'éclairer. Je ne suis nullement contre la religion catholique et suis au contraire un fervent catholique puisque le mot "catholique" signifie Universel. Le dogme dit que le Christ était Dieu, qu'Il a jeûné quarante jours, et qu'Il est ressuscité des morts.

Pourquoi, s'Il était Dieu, l’Église nous demande-t-elle de devenir comme Lui ? Puisque nous ne sommes pas Dieu, comment pourrions-nous ressembler à Jésus ? Quand on nous montrera que nous sommes de la même nature que le Jésus et que nous sommes aussi des dieux (comme le Christ le disait Lui-même à ses disciples), nous comprendrons qu'il n'y a pas d'abîme entre l'homme ordinaire et Jésus.

La différence réside dans le fait que nous n'avons pas travaillé tandis que Lui avait développé sa nature divine.

Nous ferons, alors, le travail qu'Il a indiqué comme devant nous conduire à son état. L’Église change le sens des paroles du Christ dans le dessein de le faire plus grand. Elle crée ainsi un abîme factice entre Lui et nous, et nous éloigne du travail qui nous rendrait pareils à Lui.




Le Christ a dit: "Vous et moi sommes la même chose, nous portons en nous la même nature. Travaillez pour devenir tel que Je suis et vous ferez alors les mêmes oeuvres que Moi, vous en ferez même de plus grandes". Qu'a-t-on fait de ces paroles? La différence entre nous et Jésus réside dans l'époque à laquelle nous atteindrons l'état qu'Il a manifesté, mais non dans cet état même. S'il en était autrement, c'est avec raison qu'à ceux qui exigent des vertus chrétiennes on répondrait: "Laissez-nous en paix, nous sommes des hommes et non des dieux, nous ne pourrons jamais devenir comme Dieu".

Combien d'interprétations créent de l'incompréhension dans les esprits ! On dit par exemple que tous les morts ressusciteront bien qu'ils aient été laids, méchants, criminels ou malades. Quelle beauté y aurait-il dans une telle résurrection ? Combien de personnes ont vécu sur terre depuis que l'homme y est apparu? Combien d'êtres ignorants, imbéciles, difformes? Alors quel avantage y aurait-il à les revoir tous vivants?

Puis, si la résurrection devait être cela, il y aurait tellement d'hommes vivants qu'il n'y aurait pas place sur terre pour les loger tous. Ceci encore: si l'on attend que Jésus revienne sur les nuages, on pourra attendre fort longtemps. Je ne l'attends pas de cette manière. Pourquoi? Parce qu'Il est déjà venu. Mais on ne L'a ni vu ni entendu. Au moment où les anges sonnaient de la trompette, on était sourd ou perdu dans un lieu de plaisir.

Le Christ est déjà venu non sur les nuages physiques de l'air, mais dans l'atmosphère qu'est l'intelligence humaine. Les Juifs aussi attendent le Messie, mais ils attendent toujours en vain. C'est du temps perdu. Nous ne l'attendons pas. En réalité, Il est déjà venu pour les grands Maîtres, Il vient pour les disciples, et Il viendra, pour les hommes ordinaires, on ne sait quand. Voilà la vérité.

N'est-ce pas le sens des paroles de Jérémie (ch. 23, v. 33 et 34) "Et Dieu enverra Son esprit dans chaque homme, chaque coeur. Tous auront des visions (tous le connaîtront) et Dieu inscrira Ses lois dans leur coeur".

On vous dit aussi qu'on ne peut aller au ciel que par l'intermédiaire d'un prêtre ; si celui-ci ne vous donne pas les sacrements, on ne peut être sauvé. Je prends les sacrements chaque jour dans la nature en mangeant. Vous dites que la nourriture doit être d'abord bénie, mais Dieu a déjà béni le blé alors qu'il pousse dans les champs. Pourquoi ajouter quelque chose à cette bénédiction divine? Si le grain n'était pas béni, il n'aurait pas la vie en lui.

Le Christ a mangé à la table le repas normal. Il a dit en prenant le pain quotidien de ce repas: "Faites ceci en mémoire de moi, faites-le chaque fois que vous mangerez". Mais je constate que tous ceux qui communient d'après le rite qu'ont imposé les prêtres (et non suivant la manière de Jésus) restent aussi bêtes et ignorants qu'avant, bien qu'ils prétendent recevoir Dieu en eux-mêmes. Il fallait une religion et des pratiques pour la masse ignorante, cela est certain; mais il ne faut pas les imposer à ceux qui déjà comprennent en esprit et en vérité.

Lorsque vous communiez de toute votre âme avec Dieu par les plantes et le pain, c'est la véritable communion. Mais attendre un jour spécial et exceptionnel pour communier avec un pain spécial, après avoir vécu de la même manière que tous les païens depuis la dernière communion, ce n'est certainement pas la communion que Jésus a voulue.

Je sais que parmi vous il y a des catholiques fervents, qu'ils m'excusent. Je prétends être plus catholique qu'eux, un catholique fanatique. A travers les siècles, l’Église a brûlé ceux qui la dépassaient. Il ne faut pas répéter la même histoire.


Message-Audio de Omraam Mikhaël Aïvanhov
Merci de respecter le lien du blog de Francesca http://herosdelaterre.blogspot.fr/