Merci de votre visite

samedi 12 novembre 2016

UN RELATIONNEL PARTICULIER : Homme et Femme



Dans la vie, il existe deux pôles, le positif et le négatif, l'homme et la femme. L'énergie d'un courant électrique se manifeste dans le pôle négatif. La force, qui provient du mari, le pôle positif, se manifeste par la femme, le pôle négatif.

Ces deux pôles sont toujours nécessaires. Il peut y avoir des changements de polarisation, l'homme se faisant négatif tandis que la femme est positive. Mais comprenez bien les choses. Positif et négatif sont deux mots qui ne veulent pas dire ici le bien et le mal. D'habitude on comprend comme positif ce qui marche vers le haut et négatif ce qui va vers le bas, le premier étant bon et le second mauvais. Quand on parle de polarité on n'émet pas un jugement de valeur : le négatif signifie le côté de la douceur, de la placidité, de la réceptivité, et positif le côté de la volonté, du commandement, des décisions. Ce dernier, le plus puissant des deux, donne ses forces au côté négatif, lequel les absorbe, les assimile et les forme. La femme prend le germe donné par son mari et le modèle par la bonté, la douceur, la gentillesse. Le côté négatif, la femme, modèle les forces et leur donne forme.  



Il y a des couples où la femme commande, ordonne, décide, elle fait marcher son mari, elle le frappe même. Dans ce cas, l'homme, en se faisant négatif, peut assimiler les forces qu'il reçoit. Il apprend la douceur, la patience, la bonté et on voit que peu à peu la femme change. Les rôles s'inversent, parce qu'en réalité le pôle le plus puissant, c'est le négatif qui modèle, forme et transforme.

La force jaillit d'un côté, mais la véritable puissance est dans l'amour, la bonté, la douceur.  

Je connais des familles où la femme commande depuis des années. Elle est tellement habituée à faire la loi, à être le capitaine du vaisseau ou le coq familial qu'elle ne voudrait à aucun prix perdre sa position, changer de rôle: elle exagère au point que son mari est son esclave, et elle aime cela! Mais il se pourrait bien qu'un jour le mari s'aperçoive qu'il n'a été qu'un faible, un servant, un stagiaire utilisé par sa femme.

Il découvrira les lois et les moyens qu'il ignorait auparavant et qui permettent de prendre les commandes. Voilà, son épouse les lui a enseignées....Il saura maintenant être fort, et il sera même dur, implacable.

Envers qui commencera-t-il à manifester ce nouveau savoir? Envers sa femme, évidemment.

Que doit faire la femme à ce moment-là ? Quitter la maison ? Non, elle doit féliciter son mari : "Tu as bien compris la leçon, je te félicite". Si elle comprend bien ce qui se passe, elle doit se réjouir que son mari entre enfin dans son rôle et prendre désormais elle-même la place qui est la sienne: celle de la douceur et de la bonté.

Les deux éléments sont nécessaires. Sans eux, aucune naissance ne peut avoir lieu. Il est normal que l'homme apporte une impulsion, une force et la femme doit alors les modeler, les élaborer, les travailler.

Pour la maison, le mari procure les légumes, mais la femme doit les préparer et les accommoder. Les idées de l'homme sont comme des matières crues, dures, la femme doit les prendre et se mettre à les faire cuire dans un peu d'eau, afin qu'on puisse les manger ensuite. Si les époux envisagent ainsi leurs situations respectives, il n'y aura pas de grincements de dents. Cette attitude s'apprend très vite. On devient bientôt une bonne cuisinière qui sait beurrer et épicer les mets, c'est-à-dire transformer son mari par la douceur et la patience. Si la femme veut garder éternellement un rôle positif, les rapports seront toujours pénibles. Bien sûr, elle trouvera peut-être que son mari adopte une conduite stupide, qu'il veut des choses inacceptables, mais cela ne fait rien. Il est en train de gravir une pente abrupte. Quand il se sera bien fatigué, il s'arrêtera, et sa femme pourra de nouveau lui parler, lui donner des leçons, mais gentiment.
La femme qui voit son mari prendre enfin la direction du ménage doit le remercier: "J'ai tout dirigé jusqu'à maintenant, j'étais le capitaine, je suis bien contente de pouvoir me reposer un peu". 

Ne pensez pas qu'il soit facile et profitable d'être dur, violent, autoritaire. Commander est la tâche la plus difficile dans la vie, et elle épuise son homme, car elle exige de grandes dépenses d'énergie. Vous ne vous en apercevrez qu'après l'avoir remplie et terminée. Par contre, celui qui supporte la situation, en cherchant comment transformer les choses, se renforce de plus en plus à mesure qu'il avance. Vous avez sûrement déjà remarqué qu'une femme qui a dû supporter beaucoup de choses avec patience finit toujours par prendre le dessus, dominer et faire obéir son mari.

Si on ignore ces lois, on peut tomber dans de graves erreurs et de grandes exagérations. Il faut savoir se comporter toujours avec douceur et avec sagesse. Si l'on gronde, que ce soit avec amour, comme le fait un père pour son enfant. Si le coeur du père est plein d'amour, l'enfant accepte une remontrance et de bons conseils. Mais sans amour, sans bonté, sans douceur, on ne peut obtenir de bons résultats. C'est pourquoi une femme qui voit son mari prendre un beau jour la direction de tout, doit se dire:

"J'ai sûrement abusé de mes prérogatives. Ai-je su le diriger vers la vie profonde, vers la vie supérieure ? En fait, je n'ai cherché qu'à satisfaire ma personnalité".

Chaque femme, chaque homme doit se questionner sur le rôle qu'il joue dans le ménage. Elle doit se demander si elle mène bien le ménage, et lui s'interroger: "Est-ce que je conduis ma femme vers la vie spirituelle? Est-ce que je sais lui montrer les lois de la vie?"

La nouvelle vie apporte dans le sein des familles en même temps des perturbations et des améliorations. C'est toute une remise en question. Chacun apprend beaucoup de choses et doit modifier sa position. Si ce travail ne se fait pas en commun, si les deux ne veulent pas évoluer ensemble, il se produit des événements qui peuvent détériorer la situation encore davantage. Vous direz qu'il vaut mieux alors en rester à l'enseignement ancien. Certes non. Christ a dit

Lui-même: "Je ne suis pas venu apporter la paix, mais la guerre. Le père sera contre son fils et la mère contre sa fille". Pourquoi ? Parce qu'un être qui évolue perturbe et trouble inévitablement ceux qui vivent autour de lui, ce qui crée des problèmes qu'il faut savoir résoudre et dépasser.



Propos de Omraam Audio MP3 sur le blog de Francesca http://herosdelaterre.blogspot.fr/