Merci de votre visite

mercredi 9 juillet 2014

Un sens nouveau au mot "Travail"



L’activité est la raison d’être de l’être humain, il ne peut vivre et se perfectionner qu’en agissant. Les bras, les jambes, la bouche, les oreilles, les yeux, le cerveau, sont autant d’instruments que l’intelligence cosmique a mis à sa disposition pour agir, et celui qui ne fait rien est voué à la disparition. Heureusement, la nature, qui est prévoyante, a découvert un remède radical contre la paresse : l’estomac. Parce que l’homme a faim, il est obligé de se débrouiller pour trouver de quoi manger ; ou il cherche sa nourriture, ou bien il travaille pour l’acheter. S’il n’avait pas faim, il se laisserait aller, ça c’est sûr. Or, l’inertie est le pire ennemi qui puisse menacer l’homme, c’es elle qui introduit en lui le désordre, la maladie et la mort. Qu’elle soit physique, affective ou intellectuelle, il doit combattre l’inertie et, s’il ne le fait pas, c’est la nature qui l’y obligera en le mettant dans le besoin d’une façon ou d’une autre. Car la nature ne tolère pas les paresseux.

Maintenant, bien sûr, il faut s’entendre sur le sens à donner au mot travail. Vous demandez à quelqu’un : "Que faites-vous ? – Je travaille". Et en réalité il est encore loin de savoir ce qu’est le travail : il bricole, il se débrouille, il se fatigue, il se casse la tête, il transpire, il peine pour pouvoir assurer son pain quotidien, mais ce n’est pas encore là le vrai travail.

En réalité, seul Dieu travaille, et les Anges et les Archanges, ses serviteurs, parce qu’ils ont pris modèle sur lui. C’est pourquoi il faut maintenant éclaire le mot travail d’une nouvelle lumière. "Mon Père travaille et moi aussi je travaille avec lui", disait Jésus. Très peu, même parmi les initiés, sont arrivés au point de pouvoir prononcer une phrase pareille. Pour dire "je travaille" au sens où Jésus l’entendait, il faut être capable de s’élever jusqu’à l’Esprit divin, car ce travail est l’activité d’un être libre, dans laquelle l’esprit a la plus grande part. Et c’est quelque chose de tellement noble, grandiose, que je ne suis pas sûr encore d’avoir moi-même tout à fait compris. Oui, c’est vertigineux !... Mais à quelque niveau qu’l se trouve, chacun peut faire l’effort de participer à l’œuvre de Dieu en s’engageant dans une activité ordonnée, en faisant converger tous les courants qui circulent en lui et en dehors de lui vers la Source de la vie, car de ce travail l’univers entier va bénéficier.

Quand un être a décidé de consacrer sa vie à la lumière et travaille sans relâche pour la lumière, son activité est d’une importance décisive pour les affaires du monde. Où qu’il soit, connu ou méconnu, il est un centre, un foyer tellement puissant qui’ participe aux décisions des esprits d’en haut. Cela vous étonne ?... Mais oui, pourquoi les esprits lumineux qui veillent au destin du monde ne prendraient-ils pas en considération l’avis d’autres esprits qui leur ressemblent par leur pureté, leur sagesse, leur rayonnement ? Si, lorsqu’l y a des décisions à prendre pour l’avenir de l’humanité, personne ici sur la terre ne pouvais exprimer ses pensées, ses désirs, ce ne serait ni logique, ni juste. Alors, vous aussi, si vous voulez faire entendre votre voix au côté des entités sublimes, efforcez-vous de tout harmoniser, purifier et éclairer en vous, parce que ce travail aura des conséquences pour l e monde entier.

Vous direz : "Mais un être humain est-il conscient de ce rôle" ? Il peut le devenir, mais au début il ne l’est certainement pas : il y a en lui quelque chose qui participe aux Conseils des entités célestes, qui est considéré, écouté, mais cela se passe dans les sphères supérieures de sa conscience auxquelles sa conscience ordinaire n’a pas accès. Nos activités quotidiennes retiennent généralement notre conscience au niveau du plan physique tellement épais, tellement opaque qu’l faut beaucoup de temps et d’efforts pour que les événements qui se produisent dans les régions subtiles viennent se refléter en elle. Donc, les premiers moments, les premières années, cette participation n’est pas vraiment consciente, mais elle est quand même réelle. Sinon, je vous l’ai dit, ce ne serait pas juste que les humains n’aient pas la possibilité de faire entendre leur voix dans les votes célestes. Seulement, pour voter en haut, il faut avoir prouvé qu’on est vraiment digne ; ce n’est pas comme sur la terre où tout le monde a  le droit de se prononcer.

Ce n’est donc pas seulement Jésus qui peut participer au travail de son Père. Nous aussi, si nous remplissons les conditions, nous pourrons y prendre part. Sinon, comment interpréter ces paroles de Jésus : "Celui qui accomplit mes commandements pourra faire les mêmes choses que moi et il en fera même de plus grandes" Quand les chrétiens se décideront-ils à comprendre des vérités qui leur permettront de faire quelque chose de glorieux pour le salut du monde entier ? Pourquoi rester toujours effacé, inutile quelque part ? Est-ce l’idéal d’un chrétien d’aller à l’église tremper ses doigts dans l’eau bénite, allumer quelques cierges, marmonner quelques prières, avaler une hostie, puis de retourner chez soi pour continuer à mener la même vie prosaïque ? Il est temps de comprendre l’Enseignement du Christ de façon plus large pour commencer un vrai travail dans le sens qu’il a montré, au lieu de se reposer tranquillement sur l’assurance qu’il nous a déjà sauvés en versant son sang pour nous.


Beaucoup disent qu’ils trouvent le sens de la vie dans l’amour, d’autres dans la puissance, ou dans l’étude, ou dans le plaisir. C’est possible, bien sûr, c’est possible… Mais en réalité l’homme ne peut trouver véritablement le sens de la vie que dans le travail, un travail orienté vers un but devin qui fait de lui un facteur bénéfique pour l’humanité. C’est pourquoi les Intelligences sublimes en haut l’invitent à participer aux Conseils où elles décident du destin du monde. Les entités supérieures apprécient ceux qui travaillent avec amour et désintéressement au bien de toutes les créatures, et même si ici ils sont inconnus, même si personne ne les respecte ni ne les écoute, les divinités les invitent pendant leur sommeil à prendre part à leurs décisions. Voilà ce qu’enseigne la Science initiatique ; elle nous révèle les mystères de l’être humain, ce qu’est un esprit, ce qu’est une âme, et jusqu’où s’étendent leurs activités.