Merci de votre visite

dimanche 3 août 2014

Ne cherchez pas le plaisir, il vous appauvrira



La jeunesse d’aujourd’hui réclame la liberté sexuelle en pensant que c’est là qu’elle trouvera l’épanouissement, le bonheur et la joie. Maintenant qu’on peut se procurer facilement la pilule contraceptive, on se réjouit de ce qu’il ne soit plus nécessaire de réfléchir, de se contrôler, d’être maître de soi. Non, non, fermons les yeux et laissons-nous aller!... et dans le monde entier on voit que cette fameuse pilule a de plus en plus de succès. Tout d’abord, bien sûr, elle a été mise au point pour des raisons d’équilibre démographique, mais ensuite d’autres raisons pas du tout émographiques se sont ajoutées, et surtout le désir de jouir sans entrave de toutes les femmes et de tous les hommes. Dites-moi si vraiment des filles de treize ans ont déjà besoin de la pilule... Pourtant, on les laisse s’en servir déjà à cet âge, et j’ai appris que, dans certaines écoles, ce sont les professeurs eux-mêmes qui en distribuent à leurs élèves, oui, les professeurs!...

En laissant les jeunes se presser d’expérimenter un domaine qu’ils ne connaissent pas, on ouvre pour eux la porte à tous les dérèglements physiques et psychiques. Ils font des expériences, mais ils ne savent pas que ces expériences auront à la longue des résultats catastrophiques et qu’ils seront désaxés, malades. En réalité, ni ceux qui se sont prononcés pour la pilule n’ont compris quelque chose, ni ceux qui s’y sont opposés. Ceux qui se sont prononcés pour, l’ont fait par complaisance : sachant combien les humains sont faibles, ils ont cédé devant cette faiblesse; et les autres, qui s’y sont opposés, l’ont fait par hypocrisie, au nom de vieilles traditions morales qu’ils sont les premiers à ne pas respecter dans leur vie personnelle.

En tout cas, en mettant au point la pilule, la science qui croyait rendre un énorme service aux humains, n’a fait que leur permettre de se livrer impunément à tous les excès, de devenir faibles, sensuels et maladifs. Voilà les bienfaits de la science ! Avant la pilule, les garçons et les filles étaient au moins obligés de réfléchir, de se maîtriser un peu (pas pour des raisons de moralité et de pureté, bien sûr, mais par crainte des conséquences fâcheuses qui pouvaient survenir), alors que maintenant ce n’est plus la peine de se contrôler, on peut se laisser aller. Je vous donnerai une image. Vous savez comment marchaient les bateaux dans le passé. En bas, il y avait les machinistes qui devaient s’occuper de mettre du charbon dans les chaudières, c’est grâce à eux que le bateau avançait ; mais eux-mêmes ne voyaient pas la direction, il fallait un capitaine en haut pour s’occuper de la direction et donner des ordres; mais à lui seul il n’avait pas les moyens de faire avancer le bateau. Voilà encore une image de l’homme : les émotions, les sentiments, les instincts, ce sont les combustibles qu’il faut mettre dans la chaudière pour que le bateau puisse avancer. Mais s’il n’y a pas quelqu’un de raisonnable et lucide en haut pour l’orienter, le bateau se brisera en morceaux...

Pendant une croisière dans l’Océan Arctique, une dame demandait au capitaine : «Que va-t-il se passer si notre bateau rencontre un iceberg? - Oh, répondit le capitaine, l’iceberg continuera sa route, madame.» Et le bateau? Il n’a rien dit du bateau parce que c’était trop évident! Et l’homme aussi, si son «bateau» heurte un iceberg, n’en parlons plus. C’est symbolique, bien sûr: le «capitaine» est ici, dans la tête, et les «machinistes» sont partout dans le corps: le ventre, l’estomac, le sexe... Alors je dis à la jeunesse : si vous suivez seulement vos penchants, vos inclinations, vos prédilections, c’est sûr que vous allez vous casser la tête, parce que ces impulsions sont aveugles.

Dernièrement, à la télévision, j’entendais une jolie fille qui déclarait : «Je satisfais tous mes désirs sans complexes.» Voilà, elle s’était débarrassée de ses «complexes», c’est-à-dire de la sagesse, de la maîtrise, du discernement... Oui, car il paraît que ce sont des complexes, et les complexes, ce n’est pas bon, il faut s’en débarrasser ! Pour aller où ? Pour trouver quoi ? Pour faire quoi ? N’importe quoi !Mais je poserai une question à tous ces garçons et ces filles qui croient si bien savoir ce qu’ils doivent faire : «Quand vous êtes au travail dans une usine, devant un appareil, quand vous avez une voiture à conduire, est-ce que vous ne contrôlez pas votre machine? Est-ce que vous ne la maîtrisez pas? Et pourquoi dans tous les domaines, quand vous faites la cuisine, quand vous faites du thé ou du café, pourquoi dosez-vous la chaleur, le sucre et tous les ingrédients?» Eh bien, apprenez que, en vous, avec vos moteurs, vos appareils, c’est la même chose. Si vous n’êtes pas attentifs, si vous ne vous dominez pas, vous verrez ce qui va vous arriver! Actuellement, la jeunesse n’a qu’une idée, c’est de faire sauter toutes les barrières morales que les Initiés du passé ont placées pour empêcher les humains de vivre dans les passions et les désordres.

Combien de civilisations brillantes ont disparu, ravagées par des maladies morales et physiques, parce qu’elles s’étaient livrées à la débauche ou à des cultes orgiaques ! La génération actuelle veut à son tour se libérer de tous les tabous, s’affranchir de toutes les règles pour goûter le plus de plaisir possible, et ce mouvement a pris une telle ampleur qu’on se demande ce qui pourrait l’arrêter.

En réalité, seule la lumière d’un Enseignement initiatique peut retenir les humains dans cette chute vertigineuse. Cette lumière leur montrera qu’en se livrant seulement aux plaisirs, ils sacrifient leurs énergies les plus précieuses. Car pour alimenter ce feu qui les possède, ils sont obligés de lui donner toutes leurs ressources, tous les meubles de la maison, jusqu’aux tables et aux chaises - symboliquement parlant; le plaisir sexuel est un brasier qu’ils sont obligés d’entretenir de la substance même de leur être, impossible de lui offrir les affaires du voisin ou le bois de la forêt : il se nourrit de leurs propres réserves, de leurs propres combustibles... Pour se maintenir chaque jour comme ils le font dans ces effervescences et ces éruptions volcaniques, ils sont obligés de brûler leurs quintessences. Chaque fois, sans le savoir, ils perdent une partie de leur beauté, de leur intelligence, de leur puissance, et à la fin, quand ils ont tout dépensé, ils se retrouvent enlaidis, abrutis et malades.

S’il existait une balance dans laquelle L’homme puisse mettre d’un côté ce qu’il gagne en goûtant les plaisirs sensuels, et de l’autre ce qu’il perd en s’y abandonnant, il constaterait qu’il perd presque tout et ne gagne presque rien, donc que cela ne vaut pas tellement la peine. Mais comme il ne pense jamais que les sensations s’effacent ou s’oublient (ce que l’on a mangé hier ne compte plus pour aujourd’hui), il se prépare une existence de pauvreté. Tandis que s’il fait un effort pour refuser, il souffre un moment, mais il se prépare un avenir magnifique. Donc, il perd quelques sensations, mais il gagne son avenir. Ceux qui ne réfléchissent pas disent : «Je suis content, je me sens bien!» C’est vrai, mais ils n’ont plus d’avenir. Prenons l’exemple de l’ivrogne, qui résume toute une philosophie: il cherche le plaisir dans le vin, il boit, il est content. Oui, mais après, s’il continue, comment vont réagir son patron, sa famille, ses amis?... Et il se prépare à tomber dans le ruisseau.

Donc, la sensation est agréable, mais elle ne dure pas; l’avenir, c’est le ruisseau. Vous connaissez le récit de la Bible où Esaü cède son droit d’aînesse à son frère Jacob pour un plat de lentilles?... Pour une sensation, pour un plaisir, il a sacrifié son droit d’aînesse, et Jacob en a profité. Voilà un récit sur lequel on ne s’est pas tellement arrêté pour l’interpréter. La plupart des humains sont des as pour se priver de ce qu’il y a de plus précieux en échange d’un plaisir; alors ça, oui, ils savent le faire, c’est formidable! Quand comprendront- ils la nécessité de se priver de certains plaisirs pour obtenir d’autres acquisitions infiniment plus précieuses?

On ne respecte plus la morale parce qu’on ne sait pas qu’à l’origine elle est fondée sur une science véritable. Aveuglément, stupidement, on veut donner une issue à tous ses caprices, sans savoir qu’on court à la ruine, car lorsqu’on détruit les barrages et les digues, tout est inondé, dévasté, c’est inévitable.


Voilà pourquoi je dirai à la jeunesse : «Mes enfants, vous devez apprendre à discerner où vous entraînera chacun de vos désirs». Si vous vous sentez appauvris, affaiblis et malheureux, c’est que vous êtes en train de faire fausse route. Choisissez-en donc une autre! Ne vous engagez jamais sur une voie pour la seule raison que c’est Agréable, sucré, car vous allez vous ruiner spirituellement et même physiquement.

Par Omraam.