Merci de votre visite

dimanche 26 octobre 2014

L’ENTREE DANS LA FAMILLE UNIVERSELLE


Qu’est-ce que la Terre ? 

Un lieu où les humains doivent apprendre à vivre ensemble. C’est tout. Mais rien n’est plus difficile à réaliser ; En effet, vivre ensemble suppose qu’on ne veuille pas toujours imposer ses opinions, ses désirs et ses goûts personnels, mais qu’on tienne compte de l’autre qui est là aussi avec ses opinions, ses désirs et ses goûts. S’ils n’y sont pas obligés, il est rare que les humains décident de faire cet effort de penser à l’autre. Et c’est justement pour les y obliger que l’intelligence cosmique a mis dans l’homme et la femme ce besoin irrésistible d’aller l’un vers l’autre, car s’ils veulent être capables de rester ensemble pour fonder un foyer stable, il faut que chacun apprenne à sortir de son égocentrisme, de ses partis pris, pour développer des qualités de compréhension, de patience, de désintéressement. Seulement voilà, tout d’abord ce n’est pas dans cet état d’esprit que les hommes et les femmes décident de nouer des liens. Sans même en être conscients, chacun pense surtout à son plaisir, à son confort, sans tenir compte des besoins et des désirs de l’autre. Alors, les pauvres, quel étonnement quand ils constatent que ce qui leur arrive n’est pas exactement ce à quoi ils s’attendaient.

Combien entrent insouciants dans une liaison ou dans le mariage en s’imaginant que tout va être facile, léger, plaisant. Mais peu à peu ils commencent à avoir la sensation d’être pris au piège, et alors voilà les discussions, les affrontements ; la vie devient un enfer. Pour rétablir la situation, ils doivent accepter l’idée que ce qu’ils avaient pris pour une récréation est en réalité une école où commence à se faire cet apprentissage, le plus important pour chaque être humain : l’élargissement de la conscience. Et l’élargissement de la conscience consiste à sortir de son petit moi tellement limité pour entrer dans l’immense communauté des êtres.
La prise de conscience de ce but vers lequel tend tout être humain doit commencer à se faire au moment de la puberté, quand l’affectivité s’éveille chez l’adolescent, quand naît le besoin de nouer des liens avec les garçons et les filles de son âge. Jusque-là, l’amour de ses parents lui suffit ; même s’il a des frères et des sœurs, des camarades, c’est l’amour de ses parents qui compte le plus. Il se meut dans le cercle étroit de son petit moi, trouvant dans cet amour les éléments qui lui sont nécessaires pour commencer à affronter l’existence ; l’assurance qu’il n’est pas seul, la sensation d’être protégé, à l’abri de la faim, du froid, des dangers.

Mais bientôt, cela ne suffit plus. Un jour l’enfant sont s’éveiller en lui un intérêt pour les garçons et les filles de son âge ; il est ému par des visages, des gestes, des paroles, et c’est là que commence le véritable apprentissage de la vie. A partir de ce moment, il apprend que les autres existent et qu’ils ne sont pas là pour obéir à sa volonté et à ses désirs. Et il l’apprend surtout le jour où il veut susciter l’intérêt, l’amitié de l’un d’entre eux sans pouvoir y parvenir, parce que l’autre est occupé ailleurs et s’intéresse à une autre frimousse ... Ou bien, s’il parvient à susciter cet intérêt, c’est à condition de faire toutes sortes de concessions et il verse souvent de petites larmes… Eh oui, voilà le commencement de beaucoup de comédies, et malheureusement aussi de quelques tragédies.


Il faut apprendre très tôt aux adolescents comment considérer toutes ces impulsions, ces inclinations qui les traversent et les secouent, mais aussi comment travailler avec elles. Car tout ce qu’ils commencent à vivre alors comme sentiments et attirances à l’égard d’autres créatures, n’est que la manifestation de cet instinct donné par l’Intelligence cosmique à chaque être humain afin qu’il élargisse son champ de conscience en mettant d’autres êtres dans son cœur, dans âme. S’il restait tout seul, égoïste, fermé, il n’apprendrait rien, il n’évoluerait pas.