Merci de votre visite

dimanche 16 novembre 2014

L'INTELLIGENCE, LE CŒUR ET LA VOLONTÉ : LEUR INFLUENCE SUR LA VIE


Nous pouvons caractériser ces trois grands principes: l'intelligence; le coeur; et la volonté; comme des forces qui travaillent à édifier la vie humaine. Ces forces sont invisibles et abstraites, elles ne peuvent être concrétisées comme les forces matérielles. Mais elles s'expriment dans les trois principaux systèmes de l'organisme humain, et l'on peut ainsi juger leur manifestation et leur activité.

Le principe de l'intelligence, ou force de la vie intellectuelle, dépend du système nerveux cérébral; le cerveau et les sens y jouent le rôle principal.

Le principe du coeur, ou force de la sensibilité, est en relation avec les appareils respiratoire, digestif et circulatoire, dans lesquels les poumons, l'estomac et les vaisseaux sanguins jouent leur rôle. Ces organes sont en rapport avec les sentiments de l'homme. La volonté qui dépend de la plus haute faculté humaine, la raison est la force qui se manifeste par ce que l'on appelle l'appareil moteur, où le rôle important est tenu par les os, les muscles, les ligaments et les extrémités.

L'homme intelligent qui a une volonté disciplinée, sait comment employer harmonieusement les différents membres de son corps; il manifeste une force consciente supérieure de la nature. Mais ce principe n'agit qu'à certains moments, lorsque la nécessité s'en fait sentir. Par exemple, l'homme affamé qui se nourrit, se conforme aux exigences du principe de la nécessité parce que la nourriture apaise sa faim.

Cependant, seule une nourriture convenable en rapport intime avec l'organisme même, est en état de le satisfaire. Chaque fois qu'une nourriture n'est pas adaptée et ne répond pas au but cherché d'une vie saine, elle est la cause de maladies et manque de vitalité. La pensée, en tant que force consciente dans l'homme, le pousse à chercher les meilleures conditions lui permettant de vivre. Tous les êtres, même les plus petits, ont la faculté d'observation et de faire des recherches pour assurer leur existence.

Une petite expérience nous prouvera cette vérité. Si vous mettez un hameçon dans une eau courante, bien claire, qu'un poisson vienne y mordre et parvienne à s'en libérer, vous le verrez tourner autour pour bien l'examiner. Ce poisson gardera le souvenir de sa forme, et ne s'y laissera plus jamais prendre. On a fait d'autres expériences: des limaçons ont été placés dans un jardin entouré d'un fil métallique légèrement électrisé: chaque limaçon qui a senti une fois le choc du courant ne s'approche plus du fil métallique.

Ceux qui n'ont pas fait ces sortes d'observations estiment que les êtres inférieurs n'ont aucune sorte d'intelligence. La vérité, c'est que l'on voit des êtres inférieurs se rendre parfois, un compte si exact des choses et montrer une telle capacité inventive, qu'ils dépassent l'homme sous certains rapports.

Encore un exemple: si vous enlevez un pied à une étoile de mer, elle saura le recréer, ce qui est impossible à l'homme qui a perdu une jambe. On dira que c'est la nature qui accomplit ces choses; mais s'il en est ainsi, pourquoi ne fait-elle pas repousser la jambe qui manque à l'homme ?

L'étoile de mer a donc quelque faculté que l'homme ne possède pas. Lorsqu'un virtuose exécute une oeuvre musicale, qui est en réalité l'exécutant, la nature ou l'homme ? C'est l'homme, bien entendu !

Dans le cas présent, il se distingue en tant qu’individu; cette exécution est sa spécialité. Mais ce n'est pas en un jour qu'il l'a acquise, ni en un mois, ni en une année; elle résulte des efforts d'une suite de générations d'individus ayant travaillé dans cette direction. L'un d'eux, cependant, est parvenu à exprimer cette spécialité en un acte intelligent et individuel.

Dans le monde, chaque être exerce une certaine influence sur le milieu environnant et, par certains efforts conscients, il tâche d'actualiser les forces déposées en lui et qu'il a su développer. Ce n'est pas en un jour, que ses efforts peuvent parvenir à la connaissance des êtres qui l'entourent. Il a eu besoin d'une longue activité soutenue pour que cette intelligente tendance, déposée en lui dès le commencement, puisse se manifester. ( ce que l'on appel acquérir de l' expérience dans un domaine ... )

D'après cette analogie, nous pouvons considérer la structure du cerveau, cet organe qui est de première nécessité pour l'expression de la pensée humaine. L'arrangement de ses cellules, la répartition de leurs fonctions, le prolongement du système nerveux qui s'étend à toutes les parties du corps, nous indiquent le travail de cette force individuelle qui a oeuvré si longtemps, dans une seule et même direction afin d'arriver à le former.

Là où le cerveau est développé et suit la voie ascendante de son développement, apparaît la haute culture de l'homme: le bien. Ce que nous appelons le mal, est la voie descendante de l'activité du cerveau ( les mauvais esprits agissent alors, en essayant de nous influencer, de nous manipuler..., c'est alors que nous devons être vigilant et redoubler de prudence en utilisant notre conscience avant d'agir et refuser de croire que nous devons exécuter toutes actions maléfiques sur le champs, en croyant, que tout ce que l'on pense vient de nous et que nous devons automatiquement passer à l'action, si nous acceptons d'agir ainsi sans réfléchir, nous sommes alors manipulés et victimes de ses mauvais esprits et nous sommes entièrement responsable des conséquences, car nous avons succombés à leurs pièges et désirs... criminels ).
Nous pouvons aussi dire: le loup (carnivore) suit le chemin descendant, et la brebis (herbivore) le chemin ascendant. De ceux qui suivent la voie ascendante, nous disons qu'ils sont intelligents et nobles; pour ceux qui descendent par l'autre voie, nous découvrons qu'ils n'ont aucune culture, qu'ils dégénèrent, et que leurs activités deviennent toujours la cause de quelque mal et criminel.

Les anomalies apparentes (toutes atrocitées) qui existent dans la vie humaine prouvent que les sages lois de la Nature ont été violées. De la connaissance de ces lois, précisément, dépend la vie ascendante de l'être humain.

Pendant des milliers de siècles, une lutte terrible pour la suprématie a été engagée entre les forces inférieures de la nature; c'est à celles-ci que l'on doit les mers, les océans, les montagnes, les volcans, etc... Lorsque cette lutte eut atteint son paroxysme, d'autres formes parurent, plus élevées, dont l'une est la forme humaine. L'évolution des formes a maintenant pris une autre direction, et la lutte, quoique n'ayant pas cessé, a perdu énormément de son intensité. Lorsque ce haut développement atteindra son apogée, nous aurons une nouvelle culture reposant sur des fondements tout nouveaux, et sur de nouvelles lois.

Pour le moment, l'activité mentale de l'homme sur la terre est entièrement concentrée dans les cellules constituant son cerveau. En conséquence, il est fort utile d'étudier leur hygiène. Prenons comme exemple: les cellules dites pyramidales qui forment la couche supérieure du cerveau; nous remarquons qu'elles sont liées, comme accrochées par leurs extrémités. Quand le cerveau est sain et fonctionne normalement, ces liaisons des cellules sont harmonieuses; c'est par leurs extrémités que se transmet l'énergie cérébrale, dont le rôle est d'être le véhicule de la pensée.

Nous disons alors, que l'homme pense et sent avec justesse, c'est-à-dire que sa pensée et ses sentiments sont équilibrés et se manifestent correctement. Si nous examinons le cerveau comme un tout, nous voyons que sa partie antérieure sert à la manifestation de la force purement intellectuelle; sa partie postérieure, à la manifestation des sentiments personnels et familiaux; sa partie supérieure est le siège des sentiments moraux; les régions latérales servent aux manifestations des impulsions volitives et à celles des instincts combatifs. Leur action peut être destructive, si la volonté ne les contrôle pas. Par volonté, nous entendons le principe intelligent qui dirige.

Lorsque, dans le cerveau, toutes les cellules pyramidales fonctionnent harmonieusement, l'intellect, les sentiments et la volonté fonctionnent de même. Mais, s'il y a fatigue, surmenage, si la nourriture n'est pas hygiénique ou si la vie n'est pas régulière, il s'accomplit une accumulation de ce qu'on appelle l'acide lactique, lequel paralyse l'action des cellules pyramidales en les mutilant; leurs extrémités se contractent, laissant des interstices entre elles. Dans un tel état, l'homme se fatigue, il n'a aucune tendance au travail, il se trouve continuellement dans une mauvaise disposition d'esprit, de nervosité etc...

Celui qui ne connaît pas les lois profondes du monde Supérieur, ne sait rien non plus de l'activité de l'esprit humain, lequel travaille d'après des tables mathématiques créées de toute éternité. L'immense univers actuel, avec ses activités strictement et sagement déterminé, est édifié et régi d'après cette Mathématique Divine et Immuable.

Il semble parfois que les actions de la Nature sont inintelligentes. Cette fausse vision des choses provient de l'accumulation des acides lactique et urique qui paralysent les cellules pyramidales du cerveau; et alors, lorsqu'il faut observer, réfléchir et agir, on s'énerve et on trouve que la vie n'a pas de sens !

Nous sommes alors dans le cas d'un célèbre prédicateur américain dont l'estomac était délabré, mais qui n'y avait prêté aucune attention; mais lorsque les acides nocifs produits par son estomac dérangé, atteignirent son cerveau, le prédicateur commença à croire que tous ses auditeurs étaient stupides et incapables de le comprendre; il se mit à lancer contre eux feu et flamme, parce qu'ils n'étaient pas, selon lui, à même de saisir comment ils devaient vivre ! Mais de pieux auditeurs envoyèrent leur prédicateur dans une clinique où on lui lava l'estomac à l'eau chaude, où on le soumit à une bonne diète, à une hygiène rationnelle; les acides nocifs disparurent de son organisme et, le cerveau ainsi rafraîchi, notre prédicateur retourna à sa chaire avec une pensée rénovée, un esprit ressuscité. Dans cette disposition, il déclara que le Règne de DIEU venait sur la terre et qu'en la personne de ses auditeurs, il voyait des frères et des soeurs !

Les gens religieux déclareront qu'il avait été possédé de quelque démon; les médecins soutiendront que le cerveau de ce prédicateur était anormal. La cause réside simplement en ce qu'il n'avait pas observé les règles élémentaires d'une nutrition correcte, hygiénique.
Il avait laissé pénétrer dans son organisme des poisons ayant exercé leur action néfaste sur les bases de sa faculté de penser, de sentir, et d'agir.

Et les gens "cultivés" modernes discutent de côté et d'autre, exigeant la preuve de l'existence ou de la non-existence de DIEU !

Mais la question est claire: si la vie se déroule selon les hautes lois mathématiques de l'esprit humain, et que les pensées, les sentiments, et les actes raisonnables produisent le Bien pour l'homme et pour ses proches, DIEU existe sans nul doute, cela se comprend de soi-même ! Mais, lorsque ces lois, établies de toute éternité, sont violées, le cerveau de l'homme est intoxiqué par les acides, sa pensée obscurcie fait que la vie s'exprime de mal en pis pour l'homme lui-même et pour ceux qui l'entourent, on dit alors qu'il n'y a pas de DIEU, et à sa place, paraissent les juges. Mais, si DIEU est là, point n'est besoin d'aucun juge !

Par conséquent, de ce point de vue, nous considérons que toutes les manifestations anormales, tel que: le mensonge; le vol; le meurtre; l'envie; la haine etc... sont dues à l'irraisonnable et anti-hygiénique habitude de vie ( provenant aussi de toutes viandes excepté les poissons, de toutes boissons fermentées alcolisées ou non: bières; vins, tous les alcools, tous breuvages noir: cola; café..., toutes drogues incluant le tabac ) de l'homme, ce qui occasionne l'accumulation dans son organisme d'acides nocifs et superflus .

Dans ce sens, pour que les cellules pyramidales du cerveau puissent être régulièrement disposées et bien fonctionner, nous devons toujours sentir en nous et suivre les élans et les aspirations les plus nobles, et user d'une nourriture simple, QUI DEVRA ÊTRE MIEUX ADAPTÉE ET CORRECTEMENT PRISE ( nourriture végétarienne, avec protéine végétale – noix, légumineuses prise avec produits laitiers, consommer divers fruits et agrumes). Quand les cellules du cerveau tout entier, sont tenues dans un état normal et fonctionnent correctement, notre tête et notre visage prennent une forme belle et régulière, nos extrémités acquièrent une harmonieuse symétrie, nos poumons et notre estomac fonctionnent parfaitement.

Alors, en se trouve toujours en excellente disposition d'esprit, plein de la joie de vivre et prêt à se sacrifier pour le bien de nos proches. Car il n'y a que l'homme bon et sensé qui sache se sacrifier; l'homme sans raison, lui est sacrifié par les forces qui l'environnent. C'est ce qui a lieu en ce moment, pour les habitants de la terre; la nature environnante les sacrifies, c'est-à-dire qu'elle leur prend la santé, la vie; aucune théorie scientifique n'a donné jusqu'à présent, le moyen d'échapper à ce mal.

Depuis des milliers d'années, les hommes souffrent et meurent: les plus terribles maladies les atteignent; ils sont en proie aux pires tourments, et leur vie extérieure est pleine de vicissitudes ( il est grandement temps de changer d'attitude et d'habitudes si néfastent ...) Jusqu'à ce moment, les hommes ne sentent pourtant pas arrivés à se rendre compte des causes réelles de cet état de choses, et ils se consolent en disant, à la façon des gens simples: "C'est ainsi que DIEU a créé le monde", ou "C'est un mal inévitable de la vie humaine", comme l'assurent les rationalistes. Les scolastiques affirment que c'est une simple illusion; quant aux matérialistes, ils attribuent le mal aux conditions de la vie extérieure.

Eh bien non ! c'est une "illusion", ce n'est pas à cause de Dieu.
Notre situation ressemble à celle du prédicateur qui soutenait qu'on n'a aucun besoin d'argent, qu'il c'est une "illusion" ! Mais un de ses auditeurs le dévalisa, et notre prédicateur commença à se lamenter, répétant à qui voulait l'entendre, qu'on lui avait pris son argent. Cependant, celui qui l'avait dévalisé lui dit tout simplement : "Pourquoi vous plaignez-vous ? Vous êtes débarrassé de ce qui est superflu dans la vie".

L'argent est un moyen, introduit par les hommes pour faire travailler tout le monde; il sert dans l'échange de leurs énergies; c'est un moyen de communication entre eux, il les encourage au travail, à la peine.

Mais si l'argent est détourné de sa vraie fonction, pour devenir un instrument de malheur et de crimes, pour violer la conscience du prochain et pour tourmenter les faibles, alors nous disons: dans ce sens, l'argent n'est pas nécessaire. Nous devons rentrer dans la paix de notre âme, chercher ce qui, en nous, est véritablement conforme à la raison. Nous le ferons non en niant, mais en admettant; non en détruisant, mais en bâtissant; non par la méthode de la haine et de la malice, mais par la méthode de l'amour et de la noblesse, en un mot par toutes les vertus que recèle l'esprit humain.

Quand nous commencerons raisonnablement à étudier les méthodes de la Nature intelligente et à voir en chaque être, une âme vivante et consciente, nous nous trouverons tout près de la solution de ce sublime problème de la vie, c'est-à-dire que nous saurons comment employer ces trois grandes forces: notre intellect, notre coeur, et notre volonté.

L'intellect, en examinant attentivement les conditions de la vie même; le coeur, en cherchant à avoir un sens, une idée juste du contenu de cette vie; et la volonté, en nous rendant un compte exact des lois de la vie et de ses résultats définitifs.

Il faut savoir que chaque forme est nécessaire pour qu'un contenu puisse s'exprimer par elle; et que chaque contenu est indispensable pour que s'exprime le sens intérieur, profond, de la vie même. Par conséquent, la forme, le contenu et le sens sont étroitement unis entre eux: la forme avec l'intellect, le contenu avec le coeur, et le sens avec la volonté humaine. Lorsque notre pensée est positive, constructive, nos possédons alors de belles formes, dans lesquelles
nous pouvons placer le divin contenu de la vie.

Dès que nous aurons ce Contenu, notre coeur commencera à se manifester normalement, et les cellules pyramidales du cerveau travailleront à l'unisson. Nous aurons aussi la force et l'équilibre intérieur, qui donne du sens à la vie; ce  sens dans lequel la volonté humaine peut se manifester dans toute sa force; ce n'est que lorsque nous faisons un usage judicieux de notre volonté que nous menons une vie pleine de sens.

Penser, sentir et agir en toute droiture, voilà ce qui est indispensable au bon fonctionnement de l'intellect, du coeur, et de la volonté.

Peter DEUNOV – ( TIRÉ DU VOLUME: " DANS LE ROYAUME DE LA NATURE VIVANTE " )