Merci de votre visite

mercredi 17 juin 2015

UNE SEXUALITE SCABREUSE


Maintenant, le monde entier étudie la sexualité de toutes les façons et y est plongé jour et nuit sous prétexte de liberté. Mais moi, je dis qu’il y aura autant de troubles et d’anomalies parce que cette libération "sexuelle" soi-disant se fait sans la lumière, sans le savoir d’initiative, par des gens qui ne connaissent pas la structure de l’Être humain et ses correspondances avec tout l’univers. Ils avancent en tâtonnant, c’est pourquoi ils n’arrivent pas à trouver exactement la vérité. Peut-être la trouveront-ils un jour, mais pour le moment, j’étudie, j’observe et je vois des expériences qui ne sont pas meilleures que les précédentes. Parce que, tant qu’on ne possède pas la philosophie initiatique, on ne peut faire que des expériences déplorables.

Maintenant, pour que vous compreniez ce que je veux vous dire aujourd’hui, je commencerai par vous donner un exemple et vous verrez comment je considère les choses dans ce domaine.

Un jour, il y a des années, est venue à Izgrev une jolie jeune fille sympathique, bien habillée, bien éduquée, qu’on avait envoyée vers moi parce qu’aucun psychanalyste n’était arrivé à la guérir. Elle était obsédée par le sexe masculin qu’elle voyait partout : sur les objets, les fruits, les fleurs, et même sur le plafond… Elle essayait de lutter contre cette obsession, mais impossible, elle ne voyait partout que ça, et elle était très tourmentée parce qu’elle se croyait coupable, damnée. On lui avait donc dit de venir me voir.

Elle a commencé par me raconter son histoire, et pendant qu’elle me parlait je me suis mis à rire. Bien sûr, elle était étonnée et m’a demandé pourquoi je riais. Je lui ai dit : "Ce qui vous arrive est tellement naturel, tellement simple ! Vous n’êtes pas la seule devant qui certaines images se présentent. Vous pouvez sortir très vite de cette situation, mais pas en luttant comme vous le faites. La nature est très puissante ; depuis des millions d’années elle a arrangé les choses pour que les hommes soient attirés par les femmes, les femmes par les hommes, et ce n’est pas vous maintenant qui allez tout changer. La nature a bien fait les choses, ce sont les humains qui ne comprennent pas.

Tous les hommes et les femmes sont visités par ce genre d’images, à la différence seulement, c’est que certains ne savent pas comment s’y prendre pour réagir, tandis que les autres savent. Ecoutez-moi bien ; quand ces images se présentent devant vous, au lieu d’être angoissée et malade, de lutter contre elles, regardez tranquillement, mais changez de point de vue. Pensez que cet organe est quelque chose de beau, de puissant, de divin, puisque c’est lui qui aura à transmettre la vie, et à ce moment-là, vous êtes tellement émerveillés devant l’intelligence et la sagesse du Créateur que vous avez déjà oublié le reste. Vous vous en êtes seulement servi comme d’un point de départ pour aller vers le Créateur".

Bien sûr, pour agir ainsi il faut avoir un autre point de vue que celui des religieux et des moralistes pour qui le sexe est toujours quelque chose de honteux dont on ne doit surtout pas parler ni s’occuper. Mais alors, pourquoi est-il une des préoccupations essentielles de l’humanité ?

Il faut que ces gens-là soient logiques. Puisqu’il est évident que les humains ne pourront jamais se débarrasser des organes sexuels ni du besoin de les utiliser, il faut changer de point de vue à leur sujet et comprendre que ce sont des organes sacrés que l’on doit toujours considérer avec respect, émerveillement, en se liant avec le Créateur. Mais quel est l’homme ou la femme qui considère ces organes comme quelque chose de sacré qu’ il n’a pas le droit de profaner, mais seulement d’utiliser pour des raisons sublimes ?... Et pourtant, mes chers frères et sœur, c’est la meilleure façon de comprendre, ainsi on avance, on devient une divinité : par le sentiment sacré.

Je disais dans une autre conférence ; pourquoi le cerveau n’est-il pas capable de créer la vie, ni les poumons, ni le foie, ni l’estomac ? si seuls ces deux  appareils en sont capables, c’est qu’ils sont sacrés, ils sont divins. Pourquoi les bafouer toujours ? quelle hypocrisie !

Quand on en parle, on se moque, on plaisante et on fait semblant d’être indifférent, mais ensuite, qu’est-ce qu’on fait dans le secret ? Si on méprise ces organes, il ne faut pas s’en occuper ; et puisqu’on s’en occupe il faut avoir pour eux un sentiment sacré. Vous direz : "Mais tout ce que vous nous racontez est tellement lointain". Oui, pour les animaux, c’est lointain, mais pour les êtres qui veulent évoluer, ce n’est pas lointain. Pour les faibles, pour les primitifs, il aurait peut-être mieux valu ne pas venir ici parce qu’en se voyant tellement esclaves de leurs désirs inférieurs ce sera pour eux de continuelles souffrances, et moi je ne tiens pas à troubler les humains, à les rendre malheureux. Tandis que ceux qui sont plus avancés, sont émerveillés, parce qu’ils découvrent les horizons tellement plus vastes. C’est pour eux que je suis obligé de parler, pour leur expliquer qu’il existe des moyens, des possibilités, et qu’avec la patience, la ténacité, ils arriveront. D’ailleurs beaucoup m’ont dit : "Maitre, tout ce que vous nous révélez, on a la sensation de l’avoir connu, on ne sait quand. On sent que c’est la vérité parce qu’au moment où vous parlez, on retrouve en nous quelque chose… comme un écho". Mais avant de l’avoir entendu on ne peut pas découvrir ces grandes vérités.

Voilà, mes chers frères et soeurs, il faut s’habituer à considérer les choses autrement, comme Dieu lui-même les considère. La plupart des religieux du passé, les ascètes, les ermites ont laissé une philosophie désastreuse ; ils se cachaient dans les forêts et sur les montagnes pour fuir la femme, parce que la femme, d’après eux, était une créature du diable. Mais alors, les pauvres, c’étaient d’autres femmes du plan astral qui les suivaient jusque dans les grottes et ils ne pouvaient pas leur échapper. Oui, les tentations de saint Antoine… Il ne fallait pas fuir la femme, il ne fallait pas la considérer comme une incarnation du diable. Notre philosophie, au contraire, enseigne qu’il faut regarder la femme, s’émerveiller, chercher la Mère Divine à travers elle en disant : "O Mère divine, comment es-tu arrivée à créer tant de jolies filles et de jolies femmes ? Elles sont toutes différentes, il n’y en a pas deux qui se ressemblent… Quelle richesse" et vous êtes émerveillés de cette intelligence et de cette splendeur.

En luttant contre la femme, l’homme se prive de tout ce qui est vivant, poétique, il n’ a plus d’impulsion, il n’ a plus d’inspiration, c’est un eunuque, il est mort, enterré. Que je plains ces ascètes et ces ermites. Avec leur philosophie erronée, ils ne trouvaient rien que le déséquilibre et la mort. Certains ont pu résister à toutes ces anomalies grâce à leurs vertus et leur force de volonté, mais ce n’est pas une philosophie à propager. Il faut apprendre à voir les choses correctement. Si Dieu a créé les femmes et les hommes, ce n’est pas pour qu’ils se fuient…


Les livres de Omraam retranscrits par Francesca