Merci de votre visite

jeudi 29 janvier 2015

MUSIQUE ET CHANT : MÉTHODES POUR SE TONIFIER


Nous nous trouvons à nouveau dans le domaine de la musique occulte.

C’est une musique faite d’images et de tableaux. Pour ce qui est de la musique occulte, je vous donnerai aussi des images. Nous aurons plusieurs conférences concernant l’étude de la musique. Nous considérerons les différents peuples - de l’Est, de l’Ouest, les Bulgares - afin de voir comment la musique a pris forme au cours des temps lointains. Nous vous montrerons des images d’où provient la musique et comment elle est apparue, et cela afin que rien ne vous surprenne et que vous ne vous demandiez pas d’où elle vient. Il est vrai que vous ne le savez pas !

Tout a son origine. Lorsque nous chantons, un tableau doit toujours nous apparaître. Lorsque nous écrivons, que nous récitons un poème, en nous doivent apparaître, non des tableaux morts, mais des tableaux vivants, car ils donnent une lumière vivante, et on ne peut les oublier. Et ces sensations doivent naître en vous.

Si un homme religieux était présent parmi nous ce soir, il serait étonné par les deux exercices que nous allons faire et dirait : « Comment peut-on chanter de telles choses ! Et ils prétendent que cela est religieux ! » Alors, qu’est-ce qui est religieux ? D’après moi, il n’existe rien de religieux dans le monde. Les gens sont religieux, mais comment le sont-ils ? Untel est religieux dans son intellect mais pas du tout dans son cœur. Un autre est religieux dans son cœur, mais pas dans son intellect. Par ailleurs, gardez à l’esprit que nous ferons des exercices, et non de la musique occulte.

L’interprétation de ces exercices n’est pas correcte, les tons ne sont pas justes, la mesure n’est pas respectée, et les images qui en résultent sont floues. Tout cela doit être corrigé. La patience vous sera nécessaire afin de voir combien vous serez aidé par la musique.  Et mon souhait est que vous soyez aidé. La musique peut développer ce qui est déposé en vous et faire naître de nouvelles images. Par exemple, le langage est imagé. La musique et la poésie futures devront être riches de tableaux vivants.

Commençons l’exercice : « Force vive, force vive, dis-moi, dis-moi où l’eau jaillit, jaillit, jaillit, où l’eau jaillit. » Vous avez maintenant devant vous une image occulte. C’est l’un  des motifs. Le deuxième motif est le suivant : « Dis-moi ta tristesse, ouvre ton cœur, aux rayons du soleil (4 fois). »

C’est l’autre motif occulte. Maintenant, vous demanderez : Que signifie : « Dis-moi ta tristesse, ouvre ton cœur... » ? Puis vient : « Les rayons divins t’apporteront la douceur et ils t’apporteront la joie dans ton âme... » Nous ne chanterons pas ce qui précède, et n’interpréterons que les deux premiers motifs. Je veux que vous saisissiez les idées de la musique occulte, car nous sommes actuellement engagés dans cette voie, et peut-être n’aurons-nous pas d’autres occasions de le faire. Une fois le cours terminé, je ne reviendrai pas une deuxième fois sur ce sujet. Ce que vous apprenez maintenant sur la musique vous restera, et ce que vous n’aurez pas appris, quelqu’un d’autre vous l’enseignera.

Ce que vous aurez appris de la musique occulte, appliquez-le dans la musique contemporaine, que du reste, je n’aborderai pas. Du meilleur chant actuel, on peut faire un exercice occulte, mais cela ne peut devenir de la musique occulte. Un exercice occulte peut devenir un bon chant, mais un chant occulte ne peut en aucune manière être transformé en un chant ordinaire. C’est impossible, et c’est en cela que réside la différence entre la musique occulte et la musique ordinaire.

Quelle que soit la façon dont la musique occulte vous est présentée, un bon exemple vous est nécessaire, sans que vous ayez à en parler.  (Le Maître joue sur son violon, et les huit frères chantent le premier motif) : « Force vive, force vive, dis-moi, dis-moi où l’eau jaillit... » Maintenant, vous direz : « Quel est ce motif ? » Dans ce motif :  « où l’eau jaillit », nous cherchons où se trouve la source. Quand l’eau de la source descend des hauteurs, que fait-elle ? Elle saute et joue parmi les pierres, n’est-ce pas ?

Les battements de pieds faits par les Bulgares proviennent de l’eau qui saute de pierre en pierre. Avec la musique occulte, nous représenterons comment saute 1’eau d’une source de montagne, comment elle descend et comment, arrivée sur le plat, elle change de tempo. Nous représenterons toutes ces variations. Quand l’eau se jette dans une mer très agitée, nous lui donnerons une expression pour montrer combien cette mer est agitée. Et si la mer est calme, nous la représenterons telle quelle. Ainsi par la musique, du début à la fin, vous saurez d’où 1’eau descend, par où elle passe et où elle se dirige.

Prenons maintenant le deuxième motif. (Le Maître joue et les frères chantent) : « Dis-moi ta tristesse, ouvre ton cœur, aux rayons du soleil. » Dans ce second motif, nous avons un mot négatif - de sens négatif : ‘tristesse’. Comment transformer cette tristesse ? Voici la transformation : le soleil est celui qui soigne. La tristesse naît du manque de lumière. Quand quelqu’un est triste dans son cœur et dans son intellect, il y a toujours de l’obscurité, la lumière est absente, mais quand vient la lumière, la tristesse disparaît. Si la tristesse vient dans ton cœur, tu chanteras et diras : « Dis-moi ta tristesse... » Tu le chanteras une fois, deux fois, trois, quatre, cinq fois, plusieurs fois, et tu transformeras ton état en un autre, tu transformeras cette énergie. Ceux qui parmi vous désirent devenir des poètes, doivent faire des périphrases, faire des rimes ; leur langage devra être imagé. Ils devront avoir des idées et créer des tableaux.  « Dis-moi ta tristesse » sont des mots forts. « Ouvre ton cœur aux rayons du soleil. » Vous pouvez aussi rendre ce morceau de musique plus beau sans rien ajouter d’inutile. Il peut être amélioré. Le champ est vaste : il porte sur deux octaves.

©©©©©

À partir de ce morceau, il est possible de créer une musique parfaite. Il n’est pas encore achevé, tel qu’il se trouve dans la nature, et il est donné de façon occulte.

Chantez-le encore une fois. (Tous chantent.) Chantez maintenant le premier couplet. (Nous chantons « Force vive, dis-moi... ») C’est un motif populaire. J’aborderai maintenant la musique bulgare. Ce motif provient du courant d’une source élevée de la montagne et qui saute de pierre en pierre. C’est à peu près l’idée qu’il exprime. Le tableau en est agréable et à partir de ce motif, il est possible de créer d’autres chants. Chantez, maintenant, le deuxième couplet doucement : « Dis-moi ta tristesse... » (Tous chantent avec le Maître.)

Le chant populaire bulgare, les chansons joyeuses de la danse folklorique bulgare, proviennent des sources. La nature est vivante. Les chants en gamme mineure, les chants tristes ne sont pas nés à la lumière du jour. Les forts contrastes de la lumière colorent les chants de teintes mineures - c’est la gamme mineure. Quand, par exemple, un pauvre sort de chez lui par une journée ensoleillée, qu’il voit tout le monde bien habillé alors qu’il est en haillons, et que tous se promènent à l’aise, quand ses chaussures sont déchirées et qu’il ne peut faire comme eux, il chante alors une triste mélodie en mineur. Il ne peut se réjouir à la vue des autres ! À l’inverse, quand dans la nature, le berger voit l’eau descendre et sauter de rocher en rocher, une gamme majeure naît en son esprit ; le berger saute, chante et dit : « Ce que fait la nature, moi aussi je le fais, et comme l’eau saute, moi aussi je saute. » C’est ainsi qu’agit l’esprit humain.

Tu confieras ta tristesse, et seul le soleil pourra t’apprendre pourquoi tu dois le faire. Seul le soleil peut t’aider et te soigner. Tu l’exprimeras par le chant. Si tu es profondément triste, confie ta tristesse à un ami, mais ne le fais pas le soir. Si vous voulez vous soigner, n’allez pas le soir chez vos amis pour leur confier votre tristesse. Choisissez un jour lumineux, clair et ensoleillé ; invitez votre ami ; allez dans une forêt et faites-lui part de votre tristesse.

Ainsi, vous serez guéri. C’est une méthode par laquelle, si vous le souhaitez, vous pouvez vous soigner. Si vous portez en vous une tristesse dont il vous est difficile de vous libérer, choisissez le jour le plus clair et le plus lumineux, allez dans un champ ou sur une pelouse, chantez « Dis-moi ta tristesse… », et une grosse pierre sera retirée de votre cœur ; vous serez soulagé et direz : « Gloire à Dieu !

Je me réjouis et je suis renouvelé. » Si vous envisagez de vous soigner le soir, vous pourrez rendre  visite à cent familles, pour leur confier votre tristesse, non seulement vous ne serez pas soulagé, mais vous vous sentirez encore plus affligé.


Les poètes ont raison de rechercher la nature pour créer. Ils ont aussi des chagrins et de la tristesse, et c’est pourquoi ils vont en forêt où ils les déposent. Les poètes ressentent beaucoup plus intensément la tristesse, car leurs sentiments sont développés. Ils sont très sensibles. Les conditions ne leur sont pas favorables, ils sont pauvres, ne comprennent rien au commerce et sont dépourvus d’argent. Ils ont juste de quoi se vêtir et ne sont pas appréciés. Je parle en langage poétique. Et en revenant de la forêt, le poète dira : « Je vis dans un monde où personne ne me comprend. » Mais le temps viendra où l’on chantera ses rimes.

Peter DEUNOV