Merci de votre visite

vendredi 15 mai 2015

Peter DEUNOV et les COULEURS-LUMIERE



Tous les hommes se distinguent par leur degré de réceptivité à la lumière et par la manière dont ils la manifestent. Nous pouvons affirmer que le caractère même de la manifestation spirituelle de l’homme dépend de la qualité et de la quantité de cette lumière.

Si une personne a de la lumière rouge dans sa manifestation la plus basse, et en grande quantité, elle sera pré- disposée à se mettre en colère. Tous les êtres qui ont accumulé cette lumière dans leur organisme sont démesurément actifs et grossiers. Il faut donner une autre direction à cette énergie pour qu’elle accomplisse quelque chose par un travail conscient. Chaque couleur exerce une action organique et psychique. La couleur rouge dans son état le plus pur a un effet vivifiant, mais lorsqu’elle entre impure en l’homme, elle produit l’irritation. La couleur orange pure donne une noble individualisation, et lorsqu’on la reçoit impure, elle entretient l’égoïsme.



La pure couleur jaune produit l’équilibre intérieur des sentiments, la paix, la tranquillité. Dans sa forme impure, elle engendre un état maladif. La pure couleur verte intensifie la croissance sous tout rapport : des pensées, des sentiments, de la manifestation des élans pleins de noblesse. Dans une forme impure, elle cause le dessèchement physique et psychique. La couleur bleu-ciel, en grande quantité et pure, fait naître l’élan, l’expansion des sentiments, la manifestation de tout ce qu’il y a de plus élevé en l’homme. Reçue dans sa manifestation inférieure, elle a un effet opposé.

L’homme, alors, se sent porté à douter, à manquer de foi. Le bleu foncé dans sa manifestation la plus pure produit la fermeté, la décision, la force dans les convictions, dans les sentiments. Dans le cas contraire : l’inconstance. La pure couleur violette donne la force de caractère ; reçue dans de mauvaises conditions, elle a pour effet la pusillanimité. Chaque pensée produit une couleur particulière, d’où la grande importance des pensées positives et élevées pour que s’améliorent notre vie et celle de notre prochain. La force de l’écrivain dépend de la couleur qu’il fait naître dans la vie intérieure du lecteur. On appelle précisément bons écrivains ceux qui parviennent à produire les couleurs les plus pures dans l’âme des lecteurs. Toutes les grandes idées, les sentiments et les actes élevés paraissent dans la lumière la plus abondante, non extérieure mais intérieure. Ceux qui attachent plus d’importance à la couleur des vêtements, observent également les lois dont nous venons de parler. Ils le font seulement plutôt d’une manière subconsciente. Et ne voit-on pas déjà traiter les malades par les couleurs ?

Lorsque nous disons plus de lumière, nous avons en vue les conditions qui peuvent amener un changement dans notre vie actuelle, extérieure et intérieure. Les vibrations lumineuses viennent du cosmos vers la terre et, lorsqu’elles s’en rapprochent, elles se transforment de telle sorte qu’il en résulte la lumière ordinaire. Au-delà de cette lumière ordinaire, il y a d’autres énergies d’un ordre plus élevé et au-delà de ces dernières se trouve quelque chose de grandement raisonnable.

On ne cherche pas la lumière, on la reçoit. Si vous lui ouvrez largement votre âme, elle entrera librement et recréera tout en vous par de nouveaux moyens. Toutes les contestations et les querelles auront fait leur temps et l’abus de la force, la violence ne seront plus qu’un lointain souvenir, une sorte de cauchemar du passé. De grandes et nobles pensées naîtront alors dans l’esprit humain, et l’on verra paraître de véritables Mères et Pères, des caractères pleins d’abnégation dont la lumière rendra la santé à tous les malades.

Et le Prophète des temps anciens s’est très justement exprimé en disant : « Dieu sèchera toutes les larmes des hommes. » Le temps est venu où il faut que chacun vive conformément à ces hauts principes. Les hommes doivent avoir des idées et seuls les hommes qui ont de la lumière ont des idées, et avec eux on peut se comprendre. De même que la lumière pénètre tout l’espace, elle nous révèle les mondes lointains, tout le cosmos d’où elle nous apporte des nouvelles, de même nos pensées, nos idées et nos sentiments nés de la lumière doivent en avoir les mêmes qualités, c’est-à-dire, avoir les qualités de la lumière qui leur a donné naissance.

La meilleure distinction d’un homme par rapport à un autre se fait d’après les règles de la lumière. Par quoi se distingue l’homme cultivé ? Par sa lumière. Par quoi se distingue le savant ? Par la lumière de son savoir. Par quoi se distingue le philosophe ? Par la lumière de sa raison qui lui révèle le sens profond de l’existence. Par quoi se distingue le poète ? Par la force de sa divine intuition. Par quoi se distinguent l’homme spirituel et le saint ? Par la force de la lumière qui pénètre dans leur vie et leur donne la possibilité d’étudier l’existence de tous les êtres et de partager leur chagrin et leur joie, aussi infimes que ces derniers puissent être. Les nouvelles idées apportent la vie et le bien. Ce sont les seules qui apportent la vie et le bien. Seule la lumière du soleil levant apporte le bien aux hommes.