Merci de votre visite

mercredi 5 octobre 2016

L'oeuf alchimique d'OMRAAM



L'oeuf est composé de trois parties. La coquille, c'est le côté extérieur, le corps physique, tandis que le blanc représente le côté astral, vital de l'âme; et le jaune, ce germe qui se nourrit du blanc et doit un jour briser la coquille pour la quitter, c'est l'esprit. Le disciple, c'est un oeuf, c'est un germe qui doit se développer et il faut pour cela qu'une poule vienne le couver, c'est-à-dire lui donner sa chaleur. Cette poule pour le disciple, c'est un Maître. Par son amour, sa patience, sa tendresse, ses sacrifices, toute cette chaleur venant de l'extérieur, il permettra qu'un jour s'éveille la chaleur intérieure de l'oeuf. Ce qui existe avant toute chose disent les Initiés, c'est le feu. Le feu est présent partout, en tout. Il éveille les mouvements de l'air, ceux de l'eau qui se lie à la terre qu'elle aime. L'eau et l'air intermédiaires entre le feu et la terre sont en contact l'un avec l'autre, ils sont amis. Grâce à l'air, le feu vaporise l'eau qui s'élève alors dans l'atmosphère où elle reste un temps, suspendue à visiter certaines régions; puis l'air trouvant que son séjour se prolonge trop, lui intime l'ordre de partir. Il agit envers l'eau comme nous le faisons à l'égard d'amis importuns qui s'attardent chez nous. Alors, tout comme ces amis, l'eau pleure de grosses larmes de dépit et de chagrin et c'est la pluie. L'eau revient sur la terre qui s'en réjouit. La peine des uns fait la joie des autres!



Les quatre éléments participent à tous les secrets de l'involution, de l'évolution, de la génération des êtres, de la formation des métaux, de la transformation des continents. Les êtres diffèrent selon qu'en eux prédomine l'un ou l'autre des éléments. Ils sont physiques si la terre domine; végétaux ou astraux si l'eau domine; animaux ou sensibles si l'air domine; et humains, pensants et raisonnables si c'est le feu, la lumière. L'interaction des éléments a créé la vie. L'élément le plus spirituel, l'Esprit primordial, Dieu, c'était le Feu. Le feu produisit un principe, l'air, le soufre ou l'âme des choses. De son côté, l'air agit sur l'eau et l'eau sur la terre. Il est dit que l'air et l'eau ont produit le mercure et que l'eau et la terre ont produit ensemble le sel. La terre n'a pas trouvé après elle d'autre élément sur lequel agir et le processus s'est arrêté là.

Nous avons donc trois principes et quatre éléments, ce qui fait le nombre sept. Celui qui connaît bien le nombre 7 et sait agir sur les 4 éléments peut faire des miracles. Il est un magicien, un alchimiste, il est riche, parce qu'il est capable de changer les choses, de transformer ses états, il possède la science et les pouvoirs.

Le nombre 7, c'est l'homme complet parce qu'il contient les 4 états de la matière et les 3 principes. L'oeuf symbolise tout cela. Il contient la représentation des trois principes et des quatre éléments.

Où les trouver? Le feu a agi sur l'air de l'oeuf et a ainsi formé le jaune correspondant au soufre qui est jaune. Il s'agit naturellement non du soufre chimique mais du soufre philosophique. Le blanc de l'oeuf correspond au mercure, blanc comme l'eau. La coque, c'est-à-dire le cercle, la périphérie, l'enveloppe correspond au sel. Le disciple est un œuf ; il doit trouver un Maître qui accepte de le couver, qui, pour cela, le prendra auprès de lui, lui donnera sa chaleur afin d'éveiller et d'exciter celle qui est enfouie dans le fond de lui-même. Cette chaleur agira sur les molécules de l'air, puis de l'eau et de là passera dans les molécules de terre. Le petit poussin commencera à bouger dans l'oeuf et quand la mère verra car elle sait le voir qu'il peut vivre hors de la coquille protectrice, elle la brisera délicatement afin d'aider l'oison à se libérer car il n'aurait pas encore à ce moment-là, la force de percer du dedans la coque qui l'emprisonne; son bec n'est pas assez dur.

Ne vous imaginez pas pouvoir sortir de votre coque matérielle sans aide extérieure, sans un Maître, c'est une illusion grossière. Il faut qu'un Maître intervienne et casse cette coque pour que le disciple s'en échappe. Trouver Dieu tout seul! Cette idée fausse, cette prétention ont fait tant de ratés, tant d'oeufs stériles bons à jeter! D'autres n'ont pas eu le bonheur, la bénédiction de trouver la chaleur d'une couveuse; ils sont seuls. Et que fait-on des oeufs qui ne peuvent être mis à couver? On les mange. La nature a bien fait les choses. Il faut une poule pour couver les oeufs afin que les poussins viennent à naître. Il faut une poule et un oeuf. Tant de disciples s'égarent parce qu'ils veulent chercher Dieu sans l'aide d'un Maître.

De l'oeuf ou de la poule, lequel fut le premier au commencement de la création? Les savants se sont cassés la tête sur cette question et ils se sont livrés une véritable guerre pour déterminer si l'oeuf, le premier, sortit de la poule ou bien la poule de l'oeuf! Les Maîtres disent que la poule fut la première parce qu'elle exista de tout temps et c'est elle qui mit l'oeuf au monde.

Croire que l'oeuf fut le premier, c'est avoir une philosophie matérialiste, c'est celle des savants qui prétendent que la création, le monde, proviennent de la combinaison mécanique, stupide des éléments, que ce qui était privé de raison avait engendré la raison, avait organisé et suscité la beauté, l'harmonie de l'univers tel que nous le connaissons. La théorie mécaniste veut que les atomes se soient unis et réunis on ne sait trop pourquoi ni comment et qu'ils aient réussi à faire ainsi un homme conscient.
Mais on n'a jamais pu comprendre et expliquer comment la raison avait fait son apparition dans cet organisme, dans cet être issu de la matière, fabriqué par elle. C'est une théorie totalement inadmissible. Celle des grands Initiés dit que l'Univers provient d'un Etre conscient, existant depuis toujours, Tout-Puissant et Tout-Intelligent, Dieu. Le monde est venu du Cosmos, c'est-à-dire d'un ordre, d'un Oeuf donné par Dieu, le créateur.

Le symbole de l'oeuf recouvre de nombreux secrets, entre autres justement ces deux théories, ces deux points de vue philosophiques. Ce n'est pas pour rien que les alchimistes ont vu dans l'oeuf la représentation de beaucoup de vérités. Pourquoi l'oeuf a-t-il un jaune, un blanc et une coquille? Les alchimistes parlent d'une matière première qui a créé toute chose et qu'ils dénomment de nombreuses façons: chaos, Mercure, pimbar, pibrède, crachat de Lune, Virginale, fumée blanche, Oiseau d'Hermès, rosée céleste, etc... Cette matière blanche doit être mise dans le creuset la coquille avec une autre. De ces deux matières, l'une est féminine, l'autre masculine. La première doit être prise dans le minéral et la seconde dans le métal. Lorsque le feu sera allumé par l'alchimiste, la chaleur montera et une matière mangera l'autre, tout comme le jaune de l'oeuf mange le blanc pour se nourrir quand la poule le couve.

L'alchimiste, c'est le Maître qui couve l'oeuf afin que le poussin croisse et bientôt sorte de sa coquille. Il sait que la chaleur ne doit pas être trop forte car les deux matières ne pourraient alors se joindre et former l'enfant, le roi, nourri de matière virginale, qui sera vêtu de pourpre. C'est cet enfant qui sera le roi de la terre, le prince le plus puissant. Il viendra sauver ses frères rouillés, aveugles ou lépreux. Ces frères, ce sont les métaux inférieurs et il les transmuera en or pur. Ce roi qui doit sortir de l'oeuf, c'est la pierre philosophale.

Il reste beaucoup de questions au sujet des travaux à effectuer pour produire la pierre philosophale et les alchimistes, qui nous disent presque tout, encore faut-il l'interpréter, taisent le nom de la matière première et la température à laquelle le feu doit faire monter le contenu du creuset. Il faut que la cuisson dure très longtemps, mais sans le brûler; brûlé, il ne pourrait faire apparaître le roi. Si un feu trop faible ne produit rien du tout, un feu trop fort brûle tout. Il y a toujours une sorte de putréfaction dans l'oeuf avant que le poussin n'en sorte; donc, dans le creuset, la matière aussi doit se putréfier. Lorsqu'elle arrive à la couleur blanche, si on arrête le travail, on pourra transformer les métaux en argent. Si l'on va jusqu'à la couleur orange, on peut les changer en or. Voilà la signification des deux couleurs de l'oeuf, blanc et jaune orange; ce sont les symboles des couleurs philosophales.

Mais ce qui nous intéresse, nous, c'est le disciple! Le disciple doit être chauffé, cuit, préparé, élaboré par son Maître jusqu'à ce que le petit poussin sorte de l'oeuf, c'est-à-dire jusqu'à ce que naisse le petit Christ intérieur, le Roi qui pourra enseigner et libérer les autres. Pour qu'il naisse ce roi, il faut qu'un Maître vous guide dans votre vie profonde, un Maître qui sache régler la chaleur favorable à votre éclosion. Refuser de travailler avec un Maître, c'est faire comme un alchimiste ignorant qui, pour essayer, fait cuire n'importe quoi sur n'importe quel feu; c'est agir comme les sophistes et on les rencontre partout sur son chemin si on refuse un guide. Ils se présentent sous des formes diverses, par exemple sous les traits d'une femme cajoleuse, enjôleuse, qui fournit un feu brûlant et destructeur, celui de la passion, de l'amour sensuel.

Et bien d'autres faux guides vous mèneront n'importe où. Au lieu de naître, le poussin sera brûlé ou bien l'oeuf sera dérobé, détourné. Des sophistes, on en trouve de toutes sortes: amis, patrons, enseignants, etc.! Celui qui a été mal guidé, dupé, ne devra pas se plaindre par la suite, parce que c'est lui qui a refusé de se confier aux mains d'un vrai alchimiste. Il était impossible que le poussin naquît. Il est un avorton, un raté. Qui ne veut pas de Dieu pour Maître, forcément tombera sous la coupe du diable. Son feu ne sera pas le bon et il brûlera, il sera consumé. Les disciples qui cherchent les plaisirs, les passions, la sensualité, déjà ont appelé à eux le grand sophiste de la chimie destructrice. Ils se sont installés dans l'enfer où le feu est ardent, mais, les opérations alchimiques manquées, ratées.

Pour que l'enfant-Christ naisse en eux, les disciples doivent se hâter d'entrer dans le centre du cercle afin d'être couvés. Il faut posséder la pierre philosophale symbolique, intérieure. Christ veut et doit naître en nous. Cette petite phrase est d'un sens profond, essentiel, dont je ne vous révèle ici qu'un aspect. Le plus grand mystère, c'est de trouver la pierre philosophale. Ceux qui rient des théories des alchimistes ignorent leur sens réel. Le sens de la vie est justement de découvrir cette pierre, de connaître les quatre éléments et de savoir comment ils travaillent dans l'univers, dans le cosmos et en nous-mêmes. Le sens de la vie c'est de savoir tout ce qui se passe en nous, de reconnaître l'élément qui prédomine à tous les moments, de savoir aussi quels développements se font lorsqu'agissent les trois principes, Amour, Sagesse, Vérité, ou, dans le langage alchimique: soufre, mercure et sel.

Le blanc, le jaune et la coquille de l'oeuf représentent les trois principes et l'on y découvre les quatre éléments, puisque le solide est la coquille, le liquide est le blanc, l'élément aérien est dans le jaune et le feu s'y cache. Les alchimistes ne se sont pas trompés, quoiqu'en pensent les savants actuels. Ils connaissaient la vie dans la nature, ils savaient établir des comparaisons et se servir des analogies. Ils étudiaient la terre, les minéraux, leur formation dans les couches géologiques et ils avaient pénétré de nombreux processus qui échappent totalement aux géologues d'aujourd'hui. Ils pouvaient décrire l'apparition des minéraux et des végétaux. Mais de toutes ces choses je vous donnerai une autre fois la description du point de vue initiatique.

Il faut avoir un centre, regarder vers lui, il faut aimer Dieu. Il faut obéir à la tête, comme le font les membres et les organes dans votre corps. La tête donne des directives à tous les points du corps comme le centre projette ses rayons sur tous les points de la circonférence. Ces rayons ont tous la même longueur, leurs points extrêmes sont tous à la même distance du centre. Il n'y a aucune injustice et tout marche parfaitement bien dès lors que toutes les cellules écoutent et entendent la raison.

Mais si l'un des organes, n'importe lequel, exagère, se rebelle, se singularise, que ce soit les pieds, les poumons, le foie, l'estomac ou le cerveau, l'homme commence à souffrir. C'est ainsi que les choses se passent dans toute société, dans l'humanité; tous doivent obéir à Dieu, tous doivent regarder le centre, tous doivent tenir très haut leur idéal. Nous devons chercher Dieu comme centre, point d'arrivée, d'aboutissement et accorder toutes nos cellules pour qu'elles marchent ensemble dans la même direction. Au lieu de les laisser se disperser en pleine anarchie, nous les unirons et les harmoniserons dans un travail commun et magnifique. Quand il n'y a pas de tête, quand il n'y a pas un idéal commun à tous, il n'y a ni cercle, ni centre. Nous n'atteindrons la perfection que si tous les rayons convergent vers un point unique, un centre ou un sommet, vers Dieu.


Propos de Omraam Audio MP3 sur le blog de Francesca http://herosdelaterre.blogspot.fr/