Merci de votre visite

samedi 27 décembre 2014

ENTRER EN RELATION AVEC SA CONSCIENCE – par Peter DEUNOV




Certains pensent pouvoir facilement devenir des génies. Mais il faut s’attacher longtemps au chanteur ou au musicien génial, le servir, observer ce qu’il fait et comment il travaille pour, avec le temps, devenir aussi un chanteur ou un musicien génial. En général, on peut juger du caractère d’un homme d’après le degré de sa musicalité. Plus grande est la musicalité d’un homme et plus fort est son caractère. Être musical, dans ce sens, ne signifie pas forcément être musicien, chanteur ou virtuose, mais avoir une profonde perception de la musique, avoir une nature profondément musicale, avoir une âme musicale. Si l’homme a une âme musicale, ses pensées, ses sentiments et ses actes seront imprégnés de musique. Aujourd’hui, les hommes se plaignent que leurs pensées et leurs désirs ne se réalisent pas. Pourquoi ? Parce que leurs pensées et leurs désirs sont dénués de musique et de poésie. Si les pensées et les désirs de l’homme étaient imprégnés de musique, ils se réaliseraient infailliblement. Il n’y a pas de musique dans l’homme dont les sentiments sont endurcis. Vous pouvez alors jouer et chanter techniquement, mais non pas avec votre âme.

Par contre, l’homme animé de sentiments délicats est rempli de musique. Il sait chanter et jouer, et sa conscience est supérieure à celle du premier. Là où la musique a pénétré, les hommes sont plus nobles, mieux organisés, leurs crânes sont plus réguliers.

La vie musicale de l’homme se reflète également dans son organisme physique et, avant tout, sur son visage. Pour cela, l’homme doit chanter et jouer. La musique, non seulement contribuera favorablement à son organisation physique et morale, mais, graduellement, écartera de lui les inquiétudes dont la vie moderne est pleine et équilibrera les forces de son âme. L’intellect restera toujours clair et calme, la mémoire fraîche et forte.

Au chant, doivent prendre part la subconscience, la conscience, la soi-conscience et la superconscience. Celui qui veut bien chanter doit être intérieurement calme et concentré. Vous ne pouvez pas véritablement bien le faire si vous nourrissez de mauvaises pensées ou de vils sentiments.

La sagesse se sert de la musique. Dorénavant, le monde musical y appartiendra. Le côté extérieur de la musique, l’interprétation ne peuvent se manifester sans sagesse. La musique est un grand art ! Par elle, le caractère, les pensées et les sentiments de l’homme peuvent s’exprimer. Comment exprimez-vous, musicalement, les vibrations de l’intelligence, de l’esprit et celles du cœur ? Le cœur palpite rapidement et l’esprit, solennellement. Pour le disciple en occultisme, la musique représente une des importantes méthodes de travail, un des meilleurs moyens pour l’économie et l’accumulation de l’énergie. La musique le préserve des conditions défavorables extérieures et intérieures.

Par elle, il apprend à garder son équilibre surtout dans cette région du monde astral où des changements brusques se produisent. Par elle, il apprend à dompter ses fauves, les passions et les désirs violents, les penchants bestiaux. La musique fortifie l’homme dans son corps et dans son âme. Par la musique, dans le sens le plus large, on entend la musique dans les pensées, dans les sentiments et dans les désirs. Si 1’homme possède cette musique et cette harmonie au-dedans de lui-même, il sentira alors quelque chose chanter doucement en lui. Il entendra une harmonie ininterrompue résonner quelque part dans les profondeurs de son âme. Cet état musical apaisera son cœur et son intellect et imprimera une direction nouvelle à sa pensée.

L’homme doit chanter et jouer pour entrer en liaison avec la conscience de la nature, ainsi qu’avec le monde supérieur de la raison. Cependant, avant tout, il doit chanter et jouer sur lui-même. De cette façon, il captera la musique des sphères supérieures et, en même temps, la transmettra aux autres. C’est pourquoi il est indispensable pour toutes les sociétés spirituelles de commencer et de terminer leur travail par la musique. En procédant ainsi, elles attireront les forces de la nature qui sont en harmonie avec elles ainsi que l’attention des êtres supérieurs du monde spirituel qui sont d’une extrême musicalité. Ces derniers s’intéresseront à ces sociétés et descendront pour prendre part à leurs travaux. Lorsque ces êtres supérieurs descendent, ils laissent toujours quelque chose de précieux, un don quelconque.

Quand l’homme chante, il acquiert toujours quelque chose. Le chant est une force. Chaque ton a des vibrations qui lui sont propres et qui répondent à des forces naturelles, à des pensées définies. Un ton qui est émis correctement possède une grande force. Les hommes qui veut vivre longtemps doit chanter.

Le corps de l’homme est un instrument musical complexe qui demande à être constamment accordé et harmonisé. L’organisme humain possède une clé qui lui est propre d’après laquelle peuvent être déterminés les tons de ses différents organes. D’après les fonctions de ces organes dans le corps et d’après leurs vibrations, on peut déterminer leurs tonalités musicales. Au moyen d’exercices occultes appropriés, accordés aux gammes correspondantes, on peut agir sur les divers organes du corps.
Jusqu’à ce que vous arriviez à cette science, vous devez utiliser les exercices occultes musicaux qui ne sont rien d’autre que des méthodes de transformation des énergies. Ils diffèrent radicalement de ceux de la musique ordinaire. Dans celle-ci, les tons sont des syllabes cadencées et le rythme est similaire à ce qui se produit lorsque l’on fait claquer un fouet. Ces exercices reposent sur une autre base. Il est vrai qu’entre eux et les exercices de musique commune existent des points de contact mais ils sont pourtant très différents. La musique occulte n’est pas encore accessible à toute l’humanité. Elle ne le sera que lorsque les humains seront plus développés musicalement.

Prenez par exemple « Kiamet Zenou ». Il a un caractère oriental qui n’est pas compréhensible pour tous. Si vous pouviez chanter cet exercice comme il le faut, vous ressentiriez un effet inhabituel, insolite. C’est que sa force réside dans ses tons et combinaisons. La musique de l’avenir, celle de la 6e race, possédera la vertu de guérison. Elle sera magique. Elle constituera pour l’homme un moyen d’animer la nature : les pierres, les arbres, les sources, tout sera vivifié par cette musique. Et quand nous disons que la nouvelle culture apparaîtra lorsque les fleurs parleront, nous entendons par-là que l’homme commencera à percevoir la musique qui émane d’elles.

Il commencera à saisir la musique qui pénètre la nature tout entière. Du point de vue profond, le but suprême de la musique consiste à allumer le feu sacré de l’amour dans l’âme humaine. Et si ce feu brûle, l’homme peut tout : apprendre, travailler, créer. En tant qu’art technique, la musique est une chose, en tant que force organisée de la nature et l’art idéal, elle est une autre chose. Celui qui possède la musique comme art extérieur joue avec beaucoup de technique ou de virtuosité. Celui qui comprend la musique comme manifestation profonde de l’être, joue avec inspiration, joue et chante avec son âme. Pour jouer et chanter avec son âme, le musicien doit connaître les lois. Il doit savoir projeter son double éthérique et le placer dans son larynx ou dans son instrument. Dans ce cas seulement, il peut extraire de son instrument les sons qu’il désire émettre. Quand l’homme chante de toute son âme, il fait jaillir en lui des sentiments qui dilatent le cœur et, en même temps, l’intellect a plus de lumière et de force.

La musique apporte à l’âme l’élargissement ; à l’esprit, la force et la puissance ; au cœur, la douceur et la chaleur ; à l’intellect, la lumière et la liberté. Dans le chant, l’inspiration joue un grand rôle. Celui qui chante avec inspiration est libre. Et la liberté existe seulement là où il y a l’idéalisme. La pratique de la musique occulte exige beaucoup d’intelligence, de cœur, de volonté et d’équilibre.
L’homme doit posséder une volonté disciplinée. Rien ne doit venir le perturber. La musique est un grand processus divin qui existe dans tout le cosmos, dans la nature entière.

La musique occulte n’admet pas une exécution superficielle. Elle recherche le contenu, la profondeur. Elle ne tolère ni vibrations, ni trémolos artificiels de la voix. De telles choses produisent, après un certain temps, des conséquences indésirables dans la vie de l’homme, car la nature ne supporte aucune anomalie. Le chant véritable doit être expressif. Cela ne signifie pas des trémolos, mais de la vivacité, de l’agilité dans la voix. Dans chaque note chantée, on doit mettre une pensée, un sentiment, une volonté. Si la pensée seule agit dans le larynx, la voix sera sèche ; si le sentiment agit seul, la voix sera pleurnicharde, sentimentale ; si la volonté agit seule, la voix sera dynamique. Celui qui chante de façon occulte, doit vivre ce qu’il chante et dans son intellect et dans son cœur et dans son âme. Lorsqu’un homme chante de cette façon, les forces puissantes se déversent dans son intelligence et dans son cœur. C’est comme si la création tout entière chantait avec lui. Une telle expérience ne peut s’exprimer par des mots.

La musique instrumentale est régie par la même loi. Quand un virtuose de musique occulte joue sur un violon, il se lie avec un grand monde cosmique et son jeu éveille immédiatement un écho. Celui qui sait écouter, entendra non pas un seul, mais plusieurs violons jouer doucement et harmonieusement. Tous les sons de ces violons se fondent en une seule harmonie grandiose, car le monde divin est en vérité, harmonie, musique et union musicale de grandes âmes.

On comprend aisément qu’un tel chant et un tel jeu ne soient pas accessibles aux musiciens ordinaires. Avant tout, la musique dont je parle exclut toute infirmité chez l’exécutant. Si le musicien souffre d’une infirmité quelconque, cette musique lui reste inaccessible. Pour réussir à attirer les forces musicales créatrices de la nature, le musicien doit consacrer sa vie au service de l’humanité. Un musicien véritable doit être un apôtre de la musique ; ainsi il prolongera la tradition de ces tout premiers musiciens, adeptes de cette musique qui fut d’abord cultivée dans les temples antiques d’initiation pour être ensuite répandue au milieu des hommes : la musique est sortie du sanctuaire des Initiés.

Pour mettre la volonté également en action dans le chant, on doit se lier avec le mouvement. La musique trouve dans les mouvements son expression particulière.

Quand elle est liée au mouvement, elle devient belle. Tout doit s’animer dans la musique, se mettre en mouvement. Si elle est liée également à la parole, elle devient encore plus belle. Tout le corps doit vibrer et se mouvoir musicalement, tous les gestes doivent être musicaux. Les mouvements s’effectuent d’après certaines lois. Par la musique, nous pouvons acquérir des mouvements naturels.
Nous comprendrons que chaque geste projette hors de l’homme certains courants grâce auxquels un échange naturel s’établit entre lui et la nature. Au moyen des mouvements, l’homme prend et donne simultanément. Voici la loi : quand les mouvements coïncident avec les tons, ils deviennent de grandes forces magiques.

Il n’est pas facile de se mettre à chanter devant un auditoire en faisant des gestes. C’est pour vous-même que vous devez chanter et vos gestes doivent vous être inspirés par la musique. Tout mouvement dans la vie ne se réduit pas à une certaine bienséance extérieure. Il y a une convenance intérieure et une extérieure, comme il y a une bonté, une intelligence extérieures et intérieures. Les vertus intérieures sont préférables à celles qui s’expriment en surface. Pour que l’homme puisse se manifester justement tel qu’il est, une certaine liberté intérieure est nécessaire. Que celui qui veut chanter pour lui même aille dans les bois et qu’il chante en faisant des mouvements plastiques. Mais si vous entriez dans un milieu quelconque et que vous commenciez à chanter avec des gestes contraints, vous vous exposeriez à faire rire de vous. Pourquoi ? Parce qu’il y a quelque chose de disharmonieux dans vos gestes. Si vos mouvements sont harmonieux et en rapport avec le chant que vous interprétez, ils ne pourront provoquer aucun rire. Quand l’homme agit sous l’impulsion de l’Esprit, tout en lui est beau. Mais pour l’instant, ni les mouvements ni la parole des humains ne sont justes, parce qu’ils ne sont pas encore parvenus à rejoindre la grande harmonie de la nature vivante.



Dans les mouvements, il doit y avoir une grande diversité et de la plasticité. Chaque geste doit apporter alors une bonne disposition à l’être humain. Aujourd’hui, beaucoup de mouvements sont subconscients. Les hommes eux-mêmes ne savent pas ce que veulent dire leurs gestes. Quand la conscience supérieure de l’homme s’éveillera, il comprendra ses mouvements et leur donnera un sens.