Merci de votre visite

samedi 3 octobre 2015

Afin de ne pas perdre l’Espoir


Pour ne jamais perdre l’espoir, il est nécessaire d’entretenir en soi la foi et l’amour, et devant chaque difficulté qui se présente, les appeler au secours. Or, c’est exactement le contraire que font généralement les humains. A la moindre déception, au moindre obstacle, ils ferment leur cœur, ils perdent la foi, et l’espoir les quitte aussi… sauf celui de prendre leur revanche, et par des moyens qui ne sont pas toujours les plus recommandables. Mais cela ne les trouble pas : ils trouvent toutes sortes d’arguments pour justifier leur attitude hostile et vindicative. Comment leur faire comprendre que les difficultés sont au contraire vaincues par la foi, l’espérance et l’amour ? Oui, les difficultés nous sont données justement pour développer ces trois vertus, mais à condition que Dieu soit l’objet de cette foi, de cette espérance et de cet amour. Ces trois vertus peuvent être comparées aux trois côtés d’un prisme de cristal ; et la présence divine est comme le rayon de soleil qui tombe sur ce prisme et se décompose en sept couleurs.



Dans une de ses conférences intitulée : "Les trois grandes forces" ; le Maître Peter Deunov disait : 

"Les humains se découragent très facilement et pour se justifier ils accusent les conditions dans lesquelles ils vivent. Non, la cause profonde de leur découragement n’es pas dans les conditions extérieures, elle vient de ce qu’ils ont trop peu d’espérance, trop peu de foi et trop peu d’amour. Pour marcher fermement sur le chemin de la vie, ils ont besoin de renforcer en eux-mêmes les trois sources de la foi, de l’espérance et de l’amour. Où ces sources se trouvent-elles ? Dans le cerveau. Oui, dans notre cerveau, nous possédons trois centres qui sont les conducteurs de la foi, de l’espérance et de l’amour, car la foi l’espérance et l’amour sont des forces cosmiques".

Toutes nos capacités, toutes nos vertus ont leur siège dans le cerveau. Et parce que la foi, l’espérance et l’amour sont les vertus qui nous relient directement à Dieu, elles ont leur siège dans la partie supérieure de la tête ; au sommet l’amour ; un peu à l’avant, et de part et d’autre, le foi ; un peu à l’arrière, et également de part et d’autre, l’espérance.


Le maître Peter Deunov disait aussi : "Il faut que l’homme porte intérieurement ces trois vêtements : l’espérance qui est le vêtement humain, la foi qui est le vêtement angélique, et l’amour qui est le vêtement divin. J’appelle saint tout homme portant les trois vêtements de l’espérance, de la foi et de l’amour…"

Et encore : "l’espérance résout la question d’un jour, la foi résout la question des siècles et l’amour est la force qui embrasse l’éternité". Pourquoi le Maître dit-il que l’espérance résout la question d’un jour ? Cela rejoint le passage des Evangiles : "Ne vous inquiétez pas du lendemain, car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine". Vous voyez, tout se tient.

La foi, l’espérance et l’amour... parmi nos contemporains, combien ont recours à ces vertus

Les livres de Omraam sur le blog de Francesca : http://herosdelaterre.blogspot.fr/