Merci de votre visite

lundi 2 juin 2014

Quand Jésus parlait de la croix


Quand Jésus parlait de la croix, il ne pensait pas à n’importe quelle croix de bois ou de métal, mais à la croix de la destinée qui est inscrite dans le ciel de naissance de tous les êtres. Cette croix, il ne faut pas se laisser écraser par elle ni essayer de s’en débarrasser, mais la porter consciemment. Et c’est pourquoi Jésus dit : "Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même" Qu’est-ce que ce "lui-même" ? C’est son moi inférieur, qui ne cesse de lui conseiller de chercher les facilités, les plaisirs, de fuir ses responsabilités, c’est à dire en résumé qui le pousse à s’enfoncer dans la matière. Or, celui qui cherche à échapper aux efforts, montre qu’il ne connaît pas les lois sévères qui régissent la destinée et il rencontrera toujours des difficultés, plus grandes et devra redoubler de peine pour se libérer. La Justice céleste lui dira : "Tu n’as pas voulu apprendre ta leçon, tu n’as pas voulu résoudre tes problèmes quand tu avais de bonnes conditions. Eh bien, maintenant, voilà à nouveau les mêmes problèmes. Tu n’as pas d’aussi bonnes conditions pour les résoudre, mais tant pis pour toi ! Tâche maintenant d’être raisonnable, sinon ce sera encore pire…".

Ne fuyez pas les difficultés, mais cherchez si vous avez bien compris leur sens et faites ce qui est nécessaire pour les surmonter. Lorsque vous aurez remporté la victoire, vous pourrez aller n’importe où en toute tranquillité, même en Enfer, comme Jésus après sa mort. Car les anges préparent le chemin pour ceux qui ont accompli les devoirs que leur imposait la croix de leur destinée. Le plus souvent, ce qui paraît facile au premier abord est en réalité extrêmement difficile, et inversement. Alors, choisissez le chemin le plus difficile, acceptez de porter votre croix et ne vous lamentez plus chaque jour auprès des autres. Dites au contraire : "C’est notre tâche, c’est le problème à résoudre, c’est une science à connaître. Nous résoudrons cette question par la sagesse, l’amour et la pureté". Et le Seigneur enverra des anges pour alléger vos épreuves. Mais si vous choisissez la route facile, vous aurez aussi pour compagnons des anges, certes, mais d’une autre nature, car parmi les anges il y a aussi des agents de police, des gendarmes, des gardiens de prison !

"Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’l se charge de sa croix". C’est de la croix que se servira le disciple pour construire la base de sa maison, en ne satisfaisant pas les exigences de son moi inférieure. Et son Moi supérieur, son véritable Moi ira vivre "sur le toit" de la maison, qui est aussi une croix, mais la croix du mérite, de la grâce. De là-haut, il verra le soleil se lever, il contemplera les astres, il lira les lois et les prescriptions de l’Intelligence Cosmique. Le symbole de la croix représente la synthèse de toutes les expériences heureuses ou malheureuses que le disciple doit vivre pour en tirer des leçons et progresser. Si la croix n’était pas nécessaire à la vie du disciple, Jésus aurait simplement dit : "Allez, laissez votre croix et suivez-moi, car le chemin est long, et pour pouvoir marcher longtemps, vous devez être débarrassé de tout fardeau". Mais Jésus a dit : "Prends ta croix et suis-moi", car c’est en prenant sa croix que l’homme se libère.


Alors, vous voyez, les chrétiens qui on fait de la croix le symbole de leur religion et qui la portent comme un bijou autour du cou sont encore loin de se douter de la richesse, de la profondeur et du sens initiatique de la vraie croix.