Merci de votre visite

dimanche 7 février 2016

Chacun cultive un discours selon sa personnalité



Si nous mettons la clé personnalité-individualité dans la serrure de la porte qui ouvre sur le monde politique, que de découvertes. Chaque intervenant tient le discours de l’individualité ; le bien de tous, le bonheur partagé, le travail libérateur, le pacifisme, les droits de l’homme, les droits de l’enfance, la libération des peuples opprimés, l’aide aux plus défavorisés… Mais la réalité, c’est que, le plus souvent, chacun cultive un comportement inspiré par la personnalité : agissons d’abord dans notre seul intérêt, faisons le jeu des groupes de pression les plus puissants et les plus riches, bernons les ambitieux tout en les persuadant de notre soutien et de notre aide, amadouons les subalternes pour accomplir nos basses besognes, armons-nous à outrance et attaquons…



Ce décalage entre le discours et le comportement est la ruse idéologique par excellence de la politique, qui maintient chaque citoyen dans son impuissance, son incapacité à tout changement véritable.

"L’homme est un loup pour l’homme" – d’après le mot de Hobbes, repris depuis avec tant de constance et de succès. Et pourquoi ?

Parce que le plus souvent ses pensées, ses sentiments et ses actes lui sont inspirés par sa nature inférieure. Tous les conflits ont pour origine les passions exacerbées de personnalités égocentriques. Ainsi peut-on entrevoir l’importance que pourrait prendre, dans chaque pays, une éducation des citoyens à l’universalité. Tout homme d’Etat, tout dirigeant politique – mais aussi tout individu chargé d’une responsabilité quelconque – ne peut assez mesurer la nécessité d’élargir son champ de conscience à l’échelle de l’humanité entière, afin que ses décisions prennent également en compte l’intérêt des autres. Ainsi toutes ses tendances profondes, harmonieuses, purifiées, maîtrisées par la puissance de sa nature supérieur apporteront la cohésion et la paix à ceux dont il a la charge et qu’il doit servir. Mais dirigeant ou non, tout être humain doit dans sa sphère intime entreprendre ce travail, et personne ne peut le faire à sa place, puisque son monde intérieur lui est propre et que c’est là, en premier lieu, qu’il doit conquérir le pouvoir suprême.

Cette idée que nous devons  nous hisser jusqu’à ce sommet de notre être, la nature supérieure, pour préserver l’intégrité des individus et de la collectivité, éclaire aussi singulièrement le champ pédagogique.

Certains anthropologues affirment que la cohésion des sociétés primitives et traditionnelles résidait dans les rites initiatiques de passage qui permettaient à l’enfant d’entrer dans la communauté des adultes. Or, ces traditions sont perdues dans nos sociétés industrielles avancées. Ainsi, le devenir adulte des adolescents ne se produit jamais sans crise aiguë, sans révolte, sans actes d’agression plus ou moins violents contre la société et parfois contre eux-mêmes. Il ne s’agit évidemment pas d’introduire de telles traditions dans nos sociétés sous prétexte de leur donner une structure. Ces rites de passage, véritable s cérémonies magique s qui subsistent encore dans certains pays africains, par exemple, s’accompagnent d’épreuves très dures (séparation d’avec la famille, exposition aux dangers, scarifications) et sont totalement étrangers à nos mentalités. Nos contemporains ont besoin d’intérioriser la raison d’être des choses.

Mais l’essentiel doit subsister ; le sens initiatique du passage. Or, le passage de l’enfance à l’âge adulte n’est rien d’autre que le passage de la personnalité à l’individualité. Si le narcissisme de l’enfant va de soi, puisqu’il est le point de départ de son développent, le devenir adulte nécessite le dépassement de cet égocentrisme.


sur le blog de Francesca http://herosdelaterre.blogspot.fr/  retranscription des livres de Omraam