Merci de votre visite

jeudi 4 février 2016

LA JUSTE RESPIRATION par P.Deunov



Une respiration rapide est malsaine, car celui qui respire vite se fatigue rapidement et ne peut mener ses activités à bonne fin. Manger vite est également néfaste. Quand il se nourrit, l'homme ne doit pas se hâter; il doit au contraire mâcher lentement ses aliments afin de ne pas nuire à son estomac.

Ainsi donc, on doit éviter de respirer et de manger vite. Mais pourquoi l'homme se presse-t-il ? Il se presse lorsque quelque chose l’embarrasse, le gêne; quand, il est ou se croît poursuivi; quand il n'est pas libre. Certaines personnes se pressent aussi quand elles marchent. Elles risquent alors de buter quelque part, de tomber, ce qui les forcera à s'arrêter et nuira au bon avancement de leurs travaux.




La règle à observer est de partir lentement et d'accélérer progressivement le pas.

Nos contemporains respirent 20 fois, et même davantage en une minute. C'est un rythme trop rapide. Avec une telle respiration, l'oxygénation du sang se fait trop hâtivement, ce qui l'empêche de se purifier complètement.Les impuretés n'étant pas éliminées s'accumulent alors sous forme de dépôts sur les parois des artères et des veines..

Ceux qui respirent vite ont une volonté faible. Appliquez votre volonté à réduire le nombre de respirations à la minute, et descendez graduellement de 20 à 17, puis à 15, à 12.

Si vous pouvez arriver à respirer régulièrement 10 fois à la minute,, cela se répercutera d'une façon bénéfique sur votre organisme.. Celui qui désire renforcer sa volonté doit s'exercer à respirer lentement. Une volonté forte peut régulariser la respiration.

La volonté se trempe au contact des difficultés; si un être ne rencontre ni contretemps, ni obstacles, ni épreuves, sa volonté s'affaiblira. C'est la cause pour laquelle bien des gens fortunés ont une volonté faible. Ils disposent en effet de tout le nécessaire, et ne rencontrent que peu de difficultés à surmonter

Certains êtres, disposant de richesses et d'autorité, pensent qu'en donnant des ordres à tout leur entourage, ils démontrent une forte volonté. Celui qui commande ainsi devient rude, mais ne développe pas sa volonté. L'homme doué d'une juste volonté n'est pas rude, dans sa main, la volonté est un marteau avec lequel il frappe sur l'enclume et façonne des objets précieux.

En parlant de la respiration, je sous-entends la respiration consciente, à laquelle la vie divine est associée; sans cette participation, l'être ne peut recevoir les forces et les biens contenus dans l'air, et que DIEU cache à ceux qui n'ont pas d'Amour pour lui. Et même s'il leur offrait ces biens, de tels êtres ne pourraient pas les utiliser justement. Tout le monde veut être sain! Ce désir est naturel, mais il faut savoir que la santé est en étroite relation avec une respiration consciente.

C'est pourquoi l'homme doit pratiquer, au moins trois fois par jour pendant dix à quinze minutes durant le matin, le midi et le soir, des exercices respiratoires, avec amour pour le prâna de l'air qu'il reçoit, et de la gratitude pour les biens qui y sont contenus ( énergie vivifiante et divine ). C'est en cela que consiste la respiration consciente. De nos jours, l'homme s'affaire à une foule de choses: il cherche à gagner de l'argent, à devenir heureux; il va au cinéma, au concert, etc. mais il ne pense aucunement à respirer consciemment !

Son opinion est que la respiration est un processus naturel, s'effectuant d'une façon mécanique, et qu'il est inutile d'y penser. Il est bien vrai que respirer est un processus naturel, mais de la manière dont les humains respirent, en général, seule la partie supérieure des poumons est utilisée; la partie inférieure reste inactive et en conséquence, elle perd de son élasticité. Une telle respiration n'est donc pas naturelle; elle n'est que superficielle, fragmentaire. Ainsi donc, respirez lentement, calmement; après avoir inspiré une certaine quantité d'air, et retenez l'air, dans vos poumons jusqu'à ce que vous en ayez extrait la force vivifiante, c’est-à-dire le "prâna", qu'il cache en lui.

Tant que vous ne sentez pas que votre ventre se gonfle et que vos poumons soient bien remplis de bas en haut d'air, et que votre cage thoracique se gonfle aussi pour que la force vitalisante du prâna puisse s’imprègner en vous, n'expirez pas. Lorsque Jacob rencontra le Seigneur, il lui dit: " Seigneur, je ne Te quitterai pas jusqu'à ce que Tu m'aies béni !" Et le Seigneur lui répondit : " Dorénavant, tu ne t'appelleras plus Jacob, mais Israël. "

Faites de même avec l'air: respirez profondément, calmement, remplissez vos poumons et n'expirez pas avant que l'air, ne vous ai donné toute la force de vie divine, qu'il renferme.

Respirez consciemment, profondément, dans toutes les circonstances de votre vie. Vous avez mal à l'épine dorsale, aux reins, respirez profondément. Vous avez mal au pied, à la main, à la tête, à l'estomac, au ventre, respirez encore profondément. Ne craignez pas la douleur: car elle est une bénédiction pour vous ! S'il n'y avait pas de maux et de souffrances dans votre vie, votre condition risquerait d'être pire que celle qui est la vôtre maintenant.

Les maladies et les souffrances amènent les humains à se corriger.
Si vous souffrez de la tête, cela signifie que vos pensées ne sont pas correctes. Dès l'instant où vous aurez de bonnes pensées, votre mal de tête disparaîtra de lui-même. Celui qui n'est pas juste envers autrui et envers lui-même aura mal aux mains. Celui qui a mal aux pieds ne manifeste pas les qualités et le bien qui sont en lui.

Donnez donc, libre cours au bien et à la justice en vous, et respirez profondément et tous vos maux disparaîtront d''eux-même.

Je répète: respirez consciemment et profondément dans toutes les conditions, qu'elles soient bonnes ou mauvaises, dans votre vie. Même si les conditions atmosphériques sont défavorables, si le vent souffle, si la tempête sévit, cela ne doit pas vous arrêter. Votre première tâche est de sortir et de respirer profondément. Ne vous laissez pas influencer par des habitudes et des façons de penser erronées héritées de … ; elles ne vous seront plus d'aucune utilité. Respirez lentement, calmement, régulièrement; bannissez toute crispation, toute nervosité, toute inquiétude, toute peur.

Une bonne respiration habituelle doit comporter de 10 à 12 inspirations et expirations par minute. Au cours de vos exercices, efforcez-vous d'arriver graduellement à quatre, à trois, à deux, puis à une respiration par minute ( inspiration, rétention, expiration). Si  vous parvenez à cella, vous pourrez soigner toutes vos maladies, même la tuberculose..

Mais ayez soin de toujours expirer doucement, mais à fond, en comprimant le diaphragme au maximum de façon à ce qu'il ne reste plus d'air vicié dans vos poumons ( reprendre la respiration aussitôt ). En même temps que les exercices respiratoires, il serait bon aussi que vous fassiez des mouvements avec les mains, par exemple:

- mettez les mains poings fermés, sur les épaules;
- respirez profondément en dépliant lentement et complètement les bras sur les côtés à l'horizontale et en ouvrant les mains;
- retenez l'air sans bouger; puis abaissez doucement les bras de chaque côté du corps en tournant les paumes des mains vers le sol tout sol tout en expirant.

Si ce mouvement vous fatigue, reposez-vous un peu, et recommencez plusieurs fois. Grâce à cet exercice, vous recevez davantage de prâna, les vaisseaux capillaires, s'élargissent, et la circulation sanguine s'active et se renforce. Quand vous respirez, ne songez à rien d'autre qu'à l'air qui vous pénétre et sachez que DIEU est aussi présent dans l'air, et que, pour cela, vous devez respirer avec reconnaissance et vénération. Ce n'est qu'ainsi que vous pourrez être sain; et c'est la première chose dont l'homme a besoin. Pour ne pas perdre sa santé, il doit s'abstenir de certaines choses qui pourraient l'altérer. Par exemple, vous êtes en excursion par une très chaude journée d'été; vous transpirez; vous avez soif, et vous vous empressez de boire de l'eau froide à une source. C'est une erreur !

En arrivant près de la source, asseyez-vous, mettez un vêtement sur vos épaules, et reposez-vous pendant 15 ou 20 minutes en contemplant le paysage et en vous réjouissant de sa beauté; comme vous serez beaucoup mieux intérieurement, vous pourrez commencer à boire, dans ce nouvel état d''esprit, cella serra plus bénéifique pour vous. En tant qu'élèves de la vraie vie, vous devez apprendre à être patients. Quoi qu'il vous arrive, considérez que rien ne doit vous perturber; supportez les ennuis, les difficultés et les souffrances avec patience et bonne humeur. En général, les êtres ne sont pas patients, et ils fuient les incommodités et les épreuves. Ils ne savent pas que les difficultés ont pour but d'affermir leur volonté. Les gens marchent, mangent, parlent, respirent vite; cela démontre qu'ils sont impatients et nerveux.

En respirant lentement et profondément, et en retenant l'air, l'homme peu éliminer les impuretés, les sédiments qui se déposent dans les poumons et deviennent souvent la cause de différentes maladies. Certaines personnes veulent paraître avoir des idées nouvelles; mais elles parlent d'une façon et agissent d'une autre. Ce ne sont pas des êtres du "Nouveau ". Les hommes de la Nouvelles Vie se distingue par leur patience et leur maîtrise. Grâce à quelques respirations profondes ils calment leur colère, ils dominent leur
impatience et leur nervosité. Les êtres acquis aux idées nouvelles ne s'occupent pas des défauts et des erreurs d'autrui, ni même des leurs. Entretenir la pensée de ses propres fautes ou de celles des autres équivaut à se salir les mains, l’intellect et le coeur et son aura. L'homme nouveau évite cela, et s'il aperçoit quelque impureté ou quelque travers chez son ami ou chez son prochain, il l'efface donc immédiatement de son esprit.

Chaque impureté extérieure ou intérieure altère l'organisme. N''admettttez donc aucune pensée mauvaise dans votre intellect, aucun sentiment malsain dans votre coeur, aucune action nuisible dans votre volonté. Voilà pourquoi il est bon que, vous preniez le temps, le soir avant de vous coucher, d'examiner ce que vous avez accompli pendant la journée. Corrigez  mentalement vos fautes, faites quelques respirations profondes, et retrouvez votre calme. Alors vous pouvez vous mettre au lit, votre sommeil sera bon et reposant. La respiration profonde fortifie le système nerveux. Plus on retient longtemps l'air dans les poumons et plus on en reçoit d'énergie divine. En respirant de cette façon même un air impur, le résultat sera encore bénéfique.

Pourquoi ? Parce que, dans, ce cas, on absorbera une moindre quantité d'air, et donc moins de poussières et moins d'impuretés. La santé dépend de la manière correcte, profonde et calme, dont on respire. Dès qu'un homme tombe malade, le rythme de sa respiration s'accélère. Quand le nombre de respirations à la minute diminue, la vie s'allonge; quand il augmente, la vie raccourcit. En respirant consciemment, pensez aux êtres sains, bons et sages. Si vous évoquez des gens méchants, malades, déraisonnables, votre respiration en sera perturbée.

Aujourd'hui, je vous donne beaucoup de nombres; ceux qui concourent à donner la santé, et d'autres qui ont une mauvaise influence. Réfléchissez-y. Les hommes qui respirent 25 fois par minute vivront à peine 25 ans; ceux: qui respirent 24 fois, vivront 26 ans; celui qui respire 23 fois à la minute vivra 28 ans; celui qui fait 22 respirations toujours dans le même temps d'une minute vivra 35 ans. Ce sont là naturellement des chiffres approximatifs, et non absolus. Mais la loi édicte que, à mesure que vous diminuez le nombre de respirations,, le nombre d''années d''exiisttence augmente.. Si vous pouvez ne respirer que 4 fois à la minute, votre durée de vie sera de 85à 90 ans; et si vous arrivez à une seule respiration, vous vivrez 120 ans.

Respirez profondément; retenez l'air longtemps dans vos poumons pour renforcer votre système nerveux, pour ne pas être influencé ou irrité par ce que vous voyez ou entendez autour de vous. Dans la vie, il y a beaucoup de scènes pénibles, dramatiques, tragiques, mais toutes ne sont pas à prendre au sérieux. Un grand nombre d'entre elles sont fictives, comme celles, qui sont représentées dans les théâtres ou aux cinémas. Sur la scène, les acteurs  s'évanouissent, meurent, mais à la fin du spectacle vous les voyez ressusciter ! Dans la vie, il convient donc de discerner les choses réelles, et celles qui ne le sont pas. Quand il fait mauvais temps, comme aujourd'hui, c'est un spectacle. Le vent souffle: c'est un spectacle. Le temps est beau, calme, agréable; c'est un spectacle. Les fleurs s'épanouissent, se fanent, et de nouveau éclosent ce sont aussi des scènes du grand drame de la vie. Fixez votre attention sur les belles images; imprimez-les dans votre intellect pour qu'elles y restent éternellement.

Arrêtez-vous devant les sources pures de la montagne, devant les beaux paysages, ainsi que devant les visions qui peuvent éveiller en vous des pensées élevées et de nobles sentiments. Les gens se souviennent plus aisément dès choses laides et négatives; et ils oublient celles qui sont positives, harmonieuses. Écartez de votre intellect tout ce qui est négatif, car cela influe défavorablement sur la respiration, tandis que ce qui est positif l'améliore. Une respiration correcte exige un intellect calme et positif. Retenez donc dans votre pensée tout ce qui est beau et exaltant. Dans la beauté réside l'harmonie de la vie; dans la beauté demeure le Principe divin.

Souvenez-vous que la juste respiration dépend de l'Amour. Respirez profondément, retenez longtemps l'air dans vos poumons avec amour. Faites cela trois fois par jour, avant de vous nourrir et de vous coucher. Respirez avec joie et amour, avec un visage détendu et souriant,, en vous tenant bien droit, le torse bombé. Que votre épine dorsale soit parallèle à la ligne droite, qui joint le centre du soleil au centre de la terre. Ce sont là des règles élémentaires à observer pour être en bonne santé et pour entretenir une bonne disposition d'esprit.

En respirant correctement, vous vous unissez au rythme de la Nature et vous fortifiez votre esprit et votre corps.

Un exercice respiratoire:

Levez lentement et simultanément les bras de chaque côté, la paume des mains tournée vers le haut, jusqu'à l'horizontale, tout en respirant profondément. En retenant l'air, levez les bras verticalement au-dessus de la tête et amenez les doigts à se toucher bout à bout. Baissez ensuite les mains lentement de chaque côté du corps en expirant ( à faire 3 fois ).

TRADUCTION INTÉGRALE D'UNE LEÇON DU MAÎTRE, DONNÉE
LE 29 JUILLET 1941 À SOFIA ( ISGREV ), EN BULGARIE


sur le blog de Francesca : http://herosdelaterre.blogspot.fr/  retranscription des livres de Peter DEUNOV