Merci de votre visite

mercredi 18 décembre 2013

Progrès technique et développement spirituel


« Les humains ont mis le progrès technique au service de leur avidité, au risque de détruire les bases mêmes de leur existence sur la terre. C'est pourquoi le progrès technique n'est pas le véritable progrès. Bien sûr, être capable d'envoyer des engins dans l'espace et jusque sur les autres planètes, c'est extraordinaire. Mais en définitive, c'est pour faire quoi ? Pour en exploiter les ressources et y faire les mêmes dégâts que sur la terre ? Pour se battre dans l'espace ? Pour aller semer la pagaille dans tout l'univers ? Il n'y a rien de mauvais en soi à vouloir explorer le cosmos, mais pas avant de trouver la bonne attitude à avoir sur la terre. Les humains ne respectent rien, ils se prennent pour les maîtres de l'univers, ils sont prêts à tout bouleverser pour satisfaire leur curiosité ou leur cupidité. Eh bien, il faut qu'ils sachent qu'un jour ils devront payer très cher cet irrespect et cette violence. »

« Le progrès technique met d'immenses possibilités à la disposition des humains. C'est bien, mais tant de facilités nouvelles les amènent à tout attendre de l'extérieur et à se montrer insouciants, irréfléchis, légers. On peut négliger sa santé: il y a des pharmaciens, des médecins, des chirurgiens, des dentistes, etc. On peut gaspiller le papier, détraquer les appareils, casser les objets, tacher et déchirer les vêtements, jeter de la nourriture : les magasins sont pleins pour remplacer tout ça. 

C'est ainsi que l'attention, la vigilance, le discernement s'émoussent de plus en plus. Pourquoi les développer quand il y a tellement de gens et de produits pour réparer les bêtises qu'on a faites ? Tous sont là, les chercheurs, les techniciens, pour aider les humains avec leurs inventions. En réalité, ils aident plutôt les fabricants à s'enrichir, mais les humains, ils les affaiblissent, ils les rendent de plus en plus dépendants. Je ne dis pas qu'il faut arrêter le progrès technique, non, mais à condition de continuer à travailler dans le domaine intérieur afin de cultiver l'attention, la prudence, la maîtrise. »

« Mettez dans votre tête un idéal de perfection. Mais que ce désir de vous perfectionner n'ait pas seulement pour but votre évolution à vous: pensez qu'il doit aussi être utile, profitable pour le monde entier. C'est dans ce sens désormais que doit se faire le progrès. Jusqu'à maintenant, tous les enseignements spirituels ont plus ou moins entraîné les humains sur la voie du salut individuel: le savoir, les pouvoirs, les révélations... toutes ces acquisitions, le spiritualiste ne les faisait que pour lui-même. C'est pourquoi il restait isolé, caché quelque part dans les grottes ou les monastères pour ne pas être dérangé par les agitations du monde extérieur. Cette philosophie est maintenant dépassée. 


La nouvelle philosophie enseigne qu'il faut se perfectionner, mais sans jamais se couper des autres. Au contraire, il faut accepter les inconvénients, faire des sacrifices, souffrir même, mais être utile. Se perfectionner pour être utile à la collectivité, voilà le véritable perfectionnement. »