Merci de votre visite

vendredi 13 décembre 2013

Progrès technique et progrès moral


« On est obligé de constater combien le progrès technique a transformé la vie des humains, apportant chaque jour de nouveaux produits, de nouveaux médicaments, plus de facilités pour se déplacer et communiquer, des équipements plus perfectionnés dans les écoles, les maisons, les hôpitaux,... Mais le progrès technique a des limites et présente même des dangers s'il n'est pas contrôlé grâce à une vision supérieure des choses. C'est d'ailleurs une question qui préoccupe de plus en plus les gens qui réfléchissent. Ils se rendent compte que non seulement le progrès scientifique n'entraîne pas avec lui le progrès moral, mais même que d'une certaine façon il fait régresser l'homme.

Cette vision supérieure des choses nous est donnée par la Science initiatique. Que nous enseigne-t-elle? Que chaque processus dans la nature possède trois aspects: physique, psychique et spirituel, et qu'il est donc possible de retrouver dans notre vie intérieure les mêmes manifestations et correspondances que dans le plan physique. Si les scientifiques acceptaient de s'arrêter un peu pour approfondir les lois qui régissent l'univers, ils comprendraient qu'en réalité tous les éléments, tous les objets, tous les phénomènes physiques qu'ils étudient, leur parlent d'un monde plus vaste, plus riche. C'est parce qu'ils n'ont pas compris comment agissent ces lois que le progrès scientifique n'a pas entraîné de progrès moral.

Par exemple, quand les physiciens ont commencé à découvrir la réalité des ondes, ils auraient dû aller plus loin: ils auraient trouvé que ce n'est pas un phénomène unique, isolé, mais qu'il existe aussi sur d'autres plans, ceux du sentiment et de la pensée. Et ils ne se seraient pas contentés de donner les éléments permettant la fabrication de postes de radio, ils auraient découvert que le cerveau est un appareil qui émet et capte des ondes et qu'il y avait donc aussi tout un travail à faire de ce côté-là. Même si la télépathie est maintenant reconnue par certains, ils n'en ont pas encore tiré toutes les conséquences concernant l'éducation et la maîtrise de la pensée. Et ce n'est pas tout: quand ils ont découvert que les ondes ne connaissent pas de frontières, il fallait qu'ils travaillent immédiatement à l'abolition de toutes les frontières, afin d'être en accord avec leur découverte. C'est vrai qu'il y a eu là quelques progrès, mais cela va trop lentement!

Donc, vous voyez, les scientifiques font des découvertes, mais ils n'en comprennent pas toute la portée. Le téléphone, la photographie, le phonographe, le radar, le laser, etc,... toutes les découvertes scientifiques et techniques, pour être complètes, doivent être transposées sur le plan psychique et spirituel.

Quand ils sauront voir au-delà de l'aspect matériel de la réalité, les savants posséderont la vraie science. Et il est tellement souhaitable qu'ils y parviennent vite! Car non seulement la vraie science apporte la connaissance et la compréhension, mais elle est aussi une source d'équilibre, de liberté, de paix intérieure. Tandis que pour le moment, la science actuelle apporte toutes sortes d'innovations qui facilitent la vie, bien sûr, on ne peut pas le nier, mais à cause de sa façon limitée d'envisager les choses, les humains sont plus encombrés, alourdis, et quelquefois même plus malades, plus malheureux et plus méchants.


La science contemporaine est encore en dehors, à côté de la vraie science. Les chercheurs travaillent sans savoir qu'ils ont réellement entre les mains les bases de la vraie science. Beaucoup sont étonnés que le progrès technique ne change pas le monde et ils se demandent ce qu'ils peuvent faire pour contribuer au progrès moral de l'humanité. Eh bien, la réponse est là, la voici: derrière les lois du monde physique, ils doivent travailler en même temps à découvrir les lois analogues dans le monde moral. »