Merci de votre visite

lundi 28 avril 2014

La FEMME : Expression de la Mère Divine



Depuis ma jeunesse, moi Omraam, j’ai pris l’habitude de considérer la femme comme une expression de la Mère divine. En réalité, je sais très bien à quoi m’en tenir, pourquoi devrais-je me leurrer ? Pourtant, je veux voir la femme belle, délicate, pleine d’amour, fidèle et stable (ce qu’elle n’est pas toujours, mais enfin !) car à ce moment-là toutes les femmes que je rencontre sont une source de bénédictions, d’inspirations et de découvertes pour moi. Je ne suis ni peintre, ni sculpteur, ni poète, ni musicien, mais je vis dans la beauté des couleurs, des formes, des sons et je suis émerveillé. Et si l’on me dit : « Mais il n’y a vraiment pas de quoi être émerveillé ! Si vous connaissiez seulement les vices de ces créatures qui vous donnent tellement de joie ! » je réponds que je ne veux pas le savoir. Si elles ont des vices, eh bien, ils sont pour elles, tandis que la joie est pour moi. Vous pensez que je suis naïf, que je me trompe… Mais je le sais que je me trompe. Seulement c’est en me trompant que je trouve la vérité, la vérité vraie. Parce qu’en réalité, c’est ainsi que la femme est en haut : une splendeur. Et l’homme aussi. Mais en bas, que voulez-vous…

Dans une veille, par exemple, il y a tellement de belles choses à voir. Mais il y a aussi les égouts. Et pourquoi vouloir visiter les égouts ? Visitez les jardins, les palais et les cathédrales, montez sur la Tour Eiffel – symboliquement parlant. De là-haut, du moins vous verrez un panorama magnifique. Le malheur, c’est que les humains ont besoin de se connaître dans les égouts. Mais qu’ils apprennent un peu à se connaître sur les sommets. Là, c’est différent. Malheureusement, on ne veut pas me comprendre et accepter ma façon de voir, alors on devient prosaïque, on perd son inspiration. « Il faut être réaliste », disent les gens, « c’est idiot d’idéaliser les hommes et les femmes ». Oui, peut-être, c’est idiot. C’est idiot, mais c’est beau. Tandis que leur réalité à eux est laide, et dans cette réalité, sans s’en rendre compte, ils détruisent leur âme, leur esprit, ils saccagent les racines de leur existence.

Quelqu’un m’objectera : « Mais l’homme qui idéalise la femme, et la femme qui idéalise l’homme, que vont-ils faire quand ils verront – car ils seront un jour ou l’autre obligés de le voir – qu’aucun ne correspond exactement à ce qu’ils imaginent ? Ils vont être tellement déçu » Ah oui ils seront déçus ; s’ils ne savent pas pourquoi et comment entreprendre ce travail d’idéalisation, ils seront déçus, ils vont tomber de très haut. En réalité, l’idéalisation est un travail magique de création, mais cela n’empêche pas d’être lucide et de savoir à quoi s’en tenir sur les êtres que l’on idéalise ainsi.

Si la tendance à l’idéalisation produit chez certains de mauvais résultats, c’est qu’ls n’ont pas su se maintenir sur cette hauteur : ils l’ont abandonnée pour descendre trop bas dans… la réalisation ! S’ils n’étaient pas descendus, s’ils n’avaient pas voulu s’approcher un peu trop près de l’être qu’ils idéalisaient, cette joie, cette inspiration auraient pu continuer pour eux. Voilà comment, dans les mains d’un ignorant, l’idéalisation est un véritable danger, ce sont les précipices qui l’attendent ; alors que dans les mains d’un Initié, c’est la plus grande source de bénédictions.

L’idéalisation est un travail magique, c’est la meilleure façon d’évoluer, mais je le répète, à condition de toujours continuer dans ce sens, de ne pas vouloir un jour connaître de trop près, toucher, goûter, etc. Sinon, vous êtes comme les enfants qui démontent un réveil pour voir ce qu’il y a dedans ; le réveil ne marche plus. Malheureusement, c’est ce que la plupart sont en train de faire avec toutes les créatures du Seigneur ; ils veulent voir ce qu’il y a dedans ; or, dedans, il y a les intestins, tous les viscères, et évidemment ils sont dégoûtés. Pourquoi fallait-il absolument voir cela ?


On peut idéaliser toutes les femmes, tous les homes, mais pour être à l’abri on ne doit pas sortir de cette idéalisation. Si vous descendez de ce sommet, c’est fini, toutes les déceptions sont là. Ensuite, les autres vous diront : « Vous voyez, on vous avait averti » et vous serez obligé de reconnaître qu’ils ont raison. En réalité, ils n’ont pas raison. Ils ont raison seulement parce que vous êtes faible et ignorant. Si vous êtes fort et éclairé, c’est vous qui aurez éternellement raison.