Merci de votre visite

mardi 1 avril 2014

La politique en lumière par Omraam



Quand on m’écoute parler et qu’on est au courant de tous les événements qui se produisent dans le monde, on trouve bien sûr, que les sujets que je traite n’ont aucun rapport avec l’actualité. On se dit : "Mais qu’est-ce qu’il raconte ! S’il savait seulement ce qui se passe en Espagne, au Portugal, en Irlande, en Pologne, au Liban, ou même en France, il ne nous entretiendrait pas de choses tellement secondaires". Et voilà qu’on n’a pas compris, car ce que je vous explique, c’est l’essentiel, la base ; ce sont des clés pour résoudre tous les problèmes ; ceux de la vie personnelle d’abord, et ensuite ceux de la vie nationale et internationale, car tout est lié.

Si je dois maintenant vous parler des événements politiques ou économiques, à quoi cela servira-t-il ? Il y a tellement de gens qui en parlent sans apporter de solutions. Ce ne sont que des constatations, des comptes-rendus, des statistiques, et Dieu sait seulement s’ils sont exacts. Je laisse donc tous ces problèmes aux autres, et moi je m’occupe de l’essentiel, de ce qui restera valable pour l’éternité. Et l’essentiel, c’est la connaissance de l’être humain. L’être humain a un corps physique, une volonté, un cœur, un intellect, une âme, un esprit, et la question est donc là : comment il doit travailler avec ces principes qui seront toujours là présents en lui et qui continueront à lui inspirer sa conduite. Oui, pendant des milliers et des milliers d’années encore, quels que soient les événements ou les conditions, l’être humain sera placé devant les même problèmes : comment penser, sentir, agir, aimer, créer…

Alors, je ne veux pas perdre mon temps et mes énergies dans des histoires que tout le monde oublie très peu de temps après. Un nouveau gouvernement, par exemple, voilà de quoi les gens s’occupent avec passion. Mais combien de temps va-t-il durer, ce gouvernement ? quelques mois après il sera changé, et il faudra s’occuper d’un autre. Et les partis politiques… Certains apparaissent, d’autres disparaissent ou changent de nom, et si vous ne connaissez pas ces noms et ceux des hommes ou des femmes qui sont à leur tête, vous êtes très mal vu. Que vous ne connaissiez rien du monde spirituel, cela n’a aucune importance, mais ne pas connaître les débats et les affrontements du monde politique, voilà qui est grave… Mais c’est misérable, c’est lamentable, qu’est-ce que ces histoires peuvent bien apporter aux humains pour leur véritable avenir ?

Vous direz : "Mais on veut aider notre pays" On ne peut pas l’aider de cette façon, on n’a jamais pu aider les humains de cette façon. On s’imagine qu’on les aide.. Non, ce ne sont pas ces discussions et ces bagarres politiques qui peuvent les aider. Qu’est-ce qu’elle a tellement amélioré, la politique ? Les hôpitaux sont pleins de malades, les tribunaux pleins de procès, et il faudra bientôt un policier par habitant. Chacun accuse les autres de travailler à la ruine du pays et au malheur des citoyens, tandis que lui ne pense qu’à la patrie, au bonheur du peuple, et une fois qu’il sera élu, on verra ce qu’on verra… Malheureusement, on ne verra que ce qu’on a déjà vu. C’est parce que personne ne s’étend sur cet "intérêt du pays" qu’il y a tellement de partis, et de plus en plus. Mais à quoi servent toutes ces divisions ? Il faut voir l’ensemble, un but unique à atteindre, un but définitif, et non s’arrêter sur un point particulier et se battre pour des objectifs insignifiants qui seront bientôt remplacés par d’autres.

Je ne dis pas que tous se trompent, non, chacun de son point de vue a raison. Mais vis-à-vis de l’ensemble, tous commentent des erreurs. L’égoïste qui arrange les choses pour satisfaire ses désirs et ses convoitises, s’attire fatalement les reproches des autres, et il ne comprend pas, parce que vis-à-vis de lui-même tout est logique, tout est en règle. C’est ce qui se passe aussi avec les politiciens. Tout ce qu’ils disent est absolument vrai, logique et convaincant, mais d’après leur point de vue. Combien de fois on en fait l’expérience. Un homme politique expose ses points de vue, et tels qu’il les présente, on se dit : "Eh oui, il a raison…"Mais voilà que son adversaire lui répond avec des arguments totalement opposés, mais qui sont, eux aussi, si convaincants qu’on se dit à nouveau : "Il a raison". Et puis arrivent un troisième, un quatrième dont les opinions paraissent tout aussi justifiées que les précédentes. Alors, que se passe-t-il ? Ceux qui les écoutent se prononcent en fonction de leurs intérêts particuliers, c’est normal. Ils ne réfléchissent pas que point de vue de la totalité, du point de vue universel, leurs choix ne sont pas absolument valables.

Quand un enfant veut quelque chose, il est persuadé d’avoir raison et il est étonné que ses parents puissent s’opposer à ses désirs. D’après le degré de compréhension auquel l’enfant est arrivé, ce qu’il désire est absolument légitime. Or voilà qu’il constate que d’autres, là, méchants, incompréhensifs, lui mettent des obstacles, et il est révolté. C’est exactement ce qui se passe avec le monde entier, parce que la majorité des humains sont encore des enfants égoïstes. Chacun tire la couverture de son côté : "D’après moi c’est comme ci, d’après moi c’est comme ça…" Oui, mais ce "d’après moi" est tellement limité ! Il faut maintenant acquérir une conscience plus large pour être capable non seulement de se prononcer d’après soi, d’après son point de vue et ses désirs individuels, mais aussi d’entrer dans la situation des autres pour modifier ou compléter ce point de vue. Mais vous avez entendu comment le public commente les débats politiques télévisés ? On dirait qu’il vient d’assister à un match de boxe : "Vous avez vu comment X a répondu à Y ! ça alors, qu’est-ce qu’il lui a dit !... Ah ! quel coup ! Comme il l’a assommé ! … Vraiment, que peut-il sortie de bon de tous ces affrontement s ? Tant que l’homme ne possède pas une conscience suffisamment vaste et impersonnelle, il ne voit les choses que d’après lui, et "sa" vérité, qui n’est qu’un morceau de la vérité, va combattre la vérité de tous les autres. C’est pourquoi la terre n’est qu’un champ de bataille.

Je vous l’ai dit, moi j’ai choisi le sujet le plus important : l’être humain, parce que tout est là. Je ne suis pas hostile aux hommes politiques, pourquoi le serais-je ? Ils ne sont pas plus mauvais que les autres, beaucoup veulent sincèrement le bien de leurs concitoyens et travaillent aussi sincèrement à résoudre les problèmes qui se posent à l’échelle internationale. S’ils arrivent à commettre tellement d’erreurs, c’est qu’ils se lancent dans la politique sans être conscients qu’ils ont choisi un «métier » particulièrement difficile pour lequel ils ne sont pas vraiment préparés. Car il ne suffit pas de faire des études ; les sciences politiques, l’économie, les finances, le droit, la diplomatie, etc., c’est très bien, mais c’est insuffisant. Faire de la politique, c’est être confronté à la nature humaine, tellement compliquée, tellement imprévisible : Et ceux qui se lancent dans cette aventure sont exposés à toutes les tentations que présente le pouvoir, mais aussi aux pressions de leur entourage ; et s’ils ne sont pas vigilants, s’ils ne possèdent pas une grande force de caractère, ils peuvent se laisser entraîner, quelquefois même involontairement, à des actes répréhensibles, ou encore ils peuvent être démolis par la dureté des affrontements.


Je regarde la télévision, et je suis souvent frappé de constater les changements qui se lisent sur les visages de certains hommes politiques. Quelque temps auparavant on les sentait pleins d’élan, d’enthousiasme, de certitude, animés sincèrement par un idéal, et puis peu à peu, on voit leur visage se fermer, leurs traits, leur regard et le ton de leur voix de durcir, et on comprend qu’ils ont pris des coups auxquels ils ne s’attendaient pas. Quand je vois ça, je suis triste, je me dis : "les pauvres, c’est dommage, mais comment les aider ?" Car les hommes politiques peuvent faire beaucoup pour leur pays et pour le monde entier, mais à condition de comprendre que la seule politique valable est une politique inspirée par la Science initiatique qui représente la nature humaine, ses forces, ses faiblesses, ses besoins, et les conditions morales, affectives, spirituelles dans lesquelles elle peut s’épanouir. Tant qu’on ne possède pas ces connaissances, la politique ne peut conduire qu’à des impasses ou à des affrontements sanglants.