Merci de votre visite

samedi 8 mars 2014

Pour s’acheter les meilleurs sentiments



L’être humain possède une faculté de sentir et de s’émouvoir qu’on appelle le CŒUR. Mais quand on dit "le Coeur", il ne s’agit pas du tout de l’organe physique qu’étudient l’anatomie et la physiologie et qui porte ce nom. Le Cœur des anatomistes, qui est le principal organe de la circulation du sang, est une sorte de pompe hydraulique ; mais le véritable organe de la sensibilité est le plexus solaire.

Alors maintenant, quel est l’idéal du cœur ? Cherche-t-il le savoir, les connaissances, les pouvoirs ? Non, il cherche la chaleur, car il a besoin de se dilater, de se réjouir. La chaleur vivifie le cœur et le froid le tue. Partout où il va, il cherche la chaleur chez les créatures. La nourriture du cœur est le sentiment et la monnaie qui sert à payer cette nourriture est l’amour. Lorsque vous aimez, cet amour est l’argent qui vous permet d’acheter, c'est-à-dire d’éprouver des sentiments d’une variété et d’une richesse infinies. C’est l’amour qui rend heureux. Et comment acquérir ces richesses de l’amour ? En se mettant chaque jour en harmonie avec les créatures dans l’univers entier.

L’idéal de l’intellect est la lumière, la connaissance. Pour atteindre cet idéal, l’intellect a besoin de nourriture et cette nourriture est la pensée. Si vous ne pensez pas, vous n’arriverez jamais à y voir clair. Certains disent : "Pourquoi se casser la tête ? Il ne faut pas tellement penser, c’est dangereux". Oui, c’est dangereux si on pense mal ! Mais la pensée est la meilleure nourriture pour l’intellect. Pour s’acheter les meilleures pensées, il faut de l’argent et cet argent, c’est la sagesse. Seulement la sagesse n’a rien à voir avec l’instruction. C’est plutôt une attitude, une orientation. Combien de gens sont sages sans être instruits ! Et d’autres qui ont de l’instruction mais n’ont aucune sagesse. La sagesse est une attitude intérieure qui permet de choisir la meilleure direction. L’activité qui permet d’acquérir la sagesse est la méditation.

L’idéal de l’âme est l’immensité, l’espace infini. On s’imagine généralement que l’âme tient tout entière dans l’être humain. Non, celle est que chose de beaucoup plus vaste, exactement comme notre être véritable n’est pas ce petit moi que nous connaissons, mais une entité bien plus puissante, notre Moi supérieur. Notre âme est une toute petite parcelle de l’Ame universelle, et elle se sent en nous si limitée, si étouffée, que son seul désir est de pouvoir s’étendre dans l’espace afin de découvrir, de visiter d’autres mondes plus beaux, plus lumineux, et de rencontrer les entités qui les habitent. Pour atteindre cet idéal, l’âme a également besoin d’être renforcée par une nourriture appropriée : toutes les qualités de la conscience supérieure, l’impersonnalité, l’abnégation, le sacrifice… Pour se procurer cette nourriture, elle a besoin d’argent, et cet argent, le seul moyen qui lui permette de s’étendre à l’infini, c’est l’extase, la fusion avec le monde divin. Le travail qui lui permettra d’obtenir cet argent, c’est la prière, l’adoration, la contemplation. Prier, c’est rechercher la splendeur divine, et quand il la découvre, l’homme éprouve une telle dilatation qu’il se sent comme arraché à son corps. C’est cela, l’extase.

L’idéal de l’esprit est l’éternité. L’esprit, qui est d’essence immortelle, transcende le temps, il veut l’éternité. De même que l’âme a l’espace infini pour domaine, l’esprit a pour domaine ce qui échappe au temps : l’éternité. C’est pourquoi les physiciens et les philosophes ne pourront jamais comprendre la nature du temps et de l’espace s’ils ne comprennent pas d’abord la nature de l’âme et de l’esprit. Le temps et l’espace sont des notions qu’il est impossible d’aborder uniquement par l’intellect. Et pour obtenir l’éternité, l’esprit a aussi besoin d’une nourriture. Cette nourriture est la liberté. Si l’âme a besoin de se dilater, l’esprit, lui a besoin de occuper tous les liens qui le retiennent enchaîné. Et la vérité est l’argent avec lequel l’esprit achète la liberté. Chaque vérité que vous arrivez à obtenir sur tel ou tel sujet vous donne la possibilité de vous libérer. Jésus disait : "Connaissez la vérité et la vérité vous affranchira". Oui, c’est la vérité qui libère. Le travail pour obtenir la liberté, c’est l’identification avec le Créateur. Dans cette identification, l’homme s’approche de Lui, se fusionne avec Lui, devient un avec Lui et il possède la vérité, il est libre. Quand Jésus disait : "Mon Père et moi nous sommes un", il résumait ce processus d’identification.

La méditation vous donnera quelques lumières, mais vous ne serez pas libre. La contemplation vous amènera jusqu’à l’extase, mais vous ne serez pas libre non plus. C’est par le travail d’identification avec la Cause première que vous obtiendrez cet or appelé vérité. Et cette vérité, c’est que l’homme est une étincelle sortie de Dieu et qu’il retournera un jour à Dieu. Voilà la vérité. Le jour où vous aurez compris, vu et senti cela, vous serez libre : libre de passions, libre d’ambitions, libres de souffrances, et vous entrerez dans l’éternité. En faisant des efforts pour pratiquer l’identification, la contemplation, la méditation… jusqu’au travail physique lui-même, peu à peu vous sentez que vous arrivez à nourrir et à renforcer tous ces principes psychiques, spirituels, autour desquels s’organise votre vie intérieure. On peut, bien sûr, développer ces quelques indications jusqu’à l’infini et établir toutes sortes de relations entre ces différents éléments. C’est ce que je n’ai cessé de faire dans mes conférences, depuis des années et des années que je vous parle.

Ce qui fait la valeur d’un enseignement initiatique, c’est qu’il nous apprend à transformer nos activités quotidiennes pour qu’elles n’attirent en nous que les éléments les plus purs. Au moment où nous sommes arrivés à purifier notre matière physique et psychique, notre esprit peut véritablement commencer à se manifester. Le corps ne fait plus obstacle. Il existe des êtres qui sont arrivés à un tel degré de pureté que même quand ils donnent à leur corps le repos du sommeil, eux-mêmes avec leur esprit continuent dans l’autre monde à s’instruire, à travailler et à aider les humains. Voilà ce que vous ne savez pas encore. Celui qui n’a pas de pratique spirituelle ne peut pas se libérer pour faire un travail dans le monde invisible ; il reste attaché à son corps autour duquel il tourne en rond toute la nuit, et il dort d’un sommeil pesant, traversé parfois des rêves pénibles. L’Initié, au contraire, qui a réussi à faire de son corps l’instrument de son esprit, continue à travailler pendant son sommeil. Son corps physique est là, allongé, immobile, mais son esprit va partout pour aider et éclairer les créatures ; son esprit ne dort jamais, il reste actif. Il faut comprendre que dans la vie spirituelle le corps a un rôle très important ; s’il n’est pas éduqué, il empêche l’esprit de partir en voyage pour faire son travail.


Je vous ai souvent expliqué que chacune de nos activités s’accompagne d’une combustion. Que cette activité soit physique, affective ou intellectuelle, elle entraîne la formation de déchets qu’il faut rejeter, car leur accumulation crée des encombrements qui empêchent le bon fonctionnement de l’organisme. Celui qui veut allumer le feu dans un poêle ou une cheminée, doit d’abord rejeter les cendres et les scories de la veille. Il en est de même pour notre corps physique, mais aussi pour notre intellect et notre cœur. C’est pourquoi, quelles que soient nos activités, nous devons nous efforcer de remplacer les matériaux usés par d’autres beaucoup plus subtils, légers, lumineux, grâce auxquels nous continuerons à alimenter notre feu intérieur afin de poursuivre notre tâche. Et ces nouveaux matériaux, c’est seulement par la méditation, la prière et tous les exercices spirituels que nous pouvons les attirer en nous. 

Pour rejoindre Francesca sur le Forum : La Vie Devant Soi