Merci de votre visite

jeudi 2 janvier 2014

La Mort par Omraam



«On a peint la mort sous des formes et des couleurs effrayantes. En réalité, il n’y a rien de vrai dans tout cela. La mort est une libération. Oui, surtout pour les Initiés. Pour un Initié la mort est non seulement un changement de domicile, mais une réception triomphale, un couronnement.»

«La crainte de la mort prouve un manque de lumière, une compréhension limitée de ce qu’est véritablement la vie. D’une certaine façon, la mort n’existe pas, elle est contenue dans la vie, elle n’est qu’un changement de plan et de vêtements, afin que nous progressions, justement, dans la compréhension de la vie. Chaque fois qu’un comédien doit interpréter un nouveau rôle, il change de costume mais aussi de partenaires, et ce nouveau rôle lui apprend quelque chose de plus sur lui-même et sur les autres. Et bien, nous non plus, nous ne pouvons pas nous éterniser dans un rôle et, après un certain temps, nous devons quitter la scène du monde. On appelle cette sortie de scène la mort, mais en réalité seule existe la vie ininterrompue.»

«Celui qui comprend la signification de son existence terrestre quitte la vie avec la sensation qu’il a accompli la tâche pour laquelle il était venu, et il sait qu’il poursuivra ce travail dans l’autre monde. C’est pourquoi la mort ne l’effraie pas, il sait, il sent qu’il va continuer à vivre et à travailler ailleurs. La lumière de la connaissance supprime la peur. On a peur de la mort parce qu’on ne la connaît pas. Il faut donc se familiariser avec l’idée de ce passage que nous appelons la mort et qui n’est en réalité que la continuation de la vie sous une autre forme.»

«Que la disparition d’un être cher soit aussi très douloureuse, je ne dirai jamais le contraire; moi aussi je l’ai éprouvée, et surtout si cette disparition se produit brutalement. Mais l’amour permet de la surmonter. Vous pensez que plus on aime, plus on souffre d’une telle séparation. Sur le moment, oui, sans aucun doute. Mais si vous avez aimé véritablement un être, avec le temps une autre forme de lien se crée entre lui et vous, vous le sentez comme une présence constante. Et la nuit, pendant le sommeil, vous êtes aussi avec lui. Au matin, vous ne vous souvenez peut-être pas de cette rencontre, parce que les voyages de l’âme pendant le sommeil ne parviennent que rarement à la conscience, mais avec le temps, vous ressentirez de plus en plus la force de ce lien. Dieu n’a pas fixé de limites à l’amour. Les êtres qui se sont aimés d’un amour véritable ne se quittent jamais, leur âme franchit tous les obstacles de la matière.»

Le suicide 
«Les jeunes doivent se persuader au moins d’une chose : C’est que le monde est vaste et qu’ils ne sont pas seuls. Ce qui pousse le plus les gens au suicide, c’est le manque d’amour. Quand on a perdu l’amour, on veut mourir, la vie n’a plus de sens. La vie est liée à l’amour. C’est tellement vrai que si vous êtes dans les bras de celui ou celle que vous aimez, vous voulez vivre éternellement! Oui, gardez précieusement l’amour et vous voudrez toujours vivre à cause de l’amour. Beaucoup justement ont supprimé l’amour et ils se demandent pourquoi ils n’ont plus de goût pour rien. Et bien, justement parce que l’amour n’est pas là.»


«Certains pensent échapper aux difficultés en se supprimant. En réalité c’est encore pire après, une fois qu’ils sont de l’autre côté, parce qu’on n’a pas le droit de s’en aller avant le terme, sinon c’est une désertion et l’on doit payer deux fois, trois fois plus cher. Il n’y a pas de place en haut pour celui qui a voulu déserter la terre : autant il lui restait à vivre sur la terre, autant il doit souffrir. Évidemment, on peut donner au suicide toutes sortes d’explications. Mais quelles que soient les raisons pour lesquelles un homme ou une femme se suicide, on peut dire que la véritable raison est celle-ci : il s’agit d’une créature qui ne sait pas que le Créateur a placé en elle des possibilités inouïes pour pouvoir triompher dans n’importe quelle condition de la vie : des possibilités de communiquer avec les êtres du monde invisible, des possibilités de créer par la pensée et de lancer des créations à travers l’espace… Elle ne sait pas que même dans la plus grande solitude et dans la plus grande misère, on peut ne pas se sentir seul et pauvre, mais visité, entouré et riche de tous les trésors : quoi qu’il arrive, on a au-dedans un monde tellement vaste, tellement beau que l’on est heureux!»