Merci de votre visite

lundi 24 février 2014

Le Verbe était Dieu et était avec Dieu



« Au commencement était le Verbe, et le Verbe était avec Dieu, et le Verbe était Dieu ». Les humains éviteraient beaucoup de difficultés, beaucoup de souffrances, s’ils savaient comment appliquer cette phrase dans leur vie. Vous direz : « Mais comment ? Elle est tellement abstraite, tellement difficile à comprendre, comment pouvons-nous l’appliquer ? » Eh bien, justement, c’est parce que vous ne cherchez pas à l’appliquer qu’elle reste abstraite et difficile à comprendre. « Mais alors, que devons-nous faire ? » Simplement apprendre à accompagner les actes de votre vie quotidienne avec le Verbe.

Vous regardez le soleil se lever… Au lieu de laisser votre pensée vagabonder, dites : « Comme le soleil se lève au-dessus du monde, que le soleil de l’amour se lève dans mon cœur, que le soleil de la sagesse se lève dans mon intelligence, et que le soleil de la vérité se lève dans mon âme et dans mon esprit ».

Vous pouvez aussi utiliser les périodes de la lune croissante et de la lune décroissante. Pendant la période de la lune croissante, vous dites ; « Comme la lune se remplit, que mon cœur se remplisse d’amour, que mon intellect se remplisse de lumière, que ma volonté se remplisse de force, que mon corps physique se remplisse de santé, de vigueur ». Et pendant la période de la lune décroissante, vous faites l’exercice inverse, vous vous concentrez sur certaines faiblesses, certains défauts dont vous voudriez vous débarrasser et vous dites : « Comme la lune décroît, etc… »

Quand le vent souffle en chassant les nuages et les impuretés de l’atmosphère, demandez au souffle de l’esprit de chasser vos mauvaises pensées et vos mauvais sentiments, ainsi que tous les miasmes qui pèsent sur le monde.

Au printemps, quand apparaissent les premières feuilles et les premières fleurs, penchez-vous sur elles et dites : « Comme toute la nature s’épanouit, que tout mon être s’épanouisse et fleurisse, que toute l’humanité vive dans l’éternel printemps » Vous prononcez ces paroles et toute la nature est là pour vous aider. Ainsi, vous devenez un mage blanc, vous devenez un fils de Dieu et sans cesse, par la parole créatrice, la parole qui a créé le monde, vous créez partout un monde nouveau, votre monde.

Prenons même des cas très simples de la vie quotidienne. Quand vous lavez des vitres, par exemple, au lieu d’exécuter cette tâche distraitement ou en ronchonnant parce que ça vous embête, soyez conscient de vos gestes et dites : « Comme je lave cette vitre, que mon cœur soit lavé et devienne transparent » Faites de même quand vous balayez, quand vous lavez la vaisselle, quand vous enlevez la poussière ... Et quand vous laissez tomber un objet et qu’il se brise, dites : « Que tous les obstacles qui se dressent sur le chemin du Royaume de Dieu soient brisés en mille morceaux ».

Bien sur, il n’est pas nécessaire de dire tout cela à haute voix, surtout si quelqu’un risque de vous entendre. L’important est d’être conscient, c’est à dire d’appliquer votre pensée – et la pensée sous-entend nécessairement des mots – à tout ce que vous faites afin de devenir créateur ; Voilà ce que doit être pour le spiritualiste la signification de « Au commencement était le Verbe… Toutes choses ont été faites par lui, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans lui ». Il faut toujours mettre le Verbe au commencement pour donner une bonne direction à votre activité. Si vous voulez agir sagement pour le bien, vous devez toujours mettre le commencement en haut. Et en haut, c’est le Verbe. Mais c’est là une notion que même les croyants n’ont pas encore bien comprise. Vous direz : « Mais récitent plusieurs prières par jours » Oui, et souvent des prières qu’ils lisent ou qu’ils récitent par cœur, machinalement. Eh bien, ce sont des prières inutiles. Pour les chrétiens, le « Notre Père » et deux ou trois autres prières devraient suffire et ensuite, c’est à chacun de trouver quelles paroles prononcer intérieurement au fur et à mesure que se présentent de nouvelles occasions, de nouveaux événements dans sa vie.

Ce lien que vous établissez entre vous et le Verbe, le Christ, vous orientera et éclairera votre chemin. Puisqu’au commencement était le Verbe, vous aussi, dans tout ce que vous entreprenez, vous devez commencer par le Verbe, mettre comme point de départ à votre action les mots les plus constructifs. Habituez-vous par exemple à prononcer les mots « lumière », « liberté », « beauté », « vérité », « force » et répétez-les jusqu’à ce qu’ils vibrent et chantent dans toutes les cellules de votre corps. En travaillant sur la parole pour la rendre puissante, vivante, harmonieuse, vous entrez déjà en possession de cette clé qui ouvrira toutes les portes et vous permettra de faire des merveilles sur vous-même d’abord, puis sur les autres et sur la nature entière. Telle est la gloire, le devenir extraordinaire qui attend l’être humain ; pouvoir agir sur la matière par le Verbe.

Ce n’est pas en lisant des livres compliqués ou en vous lançant dans des théories abstraites que vous comprendrez ce que signifie « Au commencement était le Verbe », mais en faisant consciemment ces exercices très simples ; Et alors, vous comprendrez aussi pourquoi il est dit « Au commence Dieu créa le ciel et la terre » et ce qu’i y a derrière ces mots « ciel » et « terre », quelles sont les relations entre les deux et comment on doit travailler avec eux. Le ciel et la terre sont au-dedans de nous, et quand nous aurons appris à les lier, à lier le ciel (notre pensée) avec la terre <<nos activités quotidiennes », nous saurons ce qu’est le Verbe », le Verbe vivant, et nous posséderons les vrais pouvoirs. Car les vrais pouvoirs sont toujours au commencement. Mais voilà un sujet sur lequel les humains n’ont pas encore assez réfléchi. Au moment d’entreprendre quoi que ce soit, se préoccupent-ils des forces qu’ils vont mettre en mouvement ? Il est toujours facile de déclencher des courants ou des événements, mais est-on sûr qu’une fois déclenchés on saura les orienter, les dominer ? L’expression « apprenti-sorcier » désigne justement l’homme qui, par imprudence, provoque des situations qu’il est ensuite incapable de maîtriser.

Que ce soit dans le plan physique, dans le plan astral ou dans le plan mental, notre puissance n’est ni au milieu, ni à la fin, mais au commencement. Imaginez que vous soyez sur une montagne à côté d’un gros bloc de rocher ; si vous le faites basculer ou rouler, il vous obéira. Vous avez la possibilité de le laisser en place ou de lui faire dévaler la pente ; si vous le faites basculer, évidemment il vous obéira, mais après c’est fini, vous ne le maîtriserez plus et il ira peut-être faire des dégâts que vous ne serez pas en mesure d’éviter. Il en est de même pour les pensées, les sentiments, les états de conscience négatifs qui vous traversent : au commencement vous avez un certain pouvoir sur eux, mais si vous les laissez s’installer, ils deviennent indéracinables ; C’est pourquoi il est si important de toujours mettre au début une pensée, une intention, une parole lumineuse. 


Le Christ, le Verbe divin a dit : « Je suis Aleph et Tav ». Tav dépend d’ Aleph. La fin dépend du commencement. Le commencement, c’est le ciel, le monde divin, et c’est en commençant par le ciel que nous devons progressivement descendre vers la terre pour agir sur elle.