Merci de votre visite

jeudi 27 février 2014

Matérialisme et Spiritualité



En réalité, il y aurait beaucoup de choses à dire sur cette distinction entre matérialistes et spiritualiste ainsi que sur les termes mêmes de « spiritualistes » et de « matérialistes », car pour être un bon matérialiste, comme pour être un bon spiritualiste, il faut savoir travailler avec ces deux pôles que sont l’esprit et la matière. Or, comme il ne tient pas compte de l’esprit, le matérialiste prive la matière de la plus grande   partie de ses possibilités et s’il néglige la matière, le spiritualiste refuse à l’esprit es conditions de se manifester. C’est pourquoi il ne faut pas tellement faire la séparation entre les activités spirituelles et les activités matérielles. On peut se livrer à toutes les activités matérielles de la vie quotidienne d’une manière spirituelle, et on peut aussi prier comme un matérialiste… malheureusement, il suffit de voir le genre de prières que les humains adressent au Seigneur. Parmi ceux qui se prétendent spiritualiste, combien en réalité se laissent accaparer par les affaires matérielles. Lorsqu’ils s’ennuient ou qu’ils ont des difficultés, ils se tournent vers le Seigneur en espérant qu’Il résoudra leurs problèmes : c’est cela qu’ils appellent la spiritualité.

Pendant des siècles on a répété aux chrétiens que la Terre n’est qu’une vallée de larmes, et la vie sur cette terre un exil, une punition. Alors, que leur restait-il à faire ? La quitter ou, au contraire, s’y accrocher et profiter des moindres occasions pour essayer d’en tirer tous les avantages et les plaisirs possibles. Mais l’une et l’autre attitude révèlent une incompréhension de la sagesse et de l’amour divins. Quelle peut être l’existence de celui qui se sent expulsé du Paradis et obligé de vivre dans un corps qui l’emprisonne, sur une terre qui ne cesse de lui présenter des obstacles et dont il ne rêve que de s’échapper ? Et quelle peut être aussi l’existence de celui qui se laisse prendre au piège de la matière et s’installe dans sa prison en s’imaginant que c’est là qu’il trouvera la liberté et le bonheur ? Quel est ce Dieu qui n’aurait donné aux humains que le choix entre le désir de fuir la terre ou celui de s’y laisser ensevelir… ? 

Tout ce qui existe dans le ciel a une correspondance sur la terre parce que la terre est un reflet du ciel, mais ce n’est pas la terre qui nous donnera la vérité de notre existence. La vérité se trouve dans les deux : le ciel et la terre, l’esprit et la matière ; L’homme est un esprit qui descend du ciel, mais il doit s’envelopper d’un corps parce que, dans le plan physique, un corps est nécessaire. Le corps physique est à l’esprit de l’homme ce que l’univers est à Dieu. Oui, l’univers, la nature, est le corps de Dieu. Ce corps est d’une extraordinaire richesse, mais il ne subsiste que pour autant que Dieu l’anime, le vivifie de son esprit. Si l’esprit de Dieu se retire, l’univers se désagrège, tout tombe en poussière et retourne au néant. Et il en est de même pour l’homme qui est un reflet de son Créateur ; son corps le met en contact avec le monde physique, et il lui est donc nécessaire, indispensable pour la manifestation, mais pas plus. C’est dans son esprit que sa trouvent les trésors les plus précieux, et quand l’esprit s’en va, il emporte la conscience, les énergies, la vie ... Il ne reste dans le corps que les éléments physiques qui finissent par se désagréer. Et s’il existe des langues où les mots qui désignent le souffle vital et l’esprit sont les mêmes ou ont la même étymologie, c’est parce qu’il existe un lien très étroit entre la vie et l’esprit.

Le sens, la raison de notre vie sur la terre, Jésus les a résumés magistralement dans cette simple phrase : « Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel ». Pourquoi ? Pour que l terre devienne comme le ciel. Mais répéter au Seigneur ; « Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel », ne servira à rien si nous ne travaillons pas à réaliser ce programme. Qu’on ne s’imagine pas qu’il suffit de prononcer quelques mots en rêvant, aux joies du ciel pour persuader le Seigneur d’envoyer des anges et des archanges qui viendront tout transformer. C’est aux humains à s’atteler à ce travail, pas à d’autres. Ce sont les efforts de chacun qui feront descendre sur la terre l’ordre, l’harmonie, la lumière, l’amour du ciel.

Le message de Jésus, c’est la plus haute spiritualité orientée vers un travail que l’homme doit réaliser ici sur la terre. C’est pourquoi tous ceux qui, dans le désir de sauver leur âme, sont allés se réfugier dans les déserts ou les monastères, n’ont pas vraiment compris ce message. Celui qui est vraiment éclairé sent qu’il n’y a aucune rupture, aucune contradiction entre le ciel et la terre ; plus il est en liaison avec le ciel et plus il travailler sur la terre. De toute son âme, de tout son esprit, il est lié à la Source, et en même temps il fait son travail sur la terre. Il faut avoir les deux, le ciel et la terre ; les pieds sur la terre et la tête dans le ciel. Malheureusement, la majorité des humains n’arrivent pas à réaliser en eux cette unité ; soit ils se plongent dans la matière, soit ils l’abandonnent sous prétexte d’embrasser la spiritualité ; Mais rejeter la matière n’est pas de la spiritualité, et ni eux qui veulent s’accrocher à la terre, ni ceux qui veulent la quitter n’arriveront à des réalisations durables ; Il ne faut pas fuir, il ne faut pas déserter, mais s’imprégner de tout ce qui est dans le ciel et le faire descendre sur la terre afin d ‘y installer le Royaume de Dieu. les mots « matérialistes » et « spiritualistes » ne signifient donc pas grand-chose, car un vrai spiritualiste doit s’occuper de la matière. Mais de quelle matière et dans quel but ? Voilà ce qu’il faut connaître.

Le plan physique étant une source inépuisable de réalisations, les matérialistes ont de quoi être fiers de tout ce qu’ils arrivent à produire ; Mais ce n’est pas une raison pour mépriser les spiritualistes sous prétexte qu’ils n’ont rien à montrer ; Les matérialistes ne savent pas, ces ignorants, que les spiritualiste travaillent eux aussi sur la matière, mais dans un plan plus subtil : la matière des pensées et des sentiments, afin que ces pensées et ces sentiments leur inspirent des actes qui transformeront la vie sur la terre. Car quelles que soient les réalisations matérielle, si elles ne sont pas orientées par des pensées et des sentiments généreux, désintéressés, non seulement elles ne contribuent pas au bonheur de l’humanité, mais elles l’entraîne à sa perte. Le progrès technique en est l’exemple le plus frappant. Le progrès technique a apporté d’innombrables améliorations dans le plan matériel, mais alors, comment se fait-il que les humains ne soient pas vraiment plus heureux qu’à l’époque où ils n’avaient rien de tout cela ? Et non seulement ils ne sont pas plus heureux, mais ils sont plus angoissés à cause des menaces de toutes sortes que ces progrès ont suspendues au-dessus de leurs têtes. C’est donc bien que quelque chose n’est pas au point.

Lorsque l’homme se laisse imprégner par les forces d’en haut, il devient un vrai créateur, un foyer de courants puissants et bénéfiques. Mais de même qu’il doit échapper à l’attraction de la matière, il ne doit pas s’abandonner à celle de l’esprit ; il faut qu’il travaille dans la matière avec l’esprit, tout en gardant en vue l’équilibre qui doit régner. S’il rompt cet équilibre, il arrivera peut-être à vivre dans l’immensité, dans la lumière, mais il ne remplira pas sa mission qui est de travailler sur la terre par les moyens du ciel. Ceux qui l’ont envoyé ne seront pas du tout contents de lui, et ils le renverront encore et encore jusqu’à ce qu’il comprenne les raisons de sa venue sur la terre et se mette au travail. Il faut que cette question commence enfin à devenir claire pour vous.

Combien de gens s‘imaginent qu’il suffit de quitter la terre pour se sentir heureux et libre. Non, s’ils ont été stupides et limités sur la terre, ils le resteront dans l’autre monde aussi. Dans l’autre monde on ne se transforme pas, on ne fait aucun progrès ; dans l’autre monde on vérifie seulement. Oui, on vérifie on constate, on prend conscience de ce que l’on a fait de bien ou de mal pendant son existence. C’est ici, sur la terre, qu’on progresse. Et si on n’a rien fait ici, ce n’est pas de l’autre côté qu’on commencera à travailler, il n’y pas les conditions pour cela. De l’autre côté, je le répète, on constate seulement on ne peut ni corriger ni améliorer quoi que ce soit. On voit, par exemple qu’on a été jaloux, orgueilleux, coléreux, craintif, etc ... et on ne peut rien y changer. Pour changer quelque chose, il faut descendre à nouveau, c’est à dire prendre un autre corps et revenir sur la terre faire des efforts pour se perfectionner et réparer ses erreurs.


Donc, que celui qui se sent maintenant limité dans ses manifestations n’essaie pas de se consoler en imaginant qu’il se manifestera mieux dans l’autre monde. Pour améliorer les choses, il n’y a qu’une seule méthode ; travailler ici sur la terre. Eh oui, ce n’est pas parce que l’homme quitte son corps qu’il va se trouver immédiatement transporté dans l’immensité de la sagesse et de l’amour ; car ce n’est pas son corps qui est responsable de ses limitations, mais la médiocrité de sa vie psychique, et le seul moyen d’échapper à ces limitations est un travail patient, persévérant sur lui-même, sans s’embarrasser de questions métaphysiques et abstraites qui le dépassent.