Merci de votre visite

mardi 11 février 2014

Les racines de la matière : Les quatre Animaux saints



Au sommet de l’Arbre séphirotique règne Kéther ; et à la base se trouve Malhouth. Du point de vue de l’esprit, la séphira la plus importante est évidemment Kéther, la Couronne, mais du point de vue de la réalisation dans la matière, c’est Malhouth, le Royaume, parce que Malhouth condense et concrétise les qualités de toutes les autres régions. D’un certain point de vue, on peut donc dire que les humains sont plus privilégiés, plus riches que les anges, car ils ont ce que les anges n’ont pas ; un corps physique ; Vous direz que c’est justement ce corps qui nous rend esclaves de la matière. C’est entendu, mais si nous travaillons à acquérir les qualités des hiérarchies angéliques, ces qualités transforment notre corps, elles l’illuminent, elles le divinisent, et grâce à ce corps divinisé nous  deviendrons plus que de les anges.

Donc en haut, au sommet, Kéther ; et en bas Malhouth. Mais entre Kéther et Malhouth la différence n’est que dans la densité de la matière. Malhouth, c’est aussi notre terre ; mais nous ne savons pas encore ce qu’est la terre : quand nous tenons un peu de terre dans notre main, nous possédons quelque chose de la quintessence même de Kéther ; La terre est terne, pesante, oui, mais la quintessence de Kéther est contenue en elle ; Parce que dans Kéther se trouvent les racines de la matière, les quatre éléments qui sont représentés par les Animaux de sainteté, les Hayoth ha-Kodesch. Hayoth est en hébreu le pluriel du mot hayah qui signifie vie, et on le traduit parfois par « les Vivants ».

Ce sont les quatre Animaux saints que saint Jean décrit dans l’Apocalypse : « Aussitôt je fus ravi en esprit. Et voici, il y avait un trône dans le ciel et sur ce trône quelqu’un était assis ... Au milieu du trône et autour du trône il y a quatre êtres vivants remplis d’yeux devant et derrière. Le premier être vivant est semblable à un lion, le second être vivant est semblable à un taureau, le troisième être vivant a la face d’un homme et le quatrième être vivant est semblable à un aigle qui vole. Les quatre êtres vivants ont chacun six ailes et ils sont remplis d’yeux tout autour et au-dedans. Ils ne cessent de dire jour et nuit : Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu, le Tout-Puissant, qui était, qui est et qui vient ! »

Ces quatre êtres vivants qui se tiennent devant le trône de Dieu représentent les quatre principes de la matière, les quatre éléments ; le lion (le feu, le taureau (la terre), l’homme (l’air) et l’aigle (l’eau). Cela ne veut évidemment pas dire que ces entittés ont une apparence animale : une gueule de lion, un mufle de taureau, etc. C’est seulement une façon de les présenter pour faire sentir leurs relations subtiles avec les différents états de la matière qu’elles représentent. Les racines de la matière sont donc en Dieu, dans la séphira Kéther, et les Hayoth ha-Kodesch que la religion chrétienne a appelé les Séraphins sont les Anges des quatre éléments. Mais à ce degré de pureté, de subtilité, la matière est presque de la même substance que l’esprit, et dans les quatre éléments représentés par les quatre Animaux Saints il nous serait impossible de retrouver la terre, l’eau, l’air et le feu que nous connaissons.

Feu, air, eau, terre correspondent donc aux quatre états de la matière, et ces quatre états se caractérisent par une densité croissante. C’est pourquoi, le haut en bas, l’Arbre séphirotique se divise en quatre plans qui  correspondent aux quatre éléments :

Olam Atsilouth, le monde des émanations, qui comprend les séphiroth Kéther, Hohmah et Binah, correspond au feu (plan causal).

Olam Briah, le monde de la création, qui comprend les séphiroth Hessad, Guébourah et Tiphéreth, correspond à l’air (plan mental).

Olam Iétsirah, monde de la formation, qui comprend les séphiroth Netsah, Hod et Iésod, correspond à l’eau (plan astral).

Olam Assiah, le monde de l’action, constitué de la seule séphira Malhouth, correspond à la terre (plan physique).

Vous vous demandez pourquoi une seule séphira, Malhouth, suffit-elle à représenter le plan physique ? Parce que symboliquement Malhouth est une séphira très vaste qui condense toutes les autres, Malhouth est le résumé, le reflet et la concrétisation de toutes les autres séphiroth ; elle st divisée en quatre et ces quatre divisions correspondent justement aux quatre éléments ; C’est pourquoi, lorsqu’on veut la représenter sur l’Arbre séphirotique, on lui donne quatre couleurs (rouge, vert, bleu, jaune) alors que les autres ont une seule couleur. Ces quatre couleurs représentent les quatre états de la matière : solide (rouge), liquide (vert), gazeux (bleu) et igné (jaune, donc les quatre éléments : terre, eau, air et feu. […]

Chaque élément possède des qualités qui lui sont propres : ce que l’eau ou l’air peuvent faire, le feu ou la terre ne le peuvent pas, et réciproquement ; Nous devons donc prier le Seigneur pour qu’Il nous accorde l’aide de ces Anges en disant : « Seigneur Dieu Tout-Puissant, Créateur du ciel et de la terre, Maître de l’univers, je Te demande de m’envoyer les autre Anges, tes serviteurs. Que l’Ange de la terre absorbe les immondices de mon corps physique, afin qu’il devienne ton temple et que ta volonté se manifeste à travers lui. Que l’Ange de l’eau lave mon cœur de toutes les souillures, afin que l’amour désintéressé s’installe en lui et que je puisse travailler pour ton Royaume et ta Justice. Que l’Ange de l’air purifie mon intellect, afin que la sagesse et la lumière le pénètrent et que je puisse travailler pour ton Royaume et ta Justice. Que l’Ange du feu sanctifie mon âme et mon esprit, afin qu’ils deviennent les demeures de ta vérité et que je puisse travailler pour ton Royaume et ta Justice ; Amen, Amen, Amen, Ainsi soit-il ».

Dans toutes nos activités les quatre éléments sont présents soit séparément, soit ensemble. Manger, boire, respirer, penser, aimer, et même tout simplement vivre ne sont que le résultat se la présence et de l’action des quatre éléments en nous. Nous n’existons que parce que les quatre éléments ont donné leur accord. Et lorsque nous mourrons, chaque particule de notre être retournera vers la terre, l’eau, l’air et le feu. Dieu a mis les quatre éléments à notre disposition et nous devons apprendre à les considérer et les utiliser avec respect, car ils ne sont pas uniquement des substances matérielles, ce sont des entités très puissantes, très vastes et habitées par d’innombrables êtres vivants.

Les traditions du monde entier mentionnent l’existence de ces êtres, et même si la description de leur apparence et de leurs activités n’est pas tout à fait exacte, l’essentiel est de savoir que la terre, l’eau, l’air et le feu sont habités et que nous pouvons entrer en communication avec ces créatures qui les habitent. Dans la tradition occidentale on appelle salamandres les esprits du feu, sylphes les esprits de l’air, ondines les esprits de l’eau et gnomes les esprits de la Terre. Paracelse et beaucoup d’autres occultistes les mentionnent dans leurs ouvrages. Les mages, les magiciens ont l’habitude de les invoquer pour leurs travaux, et vous trouverez même dans le Faust de Goethe un exemple de conjuration par les quatre éléments. Mais moi je ne vous conseille pas d’utiliser la puissance des quatre éléments pour des opérations magiques. C’est dangereux. Contentez-vous des méthodes que je vous donne et soyez vigilant, parce que les quatre éléments font partie de notre vie quotidienne, et que nous en soyons conscients ou non, ils agissent.

Même lorsque nous parlons, il faut savoir qu’au travers des mots prononcés se faufilent certaines particules de nature subtile qui rendent notre parole agissante ; car dans la nature il y a toujours un des quatre éléments qui attend le moment où il pourra habiller de sa propre matière ce que nous pensons et exprimons. La réalisation ne se produit pas toujours là où nous l’attendions ; parfois nous ne voyons rien là où nous espérions voir apparaître quelque chose. Mais, par l’action de l’un ou l’autre des quatre éléments, il y a toujours une réalisation quelque part, parfois très loin de nous ... et même peut-être sur une autre planète ! Cela est vrai dans le domaine du bien comme dans celui du mal. Certains croient n’avoir fait que du bien dans leur vie, mais il se peut qu’un jour on leur montre comment leurs paroles, leurs pensées et leurs sentiments ont produit beaucoup de dégâts jusque dans des endroits qu’ils ne peuvent même pas soupçonner.

A cause de cette présence des quatre éléments qui provoquent nécessairement une réalisation vivante quelque part dans l’espace, les Initiés sont très attentifs aux paroles qu’ils prononcent, mais aussi à leurs pensées et à leurs sentiments. Car les paroles, comme les pensées et les sentiments, sont semblables à des graines emportées par le vent qui s’en vont germer loin du jardin où elles ont mûri. L’initié ne pense donc qu’ produire de bonnes semences, puis il les laisse s’envoler sans se soucier où et comment le vent de l’esprit les emportera ; il ne se préoccupe que de la qualité de ses semences. Nous sommes entourés d’agents magiques ; la terre, l’eau, l’air et le feu… Dieu dans ces éléments a déposé toutes les puissances de vie, et par l’existence que nous menons, nous Lui montrons si nous savons apprécier ou non ses bienfaits.