Merci de votre visite

mardi 30 juillet 2013

Entendre cette voix qui nous parle….



Si vous étiez plus attentif, si vous aviez plus de discernement, vous sentiriez qu’avant chaque entreprise importante de votre vie (que ce soit un voyage, un travail, une décision à prendre), une voix vous conseille. Mais vous ne faites pas attention, vous êtes trop occupé à écouter le tapage de vos désirs et vos convoitises. Pour entendre une voix, vous avez besoin qu’elle fasse beaucoup de bruit. Si elle s’exprime doucement, vous ne l’entendez pas. Mais quand par votre faute, il vous est arrivé malheur, parfois vous vous dites : « Oui, bien sûr, il y avait bien quelque chose, là, qui m’avait averti, mais c’était si faible, si faible ... » Vous n’avez pas écouté parce que vous avez préféré suivre les voix qui insistaient et parlaient très fort pour vous induire en erreur.

Dieu nous parle doucement et sans insistance. L’intuition n’insiste pas davantage. Et celui qui n’est pas attentif ne discerne pas cette voix et finit toujours par s’égarer. Cette voix du Ciel qui est extrêmement duce, mélodieuse et brève, existe-t-il des critères pour la reconnaître ?

Oui, elle se manifeste de trois manières ; par une lumière qu’elle fait naître en nous ; par une dilatation, une chaleur, un amour que nous sentons dans notre cœur ; et enfin par la volonté d’accomplir des actes nobles, désintéressés, et la liberté intérieure qui nous permet de les réaliser ; alors, il faut être attentif, ce sont là des critères.

Evidemment, il ya beaucoup de gens qui prétendent que Dieu leur parle et qu’ils entendent sa voix. Et que dit cette voix ? Elle leur donne la mission de ramener l’ordre sur la terre, de poursuivre les traîtres, d’exterminer les hérétiques et les infidèles ; et les voilà qui partent en guerre ! Qu’ils entendent une voix, ça on ne peut pas le nier : tout ce qui existe a une voix. Mais cette voix qui leur dit d’aller rétablir l’ordre et la justice par la menace et la violence, ne peut pas être la voix de Dieu. Il faut que ce soit bien clair, c’est la voix de leur nature inférieure.

Alors, quand vous aurez une décision importante à prendre, tâchez désormais de tenir compte de ces critères. Si vous vous sentez troublé parce qu’il y a trop de choses contradictoires qui bouillonnent en vous et qui vous poussent dans une direction, puis dans une autre, puis dans une troisième ... ne décidez rien, attendez. Au milieu de cette pagaille, vous ne pouvez pas y voir clair ; au contraire, toutes les conditions sont réunies pour que vous commettiez des erreurs. Il vaut mieux prendre votre temps et commencer par vous apaiser, car c’est seulement dans le silence des pensées et des sentiments que vous recevrez la réponse de votre Moi supérieur. Ce silence est la source de la clarté, de la limpidité, de la certitude, et vous avez besoin de lui pour prendre de bonnes décisions.

Il est inutile d’aspirer à de grandes réalisations spirituelles tant que vous ne parviendrez pas à interrompre le cours bruyant et désordonné de votre vie psychique. C’est ce désordre qui empêche que s’installe en vous le silence, le vrai silence, qui laisse enfin à la nature supérieure la possibilité de faire entendre sa voix. Plusieurs fois par jour, consacrez au moins quelques minutes à introduire ce silence en vous. Fermez les yeux, efforcez-vous de vous dégager des soucis quotidiens et dirigez votre pensée vers les sommets, vers les sources de la vie qui abreuvent tout l’univers. Quand vous sente que vous avez arrêté le flot d’images, de sentiments et de pensées qui vous traversent, prononcez intérieurement le mot « Merci ». Voilà le mot le plus simple, mais qui dénoue toutes les tensions, parce qu’en remerciant vous vous accordez avec le Ciel, vous sortez du cercle rétréci de votre moi limité pour entrer dan la paix de la conscience cosmique. Et comme la respiration est aussi un facteur d’apaisement et d’harmonisation très important, en  prononçant le mot merci, efforcez-vous de donner à votre respiration un rythme régulier ; inspirez très profondément et expirez très lentement jusqu’à ce qu’i ne reste plus d’air dans vos poumons.

Le but de la vie spirituelle, ce n’est pas d’essayer de rétablir de temps à autre le lien avec le monde du silence, de la lumière, et puis oubliant tout cela, de se laisser entraîner à nouveau dans les désordres et les vacarmes de l’existence pour recommencer le lendemain. Cela n’a pas de sens. Au contraire, ce silence que vous avez réussi à réaliser doit vous suivre toute la journée et communiquer imperceptiblement un rythme, une grâce à tout ce que vous faites. Vous vous déplacez, vous touchez les objets, et ce mouvement harmonieux se transmet à toutes les cellules de votre organisme. C’est comme si tout en vous n’était que dans et musique.


La réalisation du silence intérieur est un indice de l’évolution des êtres. Et non seulement ce silence leur ouvre les portes de l’illumination, mais ils deviennent eux-mêmes une source de bénédictions pour tous ceux qui les entourent. Grâce à la méditation, à la prière, à la contemplation, nous parviendrons un jour à faire taire les grosses caisses, toutes ces forces chaotiques qui se déchaînent en nous. Alors le silence s’approchera, il se répandra pour nous enveloppe de son manteau merveilleux, une clarté apparaître et la Divinité en nous fera entendra SA VOIX.