Merci de votre visite

mardi 30 juillet 2013

Les rapports de la personnalité et de l’individualité



Pour comprendre les rapports de la personnalité et de l’individualité, il y a l’image de l’arbre…

Quand on étudie les différentes parties de l’arbre et leurs fonctions, on peut dire que, par analogie, les racines, le tronc et les branches correspondent à la personnalité, tandis que les feuilles, les fleurs et les fruits correspondant à l’individualité.

La personnalité joue le rôle du support matériel, de récipient, de conducteur, et l’individualité représente l’élément spirituel qui est à l’origine de toutes les manifestations.

Voyons maintenant les correspondances que nous pouvons établir entre l’arbre et nos différents corps. Les racines correspondent au corps physique, le tronc au corps astral et les branches au corps mental. Ces trois corps, physique, astral et mental, forment la trinité de la personnalité ; c’est eux qui permettent à l’homme d’agir, d’avoir des sentiments et des pensées, mais dans les régions inférieures. Ensuite, es feuilles correspondent au corps causal, les fleurs au corps bouddhique, les fruits au corps atmique ; ils forment la trinité de l’individualité, et c’est grâce à eux que l’homme peut penser, sentir et agir dans les régions supérieures.

Les racines, le tronc et les branches demeurent en toutes saisons, tandis que les feuilles, les fleurs et les fruits apparaissent, puis disparaissent. De même, la personnalité, c'est-à-dire nos corps physique, astral et mental, demeure comme support permanent tandis que l’individualité, c’est à dire les inspirations qui nous sont données par nos corps causal, bouddhique et atmique nous visitent et s’en vont.

Au printemps, l’arbre commence à se manifester sous la forme de feuilles, de fleurs et de fruits. Voilà l’individualité. Pourquoi les feuilles, les fleurs et les fruits ne demeurent-ils pas ? Ils s’en vont, puis reviennent, comme toutes ces inspirations poétiques qui nous visitent quelques minutes de temps à autre, tandis que les racines, le tronc et les branches sont toujours là. Evidemment, comme l’arbre, la personnalité peut grandir, elle peut s’élargir, mais elle reste toujours la même ; les racines (le sexe et le ventre), le tronc (les poumons et le thorax) et les branches (le cerveau). Et si elle n’est pas traversée par les puissances de l’esprit, elle demeure nue et stérile comme un arbre en hiver. Nous devons donc travailler à laisser passer l’esprit en nous. Pareil à l’arbre qui se couvre de feuilles, de fleurs et de fruits pour la plus grande joie de tous, l’homme qui s’ouvre aux courants de l’esprit est une bénédiction pour ceux qui l’approchent.

Comme les racines, le tronc et les branches représentent les assises de l’arbre, la personnalité représente les assises de l’être humain, et il n’est pas question de détruire ces assises. Il faut donc entretenir la personnalité, il faut lui donner à manger et à boire, mais consacrer l’essentiel de notre temps et de nos efforts à alimenter l’individualité. Jusqu’au jour où elle finira par devenir si formidablement puissante qu’elle s’emparera de la personnalité et s’installera en elle comme sur un territoire conquis. C’est alors que nous pourrons dire comme saint Paul : « Ce n’est pas moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi ». Mais en attendant tout en nourrissant notre individualité, il ne faut pas laisser notre personnalité mourir de faim, sinon nous mourrons avec elle. Nous devons lui attribuer un quart de notre attention !


Evidemment la majorité des gens font le contraire, ils donnent un quart à Dieu et trois quarts à la personnalité. Eh bien, il faut savoir que tout cela va à l’encontre des mathématiques célestes.