Merci de votre visite

jeudi 8 mai 2014

En Esprit et en Vérité


http://parti-du-nouveau-developpement.e-monsite.com/

Il en est des cultures et des peuples comme des êtres humains : ils naissent, grandissent, vieillissent et meurent pour laisser la place à d’autres. Ils suivent la même courge : ils donnent ce qu’ils doivent donner, et ensuite ils s’éteignent. On dirait qu’ils se reposent pour pouvoir un jour se réveiller et produire de nouvelles richesses. On a vu cela avec toutes les civilisations, et c’est de la même manière le sort des religions ; chacune prend son essor, arrive à une grande élévation, une grande extension, un point culminant, puis elle se cristallise et perd les clés de la vie. Regardez, même les Mystères de l’Egypte ancienne, ces temples dont les grands prêtres possédaient les clés de la connaissance et du pouvoir, qu’en reste-t-il maintenant ? Tous ces hiérophantes, où sont-ils ? Toutes ces sciences, où sont-elles ?... Tous ont subi les lois immuables de la vie : chaque chose ou chaque être qui naît doit mourir et laisser la place. Seule ce qui n’a pas de commencement n’a pas de fin ; et seuls les principes n’ont ni commencement ni fin.

Les principes qui gouvernent l’univers sont comparables aux nombres de 0 à 9 à partir des quels se font toutes les combinaisons numériques. Les principes, comme les dix premiers nombres, sont donnés une fois pour toute s, mais personne n’est  capable de prévoir toutes les multiples combinaisons qu’ils peuvent produire, car ces combinaisons vont jusqu’à l’infini. Alors, voilà ce que l’humanité doit apprendre au cours des siècles : les nouvelles combinaisons, les nouvelles formes engendrées par les principes qui, eux, sont éternels. Dans tous les domaines, le mouvement est la loi de la vie. La vie est un jaillissement perpétuel qui a besoin de nouvelles formes pour s’exprimer. Après un certain temps, c’est elle-même qui casse les formes, car elle a besoin de nouveaux conducteurs pour révéler de nouvelles richesses, de nouvelles lumières, de nouvelles splendeurs. C’est pourquoi, après un certain temps, les formes doivent disparaître pour permettre d’autres nuances, d’autres manifestations plus subtiles.

Regardez l’être humain : quand il est jeune, la matière dont son corps est fait est extrêmement souple, malléable, vivante ; et c’est dans cette matière qu’à travers l’intellect, le cœur et la volonté, l’esprit parvient à s’exprimer de mieux en mieux. Mais il arrive toujours un moment où la forme durcit, se cristallise, et l’esprit, qui n’a plus la possibilité de se manifester à travers cette vieille forme ratatinée, doit partir pour revenir sous une forme nouvelle. Il faut observer la nature pour en tirer les conclusions valables dans tous les domaines. Pour durer on a besoin de se renouveler. Aussi est-ce une grande erreur de la part des religions que de vouloir éterniser les formes. Seuls les principes sont éternels, les formes s’usent et doivent être changées.

Si le christianisme perd de plus en plus de son influence, c’est qu’il s’est accroché à de vieilles formes, des croyances, des rites qui ont perdu aujourd’hui de leur sens et qu’il faut remplacer. Bien sûr je ne parle pas de remplacer les principes sur lesquels il est fondé, il ne peut exister de meilleurs principes que ceux qu’enseigne Jésus dans les Evangiles. Mais pourquoi continuer à traîner de vieilles pratiques qui ne donnent plus de résultats ? Le monde chrétien a besoin de grandes transformations, car les traditions sur lesquelles il vit ne sont plus adaptées à notre époque ; si elles l’étaient, l’humanité se trouverait dans un meilleur état. On a fini par réduire la religion à des formes inefficaces, et il ne faut donc pas s’étonner si de moins en moins de personnes la prennent au sérieux.

Dans le passé, les gens acceptaient tout ce qu’on voulait leur faire croire : il y avait une autorité, l’Eglise, qui pensait et décidait pour eux, tandis que maintenant ils ne veulent plus que d’autres pensent à leur place, et ils s’éloignent d’elle. C’est là un indice que l’Eglise doit chercher et accepter les nouvelles formes que le Ciel lui présente… Jusqu’au jour où ces nouvelles formes seront vieilles à leur tour et devront être remplacées. Les principes sont seuls durables, les formes jamais. Le rôle de la forme est de garder le contenu intact ; elle se présente donc comme un récipient, comme une limite. Mais après un certain temps, elle finit pas devenir une prison. Pour que le contenu ne reste pas immobilisé, emprisonné dans une forme, il faut l’abandonner et déverser ce contenu dans une forme nouvelle, plus subtile, plus souple, plus transparente. Voilà pourquoi rien de ce qui a été construit dans le plan physique n’est éternel.

Le temps ne peut pas agir sur les principes, mais il agit sur les formes. Quand on dit que le temps détruit tout, cela concerne seulement les formes. Et les chrétiens n’ont pas encore compris que les formes dans lesquelles leur religion leur a été donnée, il y a des siècles, ont perdu de leur efficacité et doivent être changés afin que le contenu, l’esprit, puisse mieux s’exprimer. Je le répète, ce n’est pas les principes qu’il faut changer, mais les formes, car elles sont soumises au temps ; l’éternité est seulement pour les principes. C’est donc à vous maintenant d’élargir votre champ de vision, et surtout d’avoir toujours ce désir d’évoluer.            

Qu’est-ce que l’évolution ? Un changement de forme. Pour se manifester, l’esprit a toujours besoin de nouvelles formes, car la forme, elle, n’évolue pas. Les formes sont là, telles quelles, créées depuis l’origine ; même les nouvelles formes que nous ne connaissons pas encore existent déjà dans le plan des archétypes. Et les humains aussi, de nouvelles formes les attendent : au fur et à mesure de leur évolution, ils doivent s’approprier de nouvelles formes, car il y a toujours une forme ancienne à laisser et une nouvelle à prendre, plus pure, plus élaborée.

Voilà ce que les chrétiens doivent comprendre : ils veulent éterniser la forme, mais sur la terre c’est impossible, c’est une attitude qui va contre les décrets de l’Intelligence cosmique. Toute forme est déjà éternisée dans les ateliers en haut. Oui, en haut, les formes existent de toute éternité pour servir les projets de l’Intelligence cosmique. Mais si l’homme s’obstine à se cramponner à telle sou telles formes, alors là, il provoque les forces cosmiques qui viennent casser ces formes pour le libérer. Comme il ne comprend pas, il se plaint de la cruauté de son sort… Mais comment pourrait-il se libérer s’il restait accroché aux mêmes formes ? 

Cette volonté du monde invisible de casser les vieilles formes n’est pas encore comprise par l’Eglise : elle s’étonne d’être ainsi bousculée. Mais qu’elle comprenne ou non, et quoi qu’elle fasse, les anciennes formes seront cassées. Qu’est-ce qu’un matérialiste ? Un homme qui s’est fixé sur des formes matérielles, et c’est en ce sens que l’on peut dire que l’Eglise est matérialiste. Eh oui… et c’est pourquoi ses formes seront cassées afin qu’elle puisse reprendre le chemin de l’esprit. Ne pensez pas que je suis contre toutes les formes, non, les formes sont utiles, nécessaires ; mais au bout d’un certain temps on doit les abandonner pour accueillir des formes nouvelles.     


Retrouvez Omraam sur : http://devantsoi.forumgratuit.org/