Merci de votre visite

mardi 27 mai 2014

La croix cosmique par Omraam




Les chrétiens ont fait de la croix le symbole de leur religion. Quand on voit quelqu’un porter au cou une petite chaîne d’or ou d’argent avec une croix, on sait tout de suite qu’il est chrétien. En portant cette croix, il pense affirmer sa foi et s’assurer la protection du Ciel, puisque Jésus est mort sur la croix pour le salut des hommes. Malheureusement, non, il ne suffit pas d’une croix pour préserver les humains de la faiblesse et du péché. La croix de Jésus ne peut rien pour celui qui n’a déjà pris la décision de suivre le chemin qu’l a tracé, et qui n’a pas appris à porter la croix en pratiquant les vertus chrétiennes. On raconte toutes sortes d’histoires au sujet de croix qui auraient mis des diables en fuite. Figurez-vous !

C’est seulement dans les légendes que la croix chasse les démons. Le diable ne se gêne même pas pour entrer dans les églises, oui, et même celles où les plus belles croix d’or et de pierres précieuses sont présentées à la vue de tous ; ce ne sont pas des croix qui vont l’arrêter. Et, au cours de l’histoire, combien de curés, d’évêques, de cardinaux et même de papes qui promenaient des croix devant les fidèles, trinquaient en réalité avec tous les diables.

Dans l’esprit des chrétiens, la croix est tellement liée à leur religion, et surtout à la mort de Jésus, qu’ils ont fini par oublier l’étendue et l’universalité de ce symbole. Par exemple, quand j’étais au Québec, on m’a raconté que la croix était, bien avant l’implantation du christianisme, un symbole très répandu parmi le sindiens. Quand les missionnaires sont arrivés, ils n’ont pas accepté que des peuples qu’ils considéraient comme des païens, ou même des sauvages, vénèrent une croix qui, évidemment, n’avait pas la même signification que dans le christianisme, et ils ont persécuté ces malheureux Indiens jusqu’à ce qu’ils renoncent à leur croix. Quelle ignorance, quelle étroitesse de vues.

Schématiquement, la croix représente donc deux forces, deux directions opposées qui se rencontrent pour produire l’union des deux principes masculin (la ligne verticale) et féminin (la ligne horizontale). Avant toute chose, la croix est un symbole de l’union de deux principes, et c’est pourquoi elle est un symbole universel que l’on trouve dans les plus anciennes civilisations et religions ; en Mésopotamie, en Egypte, en Chine, en Inde, etc. où ce symbole est-il né ? Qui l’a inventé ? Personne ne l’a inventé, il existe déjà dans la nature. Regardez seulement les mouvements de l’eau et du feu : l’eau qui coule glisse et se répand en suivant le plan horizontal ; tandis que le feu s’élève et prend la direction verticale. Le feu, la ligne verticale, et l’eau, la ligne horizontale, sont une expression des deux principes masculin et féminin, positif et négatif. Et comprendre la croix, c’est donc savoir mettre en action le masculin et le féminin, le positif et le négatif. Vous direz : "Mais comment les mettre en action ? Et est-ce si important" ? Aussi important que de savoir comment utiliser l’eau et le feu. Réfléchissez à tout ce que l’on peut faire en sachant se servir de l’eau et du feu. Imaginez que vous ne sachiez pas ; de combien de possibilités vous seriez privé. Vous ne pourriez même pas faire votre café le matin.

La croix représente donc les deux principes masculin et féminin qui se rencontrent pour travailler ensemble dans l’univers, mais aussi dans l’être humain lui-même. Le travail se fait à partir d’un centre ; le point d’intersection des deux branches de la croix. Ce centre réunit les forces, il les tient liées ; sans lui tout s’éparpillerait dès que la croix commencerait à tourner. Car la croix tourne ; en tournant ses branches tracent un cercle, et le cercle, symboliquement, représente le soleil. Plus le mouvement est intense, plus le soleil devient lumineux. Le soleil réunit les deux principes, il est la croix en mouvement.

C’est l’union des deux principes qui crée le mouvement. Et justement, qu’est-ce qu’une roue ? Une croix en mouvement. La croix formée d’une verticale et d’une horizontale est statique, et celle formée de deux obliques est une croix en mouvement. La première lettre de l’alphabet hébraïque Aleph est donc une représentation de la croix en activité ; les branches inclinées indiquent que l’équilibre est rompu pour permettre l’action. Aleph, "le premier né de Dieu", c’est le Christ qui est sans cesse en activité dans l’univers. Et la croix, qui est aussi Aleph, est donc elle-même liée à l’idée de cette activité. C’est pourquoi quand Jésus disait : "Mon Père travaille, et moi aussi je travaille avec lui", il voulait souligner que son activité, comme l’activité du Créateur, ne cesse jamais.

Nous avons l’habitude de définir l’espace par les quatre points cardinaux. Or, que sont les quatre points cardinaux sinon une croix ? Lorsqu’un Initié doit commencer un travail, il se tourne successivement chacune des quatre directions de l’espace ; il trace ainsi une croix pour indiquer que son esprit va entrer en activité. A chacun des points cardinaux préside un archange ; à l’est Mikhaël, à l’ouest Gabriel, au nord Ouriel, et au sud Raphaël. C’est parce que l’Initié comprend la croix vivante que toutes les entités lumineuses répondent à son appel et viennent participer à son travail. Ce rite de se tourner vers les quatre points cardinaux s’est perpétué dans la religion chrétienne sous la forme du "signe de la croix". Lorsque le chrétien, portant sa main droite successivement au front, au plexus solaire, à l’épaule gauche et à l’épaule droite (ou l’inverse : à l’épaule droite puis à l’épaule gauche), prononce : "Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, Amen", il entre en contact avec les quatre directions de l’espace. L’espace est la matière sur laquelle il doit travailler par sa pensée, par son amour.

Car qu’est-ce que la matière sinon les quatre éléments (la terre, l’eau, l’air et le feu) sur lesquels notre esprit doit exercer son activité ? Si on étudie le Zodiaque, qui est une représentation de l’espace, on constate que les 12 constellations se répartissent sur trois croix. Ce sont les axes Bélier-Balance et Cancer-Capricorne ; Lion-Verseau et Scorpion-Taureau ; Sagittaire- Gémeaux et Poissons-Vierge. Et sur chacune de ces croix on retrouve les autres éléments.

Prenons la première de ces croix : Bélier-Balance et Cancer-Capricorne. L’axe Bélier (signe de feu) – Balance (signe d’air) représente le principe masculin, alors que l’axe Cancer (signe d’eau) – Capricorne (signe de terre) représente le principe féminin. Il en est de même pour les deux autres croix formées des axes Lion (feu) – Verseau (air) et Scorpion (eau) – Taureau (terre) ; Sagittaire (feu – Gémeaux (air) et Poissons (eau) – Vierge (terre).

Quant à l’Arbre séphirotique, l’Arbre de la Vie, qui est une autre représentation de l’univers, sa structure peut elle aussi être assimilée à celle d’une croix.

L’univers entier, le macrocosme, est une croix. Et l’homme, quand il étend ses bras, est aussi une croix, car il représente le microcosme dans le macrocosme. La croix cosmique est formée de deux branches égales, mais on trouve de nombreuses variantes. La branche verticale peut être plus longue, ce qui signifie que l’élément masculin est plus développé que l’élément féminin.

Quant à la barre horizontale, elle peut être aussi double ou trique. Mais il est intéressant de noter qu’on ne trouve jamais une double ligne verticale parce que seule la matière, le principe féminin, est multiple ; l’esprit, le principe masculin, symbolisé par la verticalité, est toujours Un.


Omraam