Merci de votre visite

dimanche 25 mai 2014

Entrer en relation avec la nourriture



Quand deux personnes se rencontrent, leurs vibrations sont tellement différentes qu’i ne leur est pas toujours facile de s’harmoniser pour se comprendre. Mais le temps passe, il se fait des échanges entre elles, une sorte d’osmose, et elles commencent à vibrer à l’unisson. C’est ce qui se passe aussi avec la nourriture ; si vous la mangez sans la préparer psychiquement, elle restera une matière étrangère et n’agira pas de la a même façon que si vous avez essayé d’entrer préalablement en relation avec elle. Avant de manger un fruit, vous m’avez vu souvent le tenir un moment dans mes mains : c’est pour agir sur le corps éthérique du fruit en lui demandant de s’ouvrir envers moi.

Et même on peut sourire aux aliments comme à une créature, à un animal qu’on veut apprivoiser. Mais oui, tout ce qui est vivant dans la nature, les pierres, les plantes, les animaux, les humains ont besoin de sentir l’amour pour s’apprivoiser. Et il en est de même de la nourriture… et même des médicaments. Pour qu’un médicament soit vraiment accepté par votre organisme et agisse efficacement sur lui, vous devez travailler sur sa matière éthérique. On retour cette loi dans tous les domaines de l’existence. Regardez seulement lorsque vous devez mettre des chaussures pour la première fois : vous vous sentez serré, gêné, vous les trouvez raides, dures, puis, peu à peu, elles deviennent plus souples, elles s’habituent à vous, pour ainsi dire. Et quand vous vous installez dans une nouvelle chambre ou une nouvelle maison, au début vous êtes dépaysé, l’endroit vous est étranger. Mais après quelque temps, vous vous sentez chez vous et vous êtes heureux de vous y trouver parce que cet endroit vibre en accord avec la vie que vous menez.

Pour la nourriture, c’est curieux, personne ne trouve qu’il y a quelque chose à faire. Pourtant, avant d’arriver sur votre table, elle est passée par toutes sortes d’endroits, elle a été manipulée, empaquetée, transportée, elle n’a donc aucun lien avec vous, elle vous est étrangère. Mais prenez un fruit, tenez-le avec respect, regardez-le avec amour ; il devient votre ami, il vibre autrement. C’est comme une fleur qui s’ouvre et vous donne son parfum. Le secret pour que la nourriture s’ouvre, c’est de la chauffer ; et la chaleur, c’est l’amour. C’est pourquoi, si vous n’aimez pas tel ou tel aliment, n’en mangez pas, car il devient alors un ennemi dans votre organisme. Ne mangez jamais ce que vous n’aimez pas !

Essayez désormais de faire cet exercice : avant de changer un fruit, prenez-le dans la main, parlez-lui gentiment, au moins par la pensée. Ainsi, quelque chose dans ce fruit va se transformer, il sera beaucoup mieux disposé envers vous : quand vous le mangerez, il commencera à travailler pour vous. Et ensuite remerciez le Ciel.

Tous les rites qui ont été institués par l’Eglise ne doivent pas cacher la vraie religion. Souvent, on prend les petites lunettes d’une religion, d’une philosophie, d’une chapelle, et tout le reste est laissé dans l’ombre. A quoi cela sert-il d’appartenir à une religion, si elle doit cacher aux croyants la splendeur de ce que Dieu a créé et leur ôter les véritables possibilités de retourner vers lui ? Si je pose maintenant la question aux chrétiens : "Tous ces milliards d’hommes qui depuis des siècles n’ont jamais entendu parler de la messe ni de la communion, sincèrement, que pensez-vous de leur destinée ? Ils seront tous rejetés par Dieu" ?... que répondront-ils ? Combien y a-t-il de gens sur la terre qui ne connaissent pas la communion des chrétiens. Cela signifie-t-il qu’ils ne peuvent pas communier avec la Divinité aussi bien que les chrétiens ?

Pourquoi se limiter ainsi et vouloir limiter les autres ? les humains ont toujours éprouvé le besoin de s’imposer aux autres, et leur infliger des contraintes. Et c’est allé très loin… jusqu’à déformer, mutiler volontairement leur corps physique. Toutes ces coutumes de bander les pieds, de déformes les crânes, etc, que l’on trouve dans certaines cultures… oui, dans tous les domaines, il y a eu des gens pour vouloir brimer les autres physiquement ou psychiquement. Même les religions ont agi ainsi, et surtout en maintenant le peuple trop bas, trop loin de la compréhension des vérités spirituelles. Jésus disait aux scribes et aux pharisiens : "Malheur à vous parce que vous fermez aux hommes le royaume des cieux ; vous n’y entrez pas vous-mêmes, et vous n’y laissez pas entrer ceux qui veulent entrer".

Il faut donc maintenant comprendre la communion dans un sens plus large, plus vaste. La communion est la condition même de la vie. Comment devons-nous communier ? De toutes les façons.

A commencer déjà par la nourriture que nous prenons chaque jour, car bien que la nourriture soit matérielle, elle est imprégnée de la vie du Créateur et on peut par un travail de la pensée, de la conscience, apprendre à en retirer les éléments plus subtils afin de nourrir aussi notre âme et notre esprit. Et lorsque nous respirons, lorsque nous dormons, lorsque nous contemplons la nature, les montagnes, la mer, le soleil, les étoiles… nous pouvons aussi vivre des états de conscience magnifiques qui sont en communion, la seule vraie communion qui donne un sens à la communion des chrétiens.  Prendre l’hostie et le vin ne sert à rien si on n’a pas appris à communier avec le Créateur d’une façon plus vaste, plus profonde, à travers les actes les plus simples de la vie quotidienne : manger, boire, marcher, respirer, regarder, écouter, dormir, aimer, travailler.


Maintenant, si vous préférez en rester aux conceptions pauvres et limitées de la communion, vous êtes libre. Mais un jour vous serez obligé de les abandonner. Si ce n’est pas aujourd’hui, ce sera plus tard, car le Ciel enverra d’autres êtres qui vous répéteront la même chose. La prophétie de Jésus doit s’accomplir : un jour les humains adoreront Dieu "en esprit et en vérité".