Merci de votre visite

dimanche 20 octobre 2013

Bien utiliser les véhicules de nos émotions



Le cœur et l’âme sont les véhicule de nos émotions, de nos sentiments, de nos désirs, mais alors que le cœur est le siège de sentiments, d’émotions et de désirs liés aux satisfactions ou aux contrariétés de la vie ordinaire, l’âme est le siège des émotions et des élans spirituels, divins. Et entre l’intellect et l’esprit existe la même relation qu’entre le cœur et l’âme. L’intellect est le siège des pensées et des raisonnements qui visent à la satisfaction des intérêts personnels, des besoins matériels ; et l’esprit est le principe de la pensée et de l’activité purement désintéressées.

Le cœur et l’âme sont deux expressions du principe féminin, et l’intellect et l’esprit sont deux expressions du principe masculin. Dans les régions inférieures, le principe féminin se manifeste par le cœur, et dans les régions supérieures par l’âme. Dans les régions inférieures, le principe masculin se manifeste par l’intellect, et dans les régions supérieures par l’esprit. Les deux principes masculin et féminin utilisent donc quatre véhicules ; le cœur, l’intellect, l’âme et l’esprit. Ces deux principes et ces quatre véhicules sont logés dans une même « maison » ; le corps physique.

Mais afin d’éclairer davantage cette question qui reste encore trop abstraite pour beaucoup, je vous raconterai une petite histoire. Imaginez une belle demeure dans laquelle vivent les deux propriétaires ; ils sont mari et femme et ils emploient un couple de serviteurs. Il arrive parfois que le maître du logis parte en voyage ; sa femme reste là, un peu triste et languissante, attendant le retour de son mari tout en veillant à la bonne marche de la maison. Et quand il revient chargé de cadeaux, il y a de grandes réjouissances ; parfois, le maître emmène sa femme pour un long voyage. Alors, le valet et la servante, se trouvant seuls et sans surveillance, décident de profiter de cette liberté ; ils commencent à explorer les placards où ils découvrent toutes sortes de victuailles, et comme il est plus amusant d’être nombreux pour faire un festin, ils invitent les voisins et les voisines… Après quelques heures, il y a évidemment des tables renversées, ainsi que des bouteilles et même quelques têtes cassées. Lorsque les maîtres reviennent, il s sont horrifiés du spectacle ; naturellement, ils prennent des sanctions, ordonnent de remettre la maison en état, et tout rentre dans l’ordre.

Interprétons maintenant cette petite histoire. La maison, c’est le corps physique ; la servante c’est le cœur, et le serviteur, l’intellect ; la maîtresse maison, c’est l’âme, et le maître, l’esprit. Souvent, l’esprit nous quitte et notre âme se sent un peu abandonnée, mais quand il revient, il apporte des inspirations, une abondance de lumière. Lorsque l’âme et l’esprit partent en voyage, le cœur et l’intellect, livrés à eux-mêmes, se précipitent pour faire ensemble toutes les bêtises possibles en compagnie d’autres cœurs et d’autres intellects.

Si nous voulons nous arrêter encore sur cette image, nous découvrirons les rôles respectifs du cœur, de l’intellect, de l’âme et de l’esprit. Vous savez qu’une servante est plutôt attachée au service de la maîtresse de maison, et le serviteur à celui du maître ; les maîtres sont séparés des serviteurs par leur mode de vie, leur conduit, leurs préoccupations, et ils ne leur confient pas toujours les secrets de leur travail et de leurs projets. C’est ainsi que l’âme et l’esprit agissent, sans révéler leurs intentions au cœur et à l’intellect. Mais si, par sa conduite irréprochable, la servante obtient la confiance de sa maîtresse, celle-ci lui parle parfois de ses activités, de son bonheur, de l’amour qu’elle ressent pour son époux, l’esprit. Alors, la servante (le cœur) est remplie de joie à cause de ces confidences. De même, si le serviteur obtient, par sa fidélité, la confiance de son maître, celui-ci commence à lui faire des révélations et le serviteur (l’intellect) est plus éclairé, plus lucide.  Mais pour que cela arrive, il faut que le couple de serviteurs – le cœur et l’intellect – vivent en parfaite harmonie au service de leurs maîtres. S’ils sont en désaccord et que les désirs et l’un s’opposent aux souhaits de l’autre, ils troublent le travail de l’âme et de l’esprit. Cette image a des combinaisons et des applications multiples sur lesquelles vous devez méditer, car tous nos états intérieurs et même notre santé physique s’expliquent par les relations qui s’établissent entre ces quatre habitants de la maison de l’homme.

Donc, le couple cœur-intellect est une répétition sur le plan inférieur du couple âme-esprit. Et des enfants naissent de l’union de ces deux couples : l’union de l’intellect et du cœur produit les actes du plan physique, tandis que l’union de l’âme et de l’esprit produit les actes du plan spirituel.

Le lien entre ces quatre principes explique pourquoi, quand ils ne sont pas soumis à l’âme (qui représente l’amour divin) et à l’esprit (qui représente la sagesse divine), le cœur et l’intellect ne comment que des erreurs. Mais quand ils se seront développés dans la voie de l’amour et de la sagesse, le cœur et l’intellect deviendront fils et fille de Dieu. Pour le moment, ils ne sont que de médiocres serviteurs. Le véritable fils est celui qui s’efforce de refléter la perfection de son Père céleste, et la véritable fille celle qui s’efforce de refléter la perfection de la Mère divine. Donc, lorsque le cœur et l’intellect sauront agir d’après l’amour et la sagesse, ils seront fils et fille de Dieu à l’image duquel ils ont été créés. Jusque-là, ils ne sont pas fils et fille de Dieu, mais seulement de l’homme.


La plus grande erreur des humains, c’est d’avoir rompu les communications entre les régions inférieures du cœur et de l’intellect et les régions sublimes de l’âme et de l’esprit ; privés de ce lien, leur coeur et leur intellect sont ravagés, tourmentés. Une seule chose peut les sauver, c’est de retrouver leurs maîtres et de se mettre à leur service. Alors, le cœur deviendra le conducteur de l’âme et l’amour divin se déversera à travers lui ; l’intellect deviendra le réceptacle de la sagesse divine et l’esprit se manifestera à travers lui.