Merci de votre visite

lundi 28 octobre 2013

L’écran de la conscience


Combien d’hommes et de femmes sont-ils capables d’analyser la nature exacte des mobiles qui les poussent à agir ? Ils avancent en trouvant toujours des arguments pour justifier leur conduite et, le plus souvent, ce qu’ils croient faire n’a que peu à voir avec ce qu’ils font réellement. Oui, de combien de gens on peut dire qu’ils sont inconscients !... Et d’autres, au contraire, se rendent parfaitement compte qu’ils ressemblent à la scène d’un théâtre sur laquelle toutes sortes de personnages viennent jouer différentes pièces, intéressantes ou ennuyeuses, comiques ou tragiques, sans qu’eux-mêmes puissent intervenir pour modifier quoi que ce soit. Cela se passe chez eux, en eux, ils en sont conscients, mais impossible d’arrêter la pièce ou de la remplacer par une autre ; Pourquoi ?

Notre conscience peut être définie comme le lieu où tous les représentants de nos différents organismes, physique, psychique et spirituel, sont convenus de se rencontrer. Exactement comme cela se passe, par exemple, pour l’Organisation des Nations Unies à Genève. Genève est une ville où les représentants des puissances du monde entier, amies ou ennemies, se donnent rendez-vous pour parlementer. Périodiquement, elle devient, au moins pour quelques temps, la conscience du monde ; il y a des discussions, des mises au point, des décisions ... De la même façon, la conscience humaine est une zone neutre, une zone franche ou, pour autant que les circonstances le permettent, les éléments et les forces de toutes natures viennent s’exprimer ; On peut aussi la comparer à un tableau ou à un écran sur lequel viennent s’afficher les événements qui se produisent dans les différentes régions de ce monde très spécial qu’est l’être humain, et selon son degré d’évolution, évidemment, la nature et le nombre de ces affichages sont différents.

C’est parce qu’ils n’ont ni une bonne connaissance ni une bonne maîtrise d’eux-mêmes que les humains n’arrivent pas à s’imposer à leur conscience et  ils se laissent influencer par tous les courants qui circulent en eux et autour d’eux. Personne, pas même in Initié, ne peut empêcher que certaines images, certaines suggestions obscures parviennent jusqu’à sa conscience pour la troubler ; mais l’Initié sait discerner l’origine de ces images et de ces suggestions, et il sait aussi comment les éloigner. Il a compris que les intérêts des différents corps et organes en lui – des différents corps et organes physiques et psychiques – doivent converger dans l’intérêt de l’être entier ; alors il impose l’harmonie à tous leurs représentants et quand il y est vraiment parvenu, sa conscience devient superconscience.

Au contraire, la conscience d’un homme ordinaire est un écran où toutes les impulsions les plus chaotiques s’expriment sans retenue, de sorte qu’il n’arrive pas à dominer la situation ; il est toujours harcelé, toujours troublé, toujours en discussion et en guerre ; Car le ventre, l’estomac, le sexe, le foie, le cœur, le cerveau ne cessent d’envoyer leurs représentants qui font chacun des réclamations différentes, et alors quel désordre, quel vacarme ! Chez un tel être, ce que l’on appelle conscience n’est souvent que la manifestation du subconscient ; tous les instincts héréditaires, toutes les tendances animales tentent continuellement de sortir pour se projeter sur un écran intérieur et il reste impuissant devant ce spectacle.

Celui qui s’engage sur le chemin de l’Initiation doit savoir ce qui l’attend. Car il ne suffit pas de réciter des prières pour arriver à se lier au Ciel, ni de vouloir être bon, honnête et généreux pour y parvenir. Il y aura toujours d’autres voix qui se feront entendre en lui : « Se maîtriser, faire des efforts, des sacrifices ? Ah non ce n’est pas ça que nous voulons » Mais s’il ne cède pas, s’il cherche toujours à remplacer un désir obscur par une aspiration spirituelle, grâce aux relations qui existent en lui entre le bas et le haut il parviendra à se libérer et à vivre dans les régions de la conscience supérieure. Pour tout être humain, le but de l’évolution est d’arriver à ce que ses corps supérieurs finissent par s’incarner dans les corps inférieurs qui leur correspondent ; sa nature divine vient alors prendre possession de lui, et on dit qu’il a reçu l’illumination. Quant à la conscience, représentée sur le schéma comme une ligne de démarcation, elle est donc cet écran sur lequel la nature inférieure (la personnalité) et la nature supérieure (l’individualité) viennent faire leurs projections.


Mais alors même qu’il sait de quel côté se trouvent la liberté, la paix intérieure, l’harmonie avec toutes les créatures, pourquoi l’homme continue-t-il à vivre dans la séparativité, les agitations, les affrontements ? Parce que les niveaux de conscience qu’il a atteints pour le moment sont une formation de sa personnalité et que la personnalité plonge ses racines dans les trois corps inférieurs. C’est la qualité de ses pensées, de ses sentiments, de ses désirs, de ses activités qui détermine la conscience que l’homme a de lui-même ; Donc, tant qu’l ne fait pas un travail sur ses corps physique, astral, et mental, il stagne dans les niveaux inférieurs de sa conscience ; et dans les niveaux inférieurs de la conscience il se sent non seulement séparé des autres hommes et de la nature, mais aussi coupé de son origine divine.

La conscience n’existe que comme une conséquence de tous les processus physiques et psychiques qui se déroulent en l’homme ; Elle est comme un écran sur lequel son être intérieur projette des images ; Et si ces images le tourmentent, le font souffrir, c’est dans sa vie même qu’il doit apporter des changements. Sinon il ressemble à celui qui, allant au cinéma et, mécontent du film qu’il voit projeter, en rendrait l’écran responsable et voudrait le changer. Eh non, ce n’est pas l’écran, c’est la bobine du film qu’il faut changer ; De même, quand une émission de télévision ne vous plaît pas, vous ne vous en prenez pas à l’écran ; vous changez de chaîne ou bien vous éteignez le poste.

Parce que la conscience se manifeste au niveau du cerveau, on s’imagine que c’est dans la tête, dans la pensée qu’il faut changer quelque chose pour changer d’état de conscience. Non, c’est une erreur. La conscience est le résultat du fonctionnement de toutes les cellules du corps ; c’est donc sur toutes les cellules du corps qu’il faut agir pour changer la conscience, et non sur l’écran, le cerveau, qui n’y est pour rien. Combien de personnes se plaignent d’être tourmentées par des angoisses, des obsessions dont elles ne savent pas comment se débarrasser. Elles ne se doutent pas que c’est elles-mêmes qui, depuis plusieurs incarnations, ont fabriqué ce film : la bobine a été donnée quelque part à un opérateur qui la projette maintenant sur l’écran de leur conscience. Toutes ces images qui tourmentent les êtres viennent de très loin. Ce n’est pas la conscience qui les fabrique, elle ne fait que servir d’écran, elle n’est en rien responsable de tout ce qui s’y projette de bon ou de mauvais. Le film a été préparé depuis longtemps, et maintenant il tourne ; par moments ce sont des images harmonieuses avec de belles couleurs ; puis tout s’assombrit, des images peu rassurantes défilent à nouveau… Et ainsi de suite, le film se déroule implacablement jusqu’à ce que l’homme ait compris qu’il doit mobiliser toutes les puissances de son être afin de travailler à réaliser un nouveau film.

Nous n’avons pas le pouvoir de changer notre conscience, nous n’avons que celui de changer notre vie ; Mais comment convaincre les humains ? Pour avancer dans la vie avec assurance et vous sentir en sécurité, vous devez soumettre vos pensées, vos sentiments et vos actes aux lois de la droiture, de l’intégrité, du désintéressement. Dès qu’une de ces lois est transgressée, vous perdez vos pouvoirs. Ils ne reviennent que si vous réparer vos erreurs et reprenez la bonne direction. Et justement, ce qui différencie les vrais spiritualiste des hommes ordinaires, c’est qu’ils prennent rapidement conscience de leurs erreurs et s’empressent de les réparer. Voilà où est leur pouvoir ; dans le fait de reconnaître qu’ils se sont trompés et de chercher à réparer ; C’est ainsi qu’ils agissent indirectement sur leur conscience ; d’autres inscriptions apparaissent alors sur l’écran et ils peuvent continuer à avancer dans la lumière et dans la paix.

Une conscience tourmentée ne peut pas être apaisée d’une façon durable par des raisonnements, des médicaments ou des visites chez un psychologue. Je le répète, si on veut vraiment aider les humains, il faut leur fournir des conditions pour réparer leurs erreurs et donner ainsi une nouvelle orientation à leur existence ; les philosophes, les psychologues, les psychanalystes, les psychiatres devraient mieux étudier cette question de la conscience ; qu’est-ce que la conscience et comment travailler sur elle.

Comme Dieu, qui l’a fait à son image, l’être humain par sa conscience existe dans toute la création. Et c’est parce qu’il ne le sait pas que sa vie est tellement difficile. En particulier, quand il se heurte aux êtres et aux choses sans savoir qu’ils sont en lui et que lui est en eux. Cette vérité est la base de la morale. Touts les commandements concernant le respect, l’amour du prochain, ont pour fondement que ce que l’on fait aux autres, c’est également à soi-même qu’on le fait. Même s’il ne le sent pas, parce que sa conscience est tellement limitée et obscurcie, les souffrances que l’homme inflige à son prochain se reflètent sur lui ; en détruisant quelque chose chez les autres, il détruit à son insu quelque chose en lui-même. Un jour, il éprouve certains malaises, certains troubles, et il ne comprend pas pourquoi ; eh bien, c’est tout simplement la manifestation en lui des dégâts qu’il croyait avoir seulement commis chez les autres.


Celui qui travaille avec la sagesse, développe son corps causal, et un jour son corps causal ne fera qu’un avec son corps mental. S’il travaille avec l’amour désintéressé, il développe son corps bouddhique qui viendra se fondre dans  son corps astral. S’il travaille avec la ferme détermination de réaliser la volonté de Dieu, il développe son corps atmique qui représente la force primordiale et cette force se manifestera à travers son corps physique ; L’homme ne doit jamais séparer en lui ces deux natures, mais travailler à réaliser leur fusion, car c’st à ce moment-là qu’il deviendra tout-puissant dans le plan physique, tout amour dans son cœur et omniscient dans son intellect. Pour le moment, le haut et le bas en lui sont séparés ; il y a entre eux cet écran où l’un et l’autre viennent se projeter à tout de rôle. Mais un jour, quand ils se seront fusionnés, il n’y aura plus d’écran, ou plutôt tout sera écran parce que ce n’est pas avec un petit écran que l’on peut tout connaître et être partout à la fois. Si vous êtes limité, vous vous trouvez devant un écran limité ; mais si vous n’avez plus de limite, tout l’univers devient écran, vous habitez l’immensité et vous possédez la connaissance véritable.