Merci de votre visite

lundi 21 octobre 2013

Les ténèbres se dissipent

Nulle part ailleurs que sur Terre la division et la discorde ne dominent autant la vie planétaire. Nulle autre planète de notre système n’est si immergée dans la compétition, aucune n’ignore à un tel degré les avantages de la coopération. En aucun autre lieu ne s’observent les résultats de semblable démence : angoisse et maladies de toute nature ; richesse côtoyant l’indigence ; insécurité et guerre.

Pourquoi devrait-il donc en être ainsi ? Pourquoi faudrait-il que les habitants d’un monde si extraordinairement fertile s’en disputent à ce point la possession ?

Dans une certaine mesure, la réponse tient à la richesse même des ressources terrestres. La Terre est, de tous les mondes, le plus densément matériel, et depuis une époque archaïque les hommes, sous l’emprise de la fascination qu’exerce une telle richesse matérielle, se sont opposés et combattus pour s’en assurer la maîtrise. Cela a conduit le règne humain (et avec lui le règne animal) au bord de la destruction. Avec la bombe atomique, c’est son existence même que l’homme a mise en danger.

Plus que toute autre chose, ce péril a joué un rôle déterminant dans la décision qu’a prise Le Maître de revenir avec son groupe dans le monde moderne, au moins mille ans avant la période fixée initialement. Il entend user d’une bienveillante persuasion pour détourner les hommes de l’abîme, et leur montrer tout le danger et la destructivité de leur soif de pouvoir, leur cupidité et leur compétitivité.

La voie de la coopération
Il leur indiquera une voie plus simple, celle de la coopération, de la justice et de la confiance. Nombreux sont ceux qui, dans leur cœur, renoncent à l’iniquité du matérialisme qui actuellement imprègne la planète. Ceux-ci aspirent à la justice et à la paix, ils descendent dans la rue pour les voir instaurées. De plus en plus, les peuples du monde prennent conscience qu’en s’unissant ils ont le pouvoir de changer l’action des puissants. Ainsi Le Maître fait-il confiance au peuple, et se fait-il l’écho de ses revendications. Ainsi se joint-il à ses manifestations, pour y faire entendre sa voix.

Un nouvel état d’esprit
Si l’avarice demeure généralement dominante, on assiste dans quelques pays à de nouvelles prises de conscience, notamment de la part des hommes politiques. On annule les dettes des pays les plus pauvres et l’on aborde d’une manière nouvelle l’écrasante pauvreté de tant d’hommes. On commence ainsi à recueillir les fruits de vingt années de labeur. Les énergies bénéfiques de Le Maître font leur œuvre magique, et un nouvel état d’esprit gagne en puissance.

Ainsi, des habitudes et des comportements immémoriaux commencent-ils à perdre de leur emprise face à la vague d’énergies nouvelles et irrésistibles que manient Le Maître et son groupe. Les hommes n’ont à avoir peur de rien ; les humbles, les pauvres, ceux qui n’ont d’autre pouvoir que de travailler sans fin hériteront de la Terre. Les hommes apprendront la beauté de la coopération et du service et, l’un après l’autre, les bastions du pouvoir s’effondreront. Les empires de puissance et de richesse disparaîtront alors qu’une nouvelle propension au partage et à l’unité gagnera l’esprit des hommes. Ainsi en sera-t-il ; ainsi l’égarement de l’homme prendra-t-il fin, ainsi reprendra-t-il son ascension.

par le Maître -- par l'entremise de Benjamin Creme