Merci de votre visite

jeudi 3 octobre 2013

LA LIBERTE: par Peter DEUNOV


Ce qui rend l'âme humaine libre, c'est la Vérité. L'âme humaine aspire à la Liberté, elle a l'ardent désir d'être libre. C'est une sublime impulsion intérieure - pas de l'homme ordinaire - mais de l'homme en qui la conscience divine s'est éveillée.

Vous avez entendu qu'il est dit : "Vous connaîtrez la Vérité, et la Vérité vous affranchira". La Vérité c'est la Lumière du monde divin. La Liberté en est l'immensité infinie. Et lorsque nous parlons de la Liberté divine, qui découle de la Vérité, nous sous-entendons l'infini, c'est à-dire l'aspiration de l'âme à vivre dans l'infini. La Liberté dans le plein sens du mot, est l'attribut du monde divin.

Il n'y a que Dieu qui soit absolument libre.

Et voilà pourquoi l'âme humaine qui vit dans la Vérité, connaît Dieu en tant que Liberté sans limites. Et lorsque l'homme sent en lui cette liberté, tous les fardeaux, toutes les limitations qui l'oppriment, disparaissent. Il éprouve une paix profonde et comme une dilatation, une extension de tout son être. Il ne connaît plus de bornes - d'un regard il pénètre les choses. II voit fondre la glace sous lui et autour de lui. Le soleil brille, et tous les nobles germes qui sont déposés profondément dans son âme et attendent depuis des milliers d'années de pouvoir pousser, commencent à se développer et à croître. La liberté est absolument nécessaire à la réalisation du haut idéal auquel l'homme aspire. L'homme, aujourd'hui, n'est pas libre. Il aspire à la liberté, mais il la cherche par des voies extérieures.

La liberté, cependant, ne peut pas venir du dehors.
On ne l'impose pas par des lois. Toute liberté - quelle que soit la forme sous laquelle on la cherche : politique, civile ou religieuse - que l'on impose de dehors, n'est que l'ombre de la liberté. La liberté idéale, la liberté qui découle de la Vérité n'est basée sur aucune violence, ni sur le savoir humain, ni sur quelque ordre social humain. Elle n'est défendue ni par la force, ni par aucune loi extérieure.

Et en vérité, une liberté qu'il faut défendre les armes à la main, est-ce la liberté ?

De nos jours les hommes sont esclaves. Pour s'affranchir, il faut qu'ils naissent de nouveau, ce qui ne peut se faire que par la rupture de leurs entraves actuelles. Et cela signifie : libération des chaînes de la destinée et de la nécessité, rétablissement de ce lien primitif entre l'homme et Dieu, qui subsiste depuis le moment même de son apparition dans le monde, et rétablissement de sa liberté. A l'origine tous les êtres ont été créés libres. Et si la liberté a, dans la suite, disparu dans le monde, la faute en est à l'homme lui-même. Il a lui-même porté atteinte à son lien primitif avec la Cause Première. Il a formé beaucoup d'autres liens qui n'ont pu que le limiter et l'induire en erreur.

Le principe divin le libère continuellement de cette limitation, mais il reprend l'ancien chemin de ses erreurs. Et voilà pourquoi, si l'homme veut être libre, il faut qu'il n'ait qu'un lien unique - avec Dieu ; avec tous les autres êtres, il peut n'avoir que des rapports. Car l'unique être qui soit absolument libre, c'est Dieu. Et le seul être qui puisse rendre l'homme complètement libre, c'est Dieu. Dieu veut que tous les êtres soient libres comme Lui. Et il faut qu'ils soient libres car ils sont des parties de l'organisme divin.

Et lorsque le Dieu vivant de la Vérité viendra faire sa demeure en l'homme, lorsque la force et l'esprit de Dieu commenceront à agir en lui, c'est alors seulement qu'il L'adorera et Le servira en esprit et en vérité. Parce que la liberté exige que l'homme soit prêt à chaque moment de faire ce que Dieu demande de lui. Et l'homme libre peut le faire parce qu'il n'est retenu par aucun autre lien. C'est en cela précisément que consiste sa liberté. Aujourd'hui on discute pour savoir si l'homme a une volonté libre. Il n'y a que l'homme qui vit dans ce monde réel et immuable où Dieu vit, il n'y a que l'homme qui comprend Ses lois et Le sert en esprit et en vérité, qui soit vraiment libre, qui ait une volonté libre. Et de fait, la liberté a son siège dans la volonté de l'homme ; elle est le divin en lui. Et voilà pourquoi lorsque nous disons "liberté", nous n'entendons rien d'arbitraire mais une volonté raisonnable.

Seul l'homme raisonnable peut être libre. Et la Nature vivante ne donne la liberté qu'aux raisonnables. Les insensés qui n'ont pas de volonté et ne se laissent guider que par l'arbitraire, ceux-là, elle les limite. Il y a dans le royaume de la Nature vivante des milliers et des millions d'êtres qui sont enfermés et attendent leur libération. Pourquoi ? Parce qu'ils sont dominés par le désir arbitraire de ne se mouvoir qu'à l'aventure, dans n'importe quelle direction. Mais la liberté exclut les actes négatifs arbitraires. La liberté ne connaît de mouvements que dans une direction - la Vérité. Parce qu'il s'agit de ne pas oublier que La Vérité est la direction dans laquelle toutes choses se meuvent dans la Création.

Retenez donc ceci : la Vérité est ce en quoi l'homme peut toujours être libre. Toutes nos limitations, tous les obstacles nous viennent de ce que nous ne sommes pas en contact avec la Vérité. Il n'existe pas d'autre critérium. Nous pouvons nous expliquer nos limitations de différentes manières - ce sont nos conceptions. Nous devons nous en tenir à ceci : les limitations, les obstacles, les contradictions qui surgissent autour de nous, prouvent que dans le cas donné nous ne sommes pas en contact avec la Vérité.

Dans la Vérité - ainsi que nous le dit l'expérience de l'homme libre - toutes les contradictions prennent fin. Et s'il survient quelque difficulté, si petite qu'elle soit, c'est que nous sommes en dehors de la sphère de la Vérité. Une autre chose qu'il ne faut pas oublier : la liberté ne viendra pas du dehors. Toute liberté qui s'impose du dehors n'est que l'ombre de la liberté. Ne courez pas après les ombres.

La véritable liberté est la liberté de l'esprit. Elle vient du dedans. Dans la liberté intérieure, l'homme s'apprécie lui-même à sa juste valeur, il se détermine et se connaît lui-même. Dans la liberté intérieure, l'homme se juge lui-même. Telle est la loi. Dans la liberté intérieure l'homme se limite lui-même - Il se limite volontairement. Quand ? Seulement lorsqu'il fait le bien. Parce que c'est dans le chemin de la liberté que la noblesse de l'âme et la pitié du cœur humain sont mises à l'épreuve. Chaque fois que l'homme fait le bien, il se limite tout d'abord. Et il se limite parce qu'il donne continuellement. Mais dès qu'il a fait le bien, il reprend sa liberté.

Voilà pourquoi toute chose qui au commencement limite l'homme et le prive de sa liberté, pour la lui rendre ensuite, est bonne. Et toute chose qui au commencement donne la liberté à l'homme pour l'en priver ensuite, est mauvaise. C'est ici que se trouve le profond rapport entre le bien et la liberté, entre le mal et l'esclavage. Veux-tu avoir une règle sûre, rappelle-toi ceci :

Toute chose qui fait perdre à l'homme sa liberté, est mauvaise.
Toute chose qui lui fait gagner sa liberté, est bonne.

Et ainsi : dépose la Vérité dans ton âme, et la liberté que tu cherches, tu l'acquerras.