Merci de votre visite

jeudi 1 août 2013

Installer la paix partout !



On remarquera que c’est toujours en supprimant quelque chose ou quelqu’un d’extérieur à eux que les humains croient pouvoir installer la paix. Et c’est là qu’ils se trompent. Même si on supprimait l’armée et les canons, ils trouveraient d’autres moyens de se détruire. On peut décréter la paix et tenter de l’imposer par la force, mais cette paix ne pourra pas durer tant qu’on entretiendra les causes de la guerre. La paix est d’abord un état intérieur qu’on n’obtiendra jamais en supprimant quoi que ce soit à l’extérieur. C’est donc au-dedans de soi qu’il faut commencer par travailler sur la paix.

Vous voulez un exemple ? Voici quelqu’un qui, pour satisfaire ses convoitises, a contracté des dettes et il ne peut pas les rembourser comme il s’y était engagé ; il a maintenant toute une meute de créanciers derrière lui, comment peut-il avoir la paix ? « En prenant la fuit ! », direz-vous. D’accord, mais les créanciers qui sont en lui ; les inquiétudes, les malaises qui le poursuivent, comment les fuira-t-il ?... Raisonner ainsi, c’est manquer de connaissances véritables. Il ne faut pas se leurrer, la pensée nous rattrape toujours.

En apparence, il est facile pour chacun de trouver la paix ; il suffit d’aller dans certains lieux inhabités, la forêt, le désert ou la montagne, partout où règnent la solitude et le silence. Là, on est tranquille, personne ne nous importune. Mais ce n’est pas pour autant qu’on est en paix. Pourquoi ? Parce qu’on a emporté son « transistor ». Oui, les humains emportent toujours un transistor dans leur tête, ils ne s’en séparent jamais, et ils le gardent toujours allumé. Même s’ils sont dans la solitude et le silence, intérieurement ils sont toujours branchés sur leur mari, leur femme leur belle-mère, leurs enfants, leurs voisins, leur patron, leurs rivaux… et alors là, quelle discussions ! Ils ne cessent d’agiter les ambitions, les exigences, les rancunes, les déceptions de leur nature inférieure ; et même s extérieurement tout est calme, intérieurement les tempêtes et les ouragans font rage. Et ce sont toutes ces agitations intérieures qui, à un moment ou à un autre, finissent par avoir des répercussions à l’extérieur.

Dans notre corps physique, chaque organe remplit la fonction particulière qui lui a été assignée par la nature ; mais cela ne s’arrête pas là, car ces organes sont liés entre eux et ils doivent travailler en accord les uns avec les autres, sinon il se produit ce que les musiciens appellent des dissonances et que nous appelons généralement des maladies. L’homme ne peut être en bonne santé qu’à condition que tous ses organes fassent leur travail pour le bien de l’organisme entier. Et cette santé apporte une paix, mais ce n’est encore qu’une étape purement physique. Pour avoir la paix intérieure, il faut aller beaucoup plus haut, afin que tous les éléments qui constituent l’organisme, sans tiraillements, sans parti prix, comme les organes d’un organisme physique en bonne santé ; la paix est un état de conscience supérieur, mais cet état dépend aussi du bon fonctionnement de l’organisme physique, car même si l’essentiel est la paix de l’âme et de l’esprit, il est difficile de goûter cette paix lorsque le corps souffre ; on doit donc être vigilant et s’efforcer de le maintenir en bonne santé.

On ne saura jamais ce qu’est la paix, et à plus forte raison on n’arrivera pas à la réaliser tant qu’on n’aura pas compris qu’elle est un résultat, une conséquence. La paix est tout d’abord un état de conscience qui suppose que toutes les fonctions, toutes les  activités physiques et psychiques d e l’homme sont parfaitement équilibrées et harmonisées. Dès le moment où il introduit en lui des désirs et des convoitises inspirés par la personnalité, l’homme, quoi qu’il fasse, ne peut plus être en paix car, par ces désirs, ces convoitises, il a déjà introduit dans son for intérieur des germes du désordre, donc de la guerre.

Pour obtenir la paix, il est indispensable de connaître la nature et les propriétés de chaque élément ; pensée, sentiments, désirs, afin de ne jamais rien introduire en soi qui puisse troubler l’harmonie intérieure ; et en même temps, il faut travailler à éliminer de l’organisme tout ce qui ne vibre pas à l’unisson avec le monde de la lumière. Chaque impureté, que ce soit dans le plan mental, dans le plan astral ou dans le plan physique, apporte des troubles ; et quand je dis des troubles, c’est encore le moindre des inconvénients parce que, dans le plan psychique comme dans le plan physique, les impuretés peuvent produire l’empoisonnement, l’intoxication et même la mort. Il est donc nécessaire de se purifier dans tous les plans, dans le plan physique et surtout dans le plan psychique. Mais dès qu’on parle de la pureté, la plupart des gens ne comprennent plus rien ; ils l’associent toujours au domaine sexuel, alors que ce n’en est qu’un aspect très limité.

Les pensées et les sentiments sont comme des aliments que nous absorbons et digérons plus ou moins bien suivant leur degré de pureté. Nous devons faire un triage afin d’en éliminer les éléments indigestes et nocif. L’homme mange du pain, des fruits, des légumes, du poisson, de la viande etc. eh bien, dans le domaine des pensées et des sentiments, il existe les mêmes variétés et les mêmes qualités de nourriture que dans le plan physique.

La paix, la véritable paix, il est possible de la perdre. Il peut se produire de temps en temps quelques agitations, mais ce ne sont que des mouvements superficiels : intérieurement, profondément, la paix est là. C’est comme l’océan dont la surface est toujours agitée par les vagues ; mais loin de la surface, dans les profondeurs, règne la paix. Quand vous êtres arrivé à introduire en vous la véritable paix, les bouleversements qui peuvent se produire à l’extérieur n’arrivent plus à vous troubler, vous vous sentez protégé, à l’abri, comme dans une forteresse. Quand vous parvenez à atteindre ce point de haute retraite, le sommet de votre être, c’est alors que vous connaissez la paix.

Cette paix est une sensation divine, inexprimable, et quand vous êtes arrivé à la goûter, elle vous suit partout ; vous l’avez sentie hier, aujourd’hui elle est encore là toute la journée… et le lendemain, dès votre réveil, de nouveau elle vous attend. Vous êtes étonné de constater que vous n’avez même plus besoin de faire d’effort pour la retrouver. Avant, pour vous apaiser, vous étiez obligé de vous concentrer longtemps, de prier, de chanter, ou même de prendre quelques calmants. Maintenant, ce n’est plus nécessaire, la paix est là  en vous. Seul celui qui arrive à garder intact ce royaume qu’il représente lui-même, peut obtenir une paix stable et durable. Cette paix est comme une symphonie ininterrompue qui lui apporte la félicité ; il sent là qu’il a atteint un état de conscience sublime où toutes ses cellules baignent dans un océan de lumière, nagent dans des eaux vives et se nourrissent de l’ambroisie…. Il vit dans une telle harmonie que le Ciel entier se reflète en lui, il commence à percevoir toutes les splendeurs qu’il n’avait encore jamais vues parce qu’il était trop troublé, trop agité, et que son regard intérieur et même extérieur ne pouvait se fixer sur les choses pour les découvrir. Essayez seulement de réfléchir à ce qui se passe avec vous quand vous avez appris une mauvaise nouvelle ou que vous êtes triste, irrité ; vous ne remarquez rien de ce qu’il y a autour de vous, vous êtes pris par votre agitation intérieure, et même si vous poser vos yeux sur les êtres ou les objets, vous ne voyez rien. Seule la paix, comme le miroir d’une eau tranquille, permet de voir et de comprendre la présence des réalités subtiles. C’est pourquoi les Initiés, qui sont arrivés à goûter la véritable paix, découvrent les merveilles de l’univers.


Actuellement, combien de gens travaillent pour la paix dans le monde et la prêche partout ! 

Ils se réunissent, ils parlent, ils écrivent, ils créent des associations pour la paix, mais cela ne suffit pas, car leur vie n’est pas une vie pour la paix ; d’une façon ou d’une autre ils continuent à aliment la guerre en eux. Le jour où ils comprendront que c’est toutes les cellules de leur corps, toutes les particules de leur être physique et psychique qui doivent vivre d’après les lois de la paix et de l’harmonie, ce jour là, oui ils travailleront vraiment pour la paix. Car cette paix émanera d’eaux comme des ondes bienfaisantes qui influenceront toutes les créatures autour d’eux. C’est de ces êtres que Jésus parlait quand il disait ; « Bienheureux ceux qui apportent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu ».