Merci de votre visite

lundi 5 août 2013

Toucher la perfection



De la même façon que la graine est prédestinée à devenir comme son père l’arbre, il est dans la vocation de l’être humain de parvenir à cette perfection du Père céleste dont parle Jésus ; elle est inscrite dans sa structure. Evidemment, cette évolution doit se dérouler sur des siècles et des millénaires, et c’est pourquoi on peut dire que ce précepte donné par Jésus : « Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait », sous-entend la réincarnation. Sinon, que penser de ces paroles ?

Ou bien Jésus parle sans réfléchir en demandant à des hommes tellement imparfaits de parvenir en quelques années à la perfection du Père céleste, ou il s’imagine qu’il est facile de devenir comme Lui, dans les deux cas, cela ne parle pas en sa faveur. En réalité, Jésus ne pouvait pas penser que l’homme est capable de devenir parfait en une seule existence, non, mais, il savait qu’à force de souhaite cette perfection et de travailler pour l’obtenir, après des incarnations et des incarnations, il finira par atteindre le but.

En réalité, il est possible pour chaque homme de se rapprocher beaucoup plus rapidement de la perfection, mais à condition d’être capable de trouver cette image de Dieu en lui-même et de consacrer tous ses efforts à l’alimenter. Certains voyageurs occidentaux qui sont allés en Inde ont raconté qu’ils ont vu des fakirs planter en terre un noyau de mangue, par exemple, et en se concentrant sur lui, faire pousser un arbuste dont ils distribuaient ensuite les fruits à la foule. Je suis allé en Inde, où je n’ai rien vu de pareil, et ce phénomène au premier abord paraît invraisemblable, mais il n’a théoriquement rien d’impossible. Il s’explique par le fait que le fakir a appris à travailler avec cette substance éthérique qu’on appelle en sanscrit « akasha ». Cette substance qui est propagée partout dans l’atmosphère peut être utilisée pour accélérer la croissance de la végétation, car en agissant sur le cliché inscrit dans la graine, elle amène beaucoup plus rapidement les fruits à maturité. Celui qui sait se concentrer sur la force akashique, cette quintessence qui contient tous les facteurs dont la plante a besoin (chaleur, lumière, magnétisme, électricité…) est capable de faire pousser en très peu de temps une plante qui mettrait normalement des années pour parfaire sa croissance.

Nous devons apprendre à travailler pour nous rapprocher chaque jour de plus en plus de la perfection divine, cette perfection dont l’empreinte est déjà gravée quelque part en nous comme dans la graine. La graine ne ressemble pas à l’arbre, mais l’image de l’arbre est inscrite en elle. Avant de se matérialiser dans le plan physique, elle existe quelque part en haut, dans les plans subtils, et si on la place dans des conditions favorables, elle germera et deviendra un arbre. La vocation de cette graine que nous sommes consiste donc à s’approcher de plus en plus de l’image de notre Père céleste que nous portons en nous, à vibrer à l’unisson avec Lui afin de Lui ressembler.


Quel arbre formidable, un chêne ! Et pourtant, tout d’abord, il n’était qu’n gland tombé à terre et exposé à être mangé par un cochon qui passait par là. Nous aussi, nous ne sommes presque rien, mais si nous savons nous servir de ce moyen fantastique, la force akashique, afin de travailler sur l’image divine qui est en nous, nous arriverons à nous réaliser tels que le Seigneur nous a conçu. C’est cette force que mentionne Hermès Trismégiste dans la Table d’Emeraude, « la force forte de toutes les forces » qu’il appelle Télesma. De cette force il ; « le soleil est son père » ; et d’ailleurs, quel que soit le nom qu’on lui donne, c’est toujours la même force qui vient du soleil, c’est le soleil qui en est le distributeur et la source inépuisable. Une des manifestions de cette force est l’amour, non pas ce sentiment qui apporte souvent aux humains plus de tourments que de joies, mais cette énergie cosmique qui fait mouvoir les mondes.