Merci de votre visite

vendredi 16 août 2013

L’aura, instrument magique



L’aura est comme un instrument magique dans la main d’une Initié. Puisqu’elle fait partie de lui, partout où il va il influence bénéfiquement le royaume des minéraux, des plantes, des animaux et des hommes. Mais cela ne s’arrête pas là ; par son aura, il aide même les désincarnés qui sont des milliards et des milliards dans l’espace… Oui, mêle là-bas, dans l’autre monde, son aura parvient à les atteindre. Un Maître améliore le destin d’une quantité innombrable de créatures dans le monde astral et dans le monde mental ; si sur la terre, il ne s’occupe que d’une poignée d’hommes, de l’autre côté, il est sans cesse en contact avec une multitude d’êtres qui viennent se chauffer, s’éclairer à son aura et prendre un peu de vitalité pour évoluer.

Oui, le véritable travail d’un Initié n’est même pas ici, parmi les humains ; c’est de l’autre côté que son travail est beaucoup plus intense, même si l’on n’en voit rien. Les grands Maîtres qui ont réalisé de tout leur cœur, de toute leur âme, de tout leur esprit, cet idéal de servir Dieu, ont éveillé leurs corps causal et bouddhique dont les vibrations atteignent les créatures qui vivent sur les autres planètes. Et de la même façon, les grands Maîtres qui habitent d’autres mondes atteignent les créatures terrestres, et ainsi il se fait un échange non seulement dans le système solaire mais dans le cosmos tout entier. Dieu n’a établi ni limite ni frontière dans l’univers, et si l’on dit que l’amour est tout-puissant, c’est parce qu’il peut traverser l’espace pour atteindre les étoiles et toucher les entités les plus éloignées.

Chacune des caractéristiques de l’aura : sa pureté, sa luminosité, sa beauté, sa puissance, son étendue, dépend des vertus sur lesquelles l’homme a travaillé. S’il est pur son aura devient limpide et transparente ; s’il est sage, elle est de plus en plus lumineuse ; s’il vit une vie très spirituelle, elle vibre intensément ; s’il a une grande volonté, elle devient très puissante ; s’il est habité par un grand amour, elle s’élargit, elle s’amplifie et devient immense. Et la beauté, c'est-à-dire la beauté de ses couleurs, dépend de l’harmonie entre toutes les qualités et les vertus… L’aura a encore beaucoup de nuances, mais là est l’essentiel. Donc, ceux qui ont toujours de bonnes pensées, la foi, l’espérance, la bonté, la pureté, reçoivent toutes les richesses de la nature et ce qui est mauvais ne peut plus pénétrer en eux. A ce moment-là, ils sont protégés comme par un bouclier. Et justement, le bouclier que porte le chevalier dans les contes représente symboliquement l’aura de l’homme, et l’épée, sa pensée qu’il projette toujours en avant ; l’aura, cette enceinte qui nous entoure, est une expression du principe féminin ; et la pensée que nous projetons, est l’expression du principe masculin, actif, dynamique. L’épée, ainsi que la lance, la flèche, a toujours représenté le principe masculin, actif. En astrologie, le Sagittaire qui tire des flèches est le symbole de l’Initié qui projette sa pensée. Il tire à l ‘arc pour protéger la cité des Initiés.

Dans le plan physique, c’est la peau et les vêtements qui protègent notre corps, dans le plan spirituel, c’est aura qui joue ce rôle ; il n’existe pas de protection plus efficace qu’une aura pure et lumineuse. Bien sûr, tous les objets, les figures ou les formules magiques mentionnés par la tradition ésotérique ont leur raison d‘être, tous  ont un sens profond, mais aucune formule, aucun talisman n’est aussi puissant que l’aura. Avant de s’adresser aux esprits et surtout aux esprits infernaux afin de les neutraliser ou de les chasser, un Mage trace un cercle à l’intérieur duquel il inscrit les noms de Dieu ou trace des symboles ; ce cercle est un rappel de l’aura. On ne peut impunément affronter les esprits ténébreux si on n’a pas autour de soi un cercle protecteur formidable, une aura puissante. D’une façon générale, on peut dire aussi qu’on n’obtiendra pas de résultats spirituels si on n’a pas tracé autour de soi ce cercle de l’aura formée de toutes les vertus et les forces divines.

Au fur et à mesure de son développement, l’aura nous permet de communier avec toutes les régions de l’espace. Regardez les planètes, c’est en apparence seulement qu’elles sont séparées. Prenons l’exemple de notre planète, la terre ; les continents ont une certaine étendue ; les eaux occupent une plus grande superficie que les continents ; mais l’atmosphère gazeuse qui enveloppe la planète déborde dans l’espace et occupe plusieurs fois son volume. Et cela va encore plus loin, au-delà de l’atmosphère, car la terre possède un corps éthérique, un corps astral et un corps mental, et chacun est de plus en plus subtil et de plus en plus vaste. Oui, la planète terre est une créature animée, intelligente, qui a aussi une âme et un esprit… Et comme il en est de même pour les autres planètes, on doit admettre que tous les corps célestes se touchent, car leurs auras s’interpénètrent. Leurs corps physiques sont très éloignés les uns des autres, mais leurs auras, leurs émanations se fusionnent. C’est ainsi qu’on peut expliquer, en astrologie, les influences planétaires ; grâce à leur aura, les planètes s’interpénètrent, elles agissent les unes sur les autres et sur les créatures qui les habitent. Comment ? Voilà encore un point qu’il faut éclaircir…

Une des fonctions de notre aura est d’assurer les échanges entre les astres extérieurs et les astres qui sont en nous. Car il y a des astres en nous aussi : puisque l’homme a été créé à l’image du cosmos, toutes les planètes existent également en lui, et comme dans l’univers, elles tournent autour de son soleil intérieur. Alors, une aura terne, sombre, ne peut pas attirer les bons courants planétaires ; en revanche elle attire les mauvais. On dit qu’il existe des planètes bénéfiques et des planètes maléfiques. Mais alors, pourquoi une même planète agit-elle favorablement sur certains et défavorablement sur d’autres ? C’est très simple ; celui qui reçoit ses mauvaises influences ne s’est pas préparé à capter les bonnes ; en réalité, toutes les planètes sont bénéfiques, mais leur action sur l’homme dépend de son aura. Si dans son aura se trouvent des éléments qui ne permettent pas aux influences bénéfiques d’une planète de pénétrer en lui, les courants que cette planète envoie s’altèrent, se brisent et produisent des effets nocifs. Tandis que si son aura est pure et puissante, toutes les influences, même les mauvaises, deviennent bonnes pour lui.


Cette loi est valable pour toutes les autres planètes. C’est la qualité de notre aura qui attire les vertus de Saturne (la patience, la stabilité, le désir de connaître) ou ses défauts (la tristesse, l’entêtement, l’aigreur), les vertus de Jupiter (la grandeur, la générosité, la bonté, la clémence) ou ses défauts (l’ambition, la vanité, le désir de dominer les autres, de les écraser), les bonnes qualités de Vénus (la beauté, le charme, la délicatesse) ou les mauvaises (la sensualité, la légèreté, l’infidélité). Donc, la question qui se pose pour le disciple, c’est de savoir travailler sur son aura pour ne recevoir que les influences favorables des planètes. Eh oui, contrairement à l’opinion de la majorité des astrologues, les influences bonnes ou mauvaises des planètes sur un être humain ne dépendent pas exclusivement du signe et de la maison dans lesquels elles se trouvent, ni des aspects qu’elles ont entre elles ; suivant le degré d’évolution de la personne, ces influences se manifesteront différemment. C’est pour qui il est dit que « les astres inclinent, mais ne déterminent pas ».