Merci de votre visite

lundi 19 août 2013

Vers l’initiation suprême



La vie mystique
Quand l'âme, c'est-à-dire l'être supérieur et conscient est formé, il se développe par des transformations successives et n'acquiert que rarement, sous une enveloppe corporelle, toute la connaissance. Poussé et par les lois de la vie et par ses libres décisions dans une voie ou une autre, il y accomplit les évolutions dont le double but est d'épurer, d'intensifier sa vie, et de contribuer à l'épuration et au développement de la vie générale ! Ainsi, quand cette âme a réalisé sa première destinée, qu'elle possède, sinon complètement, du moins déjà en grande partie la connaissance et le pouvoir de la vie, elle doit se consacrer à maintenir, développer, intensifier la vie universelle, suivant les lois Divines.

Ces lois sont inscrites dans toute la substance de vie mais ne se dévoilent qu'à la conscience. Elles sont subies, respectées par toutes les créatures inférieures, dans l'inconscience. Seul l'être conscient peut les violer, quitte à répondre de cette violation, d'où souffrance et expiation. Dès que la créature a le pouvoir de lire en elle, d'y découvrir l'origine et le but de la vie, elle devient responsable, puisqu'à ce pouvoir s'ajoute la liberté de disposer de la vie à son gré. Elle n'obéit plus obligatoirement, aveuglement, fatalement aux forces naturelles ; elle peut, au moins, en diriger quelques-unes. Elle pense et, par cela même, elle a en elle un dynamisme puissant sur la vie, car le fluide universel : ce fluide émané de Dieu et dirigé par la pensée Divine, est mis à la disposition des êtres qui possèdent la connaissance et les pouvoirs créateurs de la science Divine. C'est à retrouver en soi et les lois de vie et cette science et force Divine que l'homme doit s'appliquer, car ce n'est que par elles qu'il pourra trouver sa cause et le but de son existence et, par conséquent, de son bonheur, puisque le bonheur découle de la plénitude et de l'Unité de vie réalisée.

Comprends-tu maintenant, mon frère, pourquoi tu es à la fois si faible et si puissant, si petit et si grand ? C'est que, débutant dans la grande voie, tu sens cependant en toi les germes de toutes forces Divines. Trop ignorant encore pour les connaître bien, et trop faible pour les employer, tu aspires cependant à leur connaissance et à leur possession ! Mais sache-le, frère aimé, tant que tu n'as pas trouvé en toi la source de cette connaissance et de cette puissance Divine ; tant que tu n'as pas reconnu ton âme tant que tu ne vis pas par elle, pour toi, reste fermé le secret Divin ! C'est à ouvrir cette porte magique que tu dois t'appliquer ! Et pour cela, Dieu t'a indiqué la voie. Dieu t'a envoyé des Maîtres, des initiateurs dont le plus grand, le plus pur, le plus puissant aussi est Jésus ! Si tu veux lui faire confiance, mon frère ; si, comme il te l'enseigne, tu te mets à vivre avec humilité, dans la justice et l'Amour ; si, en disciple fervent tu pratiques sa sainte loi de charité, d'altruisme, lui-même t'ouvrira cette porte magique de la vie. Tu peux, toi, trouver la connaissance à force d'études, mais si tu prends le chemin du coeur, tu iras bien plus vite, parce que ce chemin-là monte directement à Dieu : Foyer d'éternelle vie, parce qu'il est Foyer d'éternel Amour.
   
Connais-toi, ô homme
La conscience précède l'intelligence ou compréhension, parce qu'elle est la perception de la vie ; perception directe, spontanée ; tandis que l'intelligence de cette vie, c'est-à-dire sa pénétration, demande un travail d'assimilation, de réactions, de déductions.

Mais la loi Divine est inscrite en toute âme et tous peuvent la percevoir avant même que d'étudier. Elle brille de la flamme même de l'Esprit Divin qui anime toute chair. Et qui voudrait s'écouter vivre, qui voudrait se regarder de près n'aurait besoin ni d'études ni d'éducation pour comprendre la loi de vie.

La conscience et la réflexion directe de Dieu en l'être, c'est le siège de la connaissance. Mais, par le jeu des réactions personnelles puis le contact des collectivités, l'action de courants contradictoires, bientôt la pure flamme vacille en l'être, si bien que l'homme, pour en retrouver l'éclat, doit faire un travail de déblaiement, car les matériaux accumulés par l'éducation, et surtout les perceptions matérielles de la vie ont, pour ainsi dire, enseveli la conscience sous un amas secondaire. Que la flamme de l'âme se ravive sous le vent de la souffrance ou sous le souffle puissant de la méditation, alors la conscience reparaît dans sa virginité première. Elle n'est plus une sorte d'amphibie tenant et de l'être et du monde, mais la pure expression de l'Esprit Divin en l'homme.

La conscience, c'est la voix même de l'âme qui se sent vivre, qui s'écoute vibrer et qui veut mêler sa voix au concert universel de la vie. La conscience, c'est le sceau Divin sur la forme humaine, et qui consacre l'humanité : enfant des cieux. La conscience, c'est le cri de la vie elle-même ; de la vie qui se sait Divine et qui veut retrouver cette Divinité malgré les voiles qu'ont tissés, autour d'elle, les fluides épais de la chair. Que cette conscience, un instant seulement, puisse faire retentir son écho de cristal Divin sous les voûtes de l'âme, bientôt cette âme, sous cette vibration, se remet à vivre, à comprendre, et tout enivrée de la grande lumière qui jaillit de la flamme Divine, enfin libérée, découvre avec ravissement les trésors de vie contenus en elle et les merveilles de l'Univers.

Se connaître, c'est-à-dire se regarder vivre, pénétrer le secret Divin caché sous son enveloppe humaine, c'est le premier pas vers l'Intelligence suprême, la connaissance même de la vie. Voilà pourquoi toutes les philosophies disent à l'homme : « si tu veux connaître Dieu et l'Univers, le Foyer créateur et la création, la vie elle-même, étudie-toi ».

Recherche en toi le principe sacré de la vie, ranime l'étincelle Divine de ton âme. Revis par elle, et mieux que toutes les études livresques, mieux que tous les enseignements humains elle te donnera le secret de la vie et celui du bonheur. Oui, mon frère, si tu veux savoir, de cette science éternelle qui ne finit pas au tombeau mais qui imprime ses enseignements dans les plis les plus secrets de...