Merci de votre visite

jeudi 29 août 2013

La religion moderne


  
L'humanité est à un grand tournant de son évolution. Après la grande tourmente qui vient de secouer si terriblement le monde, les hommes sentent, plus ou moins fortement, la haute nécessité de se reprendre et de refaire un monde nouveau. Ils comprennent mieux qu'à aucun autre moment de leur histoire que le progrès n'est pas un vain mot et qu'il est la loi de l'être. Ils commencent surtout à comprendre que le bonheur humain ne dépend pas exclusivement d'une amélioration de la vie matérielle, ni même des moyens intellectuels. L'Allemagne en a donné, hélas ! Le plus sanglant exemple : armée des derniers perfectionnements scientifiques, mécaniques ou chimiques, elle a ensanglanté le monde, et sa science si orgueilleusement épanouie n'a apporté à l'humanité que ruines et deuils.

Devant ce terrible exemple, l'homme s'est épouvanté et s'est posé la terrible question : le progrès est-il vraiment un instrument de bonheur humain, et n'eût-il pas mieux valu que les hommes demeurent ignorants et sauvages puisqu'ils font un si mauvais usage de leur science et de leur civilisation ?

À ceux qui, meurtris par le grand cataclysme, seraient enclins à répondre oui, nous, frères aînés de l'humanité et protecteurs de votre pauvre Terre, nous crions : non, mille fois non ! Le progrès est une loi Divine, le progrès est une loi de vie ; mais le progrès, pour devenir un instrument de bonheur humain, doit aborder toutes les faces de la vie. S'il ne veut produire une monstruosité, il doit développer à la fois toutes les forces humaines ; il doit donner, en même temps qu'un aliment matériel au désir de bonheur sous la forme du bien-être, en même temps qu'une jouissance intellectuelle, une satisfaction à la conscience ; et, pour cela, il doit aborder le domaine moral. Aussi longtemps que les hommes, méconnaissant la loi d'harmonie universelle, s'acharneront à vivre sans une grande direction intérieure et morale ; aussi longtemps qu'ils ne vivront que physiquement, et même, scientifiquement, ils ne seront pas heureux. Il faut qu'ils donnent à toutes les forces de vie leur réalisation harmonieuse et vivent suivant la loi Divine du bien extériorisé ou humain sous les formes de la Justice et de l'Amour ; aussi longtemps qu'ils méconnaîtront cette loi et la violeront si délibérément, ils ne seront pas heureux et n'avanceront pas.

Encore une fois, les progrès matériels et scientifiques seuls ne suffisent pas au bonheur humain ; il lui faut aussi un développement moral duquel vienne la direction de la vie, et ce développement ne pourra s'obtenir que dans la connaissance de la loi que le Créateur a tracée aux hommes.

C'est à ce but que nous marchons, frères de la terre, et c'est à fonder la religion d'avenir que nous consacrons le meilleur de nous. Puissent nos humbles mais ardents efforts, soutenus par l'Amour que nous vous portons, arriver à donner à votre...