Merci de votre visite

mardi 27 août 2013

La Vie dans l'Univers : l'âme


Le plan général de la vie peut être comparé à une vaste spirale dont le Centre est Dieu. Chaque être émane du Centre dont le rayonnement s'étend à l'infini, passe par les cercles de vie différents, et remonte au Foyer en décrivant deux mouvements évolutifs : circulaire et ascensionnel. L'être, ayant parcouru tous les cycles, revient au Foyer de Vie et retourne au Grand Tout pour recommencer une autre évolution sous un type nouveau. La vie dans l'Univers se répartit sous une infinité de formes et dans divers plans gradués afin de faciliter l'évolution et l'ascension de tous vers Dieu.

Les plans accessibles à votre humanité terrestre commencent à l'échelle inférieure de la matière sous ses formes rudimentaires et inconscientes : minéral, puis végétal. Puis, aussitôt que la vie devient plus sensible elle monte d'un genre : genre animal où, sous mille formes graduellement successives, elle acquiert peu à peu l'intelligence et la conscience d'elle-même.

Quant cette conscience est tout à fait acquise elle devient humaine et monte d'un plan.

Vous énumérer toute l'échelle des humanités, toute la série des séjours planétaires nécessaires à l'âme humaine pour gravir un seul degré des plans de vie serait un travail considérable et presque inutile car vous ne pourriez en comprendre la portée. Quand l'homme a assez de vie morale pour comprendre au moins dans ses grandes lignes la loi Divine, il perçoit nettement l'existence d'un plan supérieur au plan humain. Alors, commence vraiment pour lui l'ascension.

Après votre pauvre plan humain nous nommerons le plan psychique où l'âme vit d'une vie intensifiée, libre, mais encore sujette à des erreurs et des faiblesses. Cependant, il est rare que l'âme élevée à la vie psychique n'atteigne bientôt un plan astral supérieur. De ce plan, elle résume la vie dans son immensité et son Unité diversifiée. Elle comprend les lois d'harmonie dans leur large acceptation et prend sa part de la grande oeuvre Divine.

L'âme, peu à peu, devient plus lumineuse et plus légère. L'esprit se purifie et, s'identifiant à l'atmosphère subtile qui l'entoure et dont il vit, semble bientôt ne plus connaître que deux fonctions : Aimer et Vouloir. Cependant, par sa participation à l'oeuvre générale il acquiert de nouveaux titres ; il s'épure graduellement, jusqu'à se débarrasser complètement de l'enveloppe fluidique alourdissante qui l'attire encore vers les plans plus denses, par conséquent inférieurs.

L'âme est alors libre, dans la presque plénitude de ses facultés, et monte encore d'un plan. Elle est, à ce moment, une flamme de vie, un foyer de lumière, d'intelligence...